Monday, 31 July 2017

Un matin sur terre - Canada, au coeur de la forêt des brumes réalisé par Frédéric Febvre



Une série documentaire qui dévoile le spectacle de l'aube sur trois continents et cinq écosystèmes. Dans ce volet : les forêts de la Colombie-Britannique. Isolées entre l’océan Pacifique et une chaîne de montagnes côtières, elles comptent parmi les plus anciens espaces boisés tempérés de l’hémisphère Nord.

Immersion matinale au cœur d’un territoire où le temps semble s’être arrêté il y a quelques milliers d’années : les forêts de la Colombie-Britannique. Isolées entre l’océan Pacifique et une chaîne de montagnes côtières, elles comptent parmi les plus anciens espaces boisés tempérés de l’hémisphère Nord. Le matin, c’est un monde de brumes qui se dévoile avec des paysages magnifiques que les rayons du soleil éclairent progressivement.

L'Australie et l'art du pistage réalisé par Jonathan Matthews & Pru Colville



Cette aptitude à lire les traces du passage des animaux nécessite une connaissance extraordinaire du terrain ainsi qu'une quasi osmose avec l'animal.

Des trains pas comme les autres - Afrique du Sud réalisé par Nicolas Boero


suite


À bord de trains tous différents les uns des autres, Philippe Gougler parcourt l'extrême sud du continent africain. Son périple débute au Cap, puis il voyage à bord du mythique Rovos, l'un des trains les plus luxueux du monde. Sur le tracé du Shosholoza, le train «Corail» local qui traverse le pays depuis Johannesburg, Philippe visite une ferme dédiée à la sauvegarde des rhinocéros. L'expédition s'achève à bord du Phelophepa, véritable centre de santé roulant.

Sunday, 30 July 2017

Robin Hood - En vert et contre tous réalisé par Jean-Marie Nizan



Comment, des chansons des trouvères aux blockbusters d'aujourd'hui, le mythe de Robin des Bois a traversé huit siècles sans cesser de se métamorphoser. Une promenade passionnante dans la culture populaire.

À la fin du Moyen Âge, en Angleterre, un brigand solitaire nommé Robin Hood prend racine dans la forêt de Sherwood, non loin de Nottingham. Colportées par les baladins, ses aventures infusent lentement le folklore local. Affranchi des règles communes, son personnage d'archer déploie une hardiesse sans pareille pour voler, mais aussi tuer, parfois avec une grande violence. Lorsque, au début du XVIe siècle, l'imprimerie s'empare de ses exploits, notamment dans le poème épique "A Lytell Geste of Robyn Hode", sa figure de bandit de haut vol connaît une première mue : la lutte de ce désormais loyal sujet du roi Richard, anobli en Robin de Loxley, va permettre de cimenter une nation déchirée par les querelles dynastiques entre Normands et Saxons. Jadis sans maison ni attaches, Robin va ensuite rencontrer l'amour : son idylle avec la belle Marianne conférera à ses aventures un romantisme bienvenu.

L'envol du héros
Au fil des pages, de l'"Ivanhoé" de Walter Scott (1819) au premier classique pour la jeunesse ("The Merry Adventures of Robin Hood," 1883), une kyrielle de joyeux compagnons a rejoint Robin dans son repaire sylvestre. Le cinéma achève de le transformer en défenseur universel des pauvres. Émancipé du roman national anglais, Robin des Bois peut prendre son envol dans l'imaginaire collectif. Racontée par des spécialistes et commentée par des réalisateurs tels que Kevin Reynolds, Ridley Scott ou… le nouveau député François Ruffin, cette histoire à rebondissements est illustrée par un choix judicieux d'œuvres qui ont irrigué la culture populaire : gravures, tableaux, bandes dessinées, livres pour enfants, films et séries télé. Un hommage réjouissant à une icône planétaire vieille de huit siècles.

Saturday, 29 July 2017

Un siècle d'écrivain - Georges Bataille, à perte de vue (1897 - 1963) réalisé par André S. Labarthe



Un voyageur enquête sur la vie et l'œuvre de Georges Bataille : le portrait qu'André S. Labarthe livre de l'écrivain se distingue autant de la biographie filmée que du commentaire érudit. Il se présente comme un inventaire où expériences et moments fondateurs de l'existence côtoient éclats et fulgurances de l'œuvre. Le montage articule des séquences tournées aujourd'hui sur les quelques principaux lieux de l'itinéraire de Georges Bataille, des plans parcourant ses manuscrits, ses ouvrages édités et des revues créées à son initiative (Documents, Acéphale, Critique), et des images mettant en scène des motifs obsessionnels ou des visions de son univers. Pierre Klossowski et Jacques Pimpaneau interviennent également dans ce film. Sélective et partiale, l'enquête d'André S. Labarthe extrait quelques clefs propres à saisir le noyau sensible d'une pensée radicale.

Maurice Utrillo et Suzanne Valadon - Un duo infernal réalisé par Catherine Aventurier



Suzanne Valadon et Maurice Utrillo, une mère et son fils, sont deux peintres emblématiques de la vie de bohème parisienne, l'un visionnaire et l'autre avant-gardiste.

Dites-moi que je m'aime réalisé par Lucie Boudaud



Tous les mois durant quelques heures, une dizaine de femmes se retrouvent dans un centre social de la banlieue de Lens où elles se maquillent, se prodiguent des soins les unes et discutent de leur quotidien, au cours d'un atelier «Estime de soi». Dominique, une «esthéticienne du social», épaule ces femmes en manque de confiance, et les aide à libérer la parole, à choisir des thèmes de discussion ou des couleurs de maquillage. C'est tout un art qu'on vient apprendre ici : prendre soin de soi, se souvenir des détails, se revoir belle, reprendre confiance et se sentir un peu plus forte en sortant.

Hors les murs réalisé par Laure Pradal



Un film au sein du SPIP de Montpellier, qui s'attache à son équipe de conseillers qui sont en première ligne dans la réforme pénale de Christiane Taubira.

L'âge d'or des variétés - Les Carpentier réalisé par Grégory Draï


suite

suite

suite


Maritie et Gilbert Carpentier ont régné en maître sur les variétés à la télévision française durant plus de 20 ans. Ce documentaire propose de revivre l'âge d'or des variétés, une époque bénie où les artistes venaient se produire tous les samedis soirs à la télé. Mélodies connues de tous, anecdote, souvenirs de tournage et secret de fabrication, la famille Carpentier se reforme le temps d'une soirée. Le couple a donné ses lettres de noblesse aux variétés en produisant des émissions rencontrant un grand succès. Toutes les semaines, un nouveau spectacle prenait vie sous les projecteurs du célèbre studio 17 des Buttes-Chaumont.

La fin des années 70 marque un véritable tournant dans les variétés à la télévision : les artistes abandonnent les tenues de soirée, au profit du «jeans-baskets». Les vedettes de toujours continuent à se produire sous les projecteurs du célèbre Studio 17, tandis que de nouveaux talents viennent faire leurs premiers pas. C'est le cas de Michel Berger, France Gall, Jane Birkin ou encore Renaud, Alain Souchon, Francis Cabrel et Daniel Balavoine. Les plus grandes stars internationales font elles aussi le déplacement, à l'image des Jackson Five. L'occasion pour elles de se produire en duo avec les talents de la chanson française.

Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent réalisé par Michel Tedoldi



Depuis des années, les lobbyistes, hommes de main des industriels, jouent dans l'ombre des parties qui sacrifient la santé publique aux intérêts financiers. Vache folle, sang contaminé, amiante : dans ces scandales sanitaires retentissants, ils ont manipulé l'opinion et les politiques en toute impunité. Aujourd'hui, leur nouveau terrain de jeu, c'est les gaz de schiste, dont la France a interdit l'exploitation en 2011. Depuis, les lobbyistes du secteur n'ont qu'un objectif : convaincre les politiques de faire marche arrière. Pour cela, ils noyautent les organes du pouvoir, s'appuient sur des hauts fonctionnaires, s'entourent de scientifiques complaisants, fournissent des études partisanes et bernent les médias.

London Beat - La bande-son de la révolte réalisé par Claus Bredenbrock



Quand les artistes se mêlent de politique... Les Rolling Stones, les Who, les Sex Pistols, les Clash, Linton Kwesi Johnson, plus récemment Kate Tempest, Faithless et M.I.A : portrait saisissant d'une scène londonienne frondeuse.

Les Rolling Stones, les Who, les Sex Pistols, les Clash, Linton Kwesi Johnson, plus récemment Kate Tempest, Faithless et M.I.A : la scène musicale londonienne est une intarissable pourvoyeuse de grands noms mondialement célébrés. Mais au-delà de leur réussite artistique ou commerciale, nombre de ces groupes ont un point commun : ils sont les porteurs de messages destinés à la classe politique anglaise. Autant de clameurs qui montent de la base pour dénoncer une société marquée par la force des inégalités sociales et des injustices ethniques. Ce documentaire les recense et dresse un portrait saisissant d’une scène musicale très frondeuse.

Queen behind the Rhapsody réalisé par Simon Lupton & Rhys Thomas



Vie et mort d'un des plus grands groupes de rock au monde. Entre archives de studio et entretiens rares, ce documentaire retrace la genèse de Queen et de son leader Freddie Mercury. Il se concentre particulièrement sur la création de leur titre phare, "Bohemian Rhapsody", une extravagance musicale mondialement célèbre.

"Je suis venu à Londres pour être dentiste", s'amuse Roger Taylor, le batteur de Queen, en se souvenant des tout débuts de leur formation. Avec le guitariste Brian May, ils forment en 1967 le groupe Smile qui, sans cesser de tourner dans de petites salles, ne décolle jamais réellement. Freddie Mercury, à l'époque, suit leurs avancées, et finit par leur proposer de les rejoindre, alors qu'ils sont proches de renoncer. S'ensuivront des années de galère – Queen est loin d'avoir eu un succès immédiat – à enregistrer la nuit dans les studios désertés, ou à jouer dans des salles vides. Il faudra attendre 1974, quatre ans et deux albums après leur formation, pour voir le public séduit par ce mélange étrange, inédit pour l'époque, de heavy metal puissant doublé d'arrangements mélodiques riches et complexes. Pourtant, malgré leur lent enracinement dans le paysage musical, un seul titre suffira à rendre leur son immortel.

"Scaramouche, Scaramouche !"
"Scaramouche, Scaramouche, will you do the fandango… " Six minutes, six parties, pas de refrain mais un style opéra-rock aux arrangements baroques : "Bohemian Rhapsody" est une chanson hors norme, en marge des formats pops habituels, qui finira pourtant troisième single britannique le plus vendu de tous les temps. À sa sortie en 1975, le titre fait figure d'extravagance musicale. Ce morceau de l'album "A Night at the Opera" achève de hisser Queen et son chanteur Freddie Mercury au firmament de la pop. Doté de nombreuses images d'archives, ce documentaire retrace la genèse du groupe et se concentre particulièrement sur la création de leur titre phare, aujourd'hui encore universellement célébré. Avec des interviews inédites du guitariste Brian May et du batteur Roger Taylor.

Deep Purple au Hellfest 2017 réalisé par Thierry Villeneuve



En tournée d'adieu, le groupe légendaire de hard rock Deep Purple fait escale sur la scène du plus grand festival de metal hexagonal.

À la fin des années 1960, les groupes britanniques jouent un rôle déterminant dans l’émergence du hard rock : Black Sabbath, Uriah Heep, Judas Priest ou Led Zeppelin marquent leur époque par l'omniprésence de la guitare et la distorsion du son. Après les derniers concerts de Black Sabbath, en février 2017, c’est au tour de Deep Purple – formé en 1968 ! – de faire ses adieux lors d’une dernière grande tournée estivale. “Smoke on the Water”, une dernière fois… Parmi les étapes de cette ultime tournée – qui risque de durer au regard du succès de son dernier album, "Infinite" –, le groupe d'Ian Gillan, s'est produit notamment au Hellfest 2017, dont il a été une tête d'affiche. Un concert monstre à savourer ce soir et à revoir sur ARTE Concert.

Friday, 28 July 2017

Des trains pas comme les autres - Brésil réalisé par Nicolas Boero



Philippe Gougler, véritable globe-trotteur ferroviaire, part à la découverte d'un grand pays d'Amérique latine : le Brésil. Aux côtés des passagers, des habitants et autres voyageurs, il prend place dans des wagons souvent investis par les musiciens, et roulant au rythme joyeux de la samba. Son périple débute à Salvador, la ville aux 365 églises, où il visite l'édifice «Nosso Senhor de Bonfim» situé sur la colline sacrée, et se poursuit dans l'extrême nord du pays, dans des gares perdues au coeur de la forêt amazonienne. Au large de Belem, il découvre l'île de Marajo et ses buffles. Enfin, Philippe Gougler croise la route du train de marchandises le plus long au monde. Avec ses 330 wagons, le convoi traverse littéralement le territoire des tribus amérindiennes, créant la controverse.

Des trains pas comme les autres - Finlande réalisé par William Japhet



Dans cet épisode des "Trains pas comme les autres", Philippe Gougler nous emmène en plein hiver au nord de l’Europe, en Finlande.

Son voyage débute à Helsinki, la capitale. Dans la gare se cache un mystérieux tunnel, qui vous transporte tout en haut du pays, au pays du Père Noël ! Direction la Laponie, à bord d’un train de nuit dans lequel Philippe fait le plein de rencontres et de légendes sur les lapons. Au réveil, Philippe découvre la ville de Rovaniemi, située sur le Cercle Polaire, et porte d’entrée vers un pays blanc, immense, et silencieux. Philippe a rendez-vous avec un éleveur de rennes, au cœur de la foret glacée. Quelques jours auparavant, il y faisait -40°C !

Philippe reprend le train, et découvre les particularités du finnois, la langue des Finlandais. Puis il embarque à bord d’un brise-glace, dans la région de Kemi. Un brise-glace pas comme les autres, où l’on peut croiser sur le pont des « homards taïwanais »… Philippe reprend sa route et fait un arrêt à Joensuu, pour y vivre un rêve d’enfant : monter à bord d’une locomotive qui, lancée à pleine vitesse, déneige les rails pour ouvrir la voie aux autres trains du pays. Philippe reprend ensuite un train « classique » pour y rencontrer un « Super-Contrôleur » de la compagnie nationale, qui n’a pas peur de sortir en chemise par -35°C pour veiller au confort de ses passagers.

De retour à Helsinki, Philippe est invité dans une église très spéciale, bien cachée dans les rochers, et fait la rencontre d’un pasteur hors du commun.

La Finlande se révèle être un voyage rafraichissant fait de rencontres émouvantes. La Finlande et le peuple finlandais gagnent à être connus !

Thursday, 27 July 2017

Les bâtisseurs de châteaux - Assauts et batailles réalisé par John Geraint




Retour sur les attaques militaires des châteaux du Moyen Age : avec le développement des armes, les bâtisseurs ont dû adapter la défense des châteaux

Des trains pas comme les autres - Birmanie réalisé par William Japhet


suite


La Birmanie, ou plutôt le Myanmar – c'est son nom officiel depuis 1989 – vient de s'ouvrir. Philippe commence son voyage dans une toute petite gare et se rend à Mandalay, ville mythique du pays célèbre pour son bouddha Mahamuni couvert d'or. Puis direction Bagan, le cœur historique et spirituel de la Birmanie. Il emprunte ensuite la fameuse Circle Line, sorte de train de banlieue de Rangoon. Le voyage de Philippe s'achèvera lentement, à 8 km / h, dans le Slow Train, pour révéler le magique lac Inle et ses pêcheurs qui vivent dans des maisons construites sur l'eau.

Des trains pas comme les autres - Bolivie réalisé par William Japhet



Les trains boliviens sont des trains de l’extrême, tout comme le pays lui-même. Les emprunter, c’est toucher au cœur de ce qui fait la spécificité de la Bolivie. Départ de La Paz à près de 4000 mètres d’altitude pour Philippe, qui nous fait découvrir une gare particulière, et des habitants qui se sont acclimatés physiquement à des conditions de vie très difficiles. Après cette première confrontation avec la réalité bolivienne, Philippe saute dans un train qui file vers le merveilleux désert de sel, le Salar d’Uyuni, à la rencontre de ces travailleurs solitaires assis sur l’une des plus grandes réserves de lithium du monde. Ces images féériques plein les yeux, Philippe monte dans le train qui le conduit à Potosi, où il va vivre avec les mineurs la descente au centre de la terre dans cette mythique montagne d’extraction d’argent. Le courage et la fierté de ces hommes donnent une leçon de vie mémorable. Philippe ne repartira pas indemne, à bord d’un petit «bus-train» étonnant, vers la communauté très spéciale des mennonites, qui vivent comme au XIXème siècle dans une région proche de l’Amazonie.

Italie et mafia, un pacte sanglant réalisé par Cécile Allegra & Mario Amura



Pour la première fois, des magistrats, des politiques et des mafieux sous protection témoignent pour révéler les coulisses d'un pacte initié par les Etats-Unis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un pacte qui a permis à la démocratie chrétienne de dominer la scène politique italienne pendant plus de cinquante ans, et à la mafia de régenter l'ordre dans l'ombre. A la lumière de ces témoignages exclusifs, plus d'un demi-siècle de liaisons incestueuses entre l'Etat et la mafia se dévoilent et les morts des juges Falcone et Borsellino apparaissent de moins en moins comme une vendetta, et de plus en plus comme des crimes d'Etat.

Le stress : portrait d'un tueur réalisé par John Heminway



Le stress, indispensable à la survie, devient pathogène dès lors qu'il envahit la vie quotidienne. Depuis plus de trente ans, Robert Sapolsky étudie les conséquences du stress sur les primates dans une colonie de babouins du Masaï-Mara, au Kenya. Ainsi les babouins, peu menacés par les prédateurs et qui ont facilement accès à la nourriture, ont beaucoup de temps libre pour se harceler les uns les autres. Les subalternes, soumis à un stress permanent, souffrent d'une tension artérielle et d'un rythme cardiaque élevés. Michael Marmot, universitaire londonien, a mené une étude semblable sur 28 000 agents de la fonction publique. Il est arrivé au même constat : plus l'individu est bas dans la hiérarchie, plus son risque de développer des pathologies mortelles en raison du stress est élevé.

Quel temps pour demain ? Le vent (1/2) Un voyage météorologique réalisé par Rolf Schlenker



D’où viennent les vents ? En deux volets, un voyage instructif et ludique au gré des vents, pour comprendre leur influence sur les climats. Depuis la Laponie, la Sibérie, le Maroc et l’Irlande, Sven Plöger, célèbre "monsieur météo" de la télévision allemande, explique le fonctionnement de ces capricieux courant aériens.

D’où viennent les vents ? Leur force peut varier, autant que leur direction, et ils influencent le climat bien plus que nous le soupçonnons. Sven Plöger, célèbre "monsieur météo" de la télévision allemande, explique le fonctionnement de ces capricieux courant aériens. Depuis la Laponie, la Sibérie, le Maroc et l’Irlande, il décrit l’origine de certains phénomènes climatiques connus en Europe occidentale : les "saints de glace" apportés par le vent du nord, les températures glaciales ou caniculaires venues de l’est, ou les grains de sable du Sahara charriés par les vents du sud. Au passage, les habitants des contrées traversées évoquent leur quotidien, fortement marqué par ces facteurs atmosphériques.

Wednesday, 26 July 2017

Arrête de ramer, t'attaque la falaise réalisé par Michel Caputo



Arrête de ramer, t'attaques la falaise ! (aussi connu sous le titre Qu'il est joli garçon l'assassin de papa) est un film comique français de Michel Caputo sorti en France le 19 décembre 1979.

Trois siècle après Corneille, le film présente l'histoire du Cid de Pierre Corneille, une version loufoque des événements qui ont inspiré la tragédie. Les sarrasins envahissent de nouveau l'Espagne mais ils ne semblent pas agressifs se contentant de faire de la musique et de regarder des danseuses. Chimène et Rodrigue couchent ensemble en attendant toujours qu'on les marie. Don Fernand, roi d'Espagne, est devenu sénile. Don Sanche et Rodrigue s’affrontent dans un bataille de tanks qui ne parviendra pas à son terme, Rodrigue choisissant de déserter... Mais il reviendra vainqueur des sarrasins...

Kazakhstan - De la mégalomanie en temps de crise réalisé par Marcus Fischötter



Alors que le Kazakhstan traverse une crise économique profonde, le pays se prépare à inaugurer l’exposition universelle 2017, sans lésiner sur les moyens. Car le "président éternel", Noursoultan Nazarbaïev, espère bien avec cet événement pouvoir redorer son image à l’étranger...

À l’été 2017, c’est Astana, la capitale du Kazakhstan, ce pays frontalier de la Chine et de la Russie, qui accueille la nouvelle exposition internationale, placée sous le thème ambitieux de "l’énergie du futur". C’est la première fois que cette manifestation est organisée dans un pays de l’ex-Union soviétique. Pour cette nation indépendante depuis 1991, riche en ressources pétrolières et neuvième plus vaste pays du monde, l’exposition universelle sera l’occasion d’accélérer sa transition de nation émergente en grande puissance industrielle. Elle promet d’être l’événement de tous les superlatifs : alors que le gouvernement kazakh y a investi 4 à 5 milliards d’euros, le "président éternel" Noursoultan Nazarbaïev espère pouvoir redorer son image à l’étranger. Car depuis quelques années, les pétrodollars ont cessé de couler à flot et le pays traverse une profonde crise économique. Sous couvert de pluralisme, le gouvernement muselle en outre l’opposition. Dans ce contexte de tensions, entre restrictions et débauches de moyens, on rencontre des habitants d’Astana qui alertent sur l’absence de démocratie dans leur pays : le défenseur des droits de l'homme Evgueni Jovtis, ou encore la journaliste Inga Imanbai, dont le mari a été emprisonné pour ses reportages critiques du régime.

Pierre Boulez présente Stravinsky - L'Oiseau de Feu réalisé par Andy Sommer



Un making of de l'enregistrement fait au Louvre illustrée d'extraits de concert et de ballet.

Orchestre de Paris
Pierre Boulez, direction

Qallunaat! Pourquoi les blancs sont drôles réalisé par Mark Sandiford



« Drôle? Qu’est-ce que les Blancs, que les Inuits appellent Qallunaat, ont de si drôle? Eh bien, parmi les comportements étranges qui les caractérisent, les Qallunaat échangent des inepties en guise de salutations, répriment leurs fonctions physiologiques, se plaignent constamment du froid et semblent avoir une propension à vouloir dominer le monde. Pourquoi les blancs sont drôles nous donne une belle leçon d’humilité en nous faisant ressentir ce que c’est que d’être sous la loupe de l’homme blanc. Rafraîchissant et original, ce documentaire possède la rare qualité d’éduquer avec intelligence.

Sea seiche and sun réalisé par Carly Maple




Au large de l'Australie et de l'Indonésie, plongée dans le monde surprenant des seiches, dotées de pouvoirs de camouflage et capables de parades impressionnantes.

Tuesday, 25 July 2017

Japon - Tokyo, la ville phoenix réalisé par Alexandre Dereims



Ville des superlatifs, Tokyo est une des mégalopoles les plus densément peuplées au monde qui a su renaître de ses cendres après chaque catastrophe.

Bornéo, les ravages du pouvoir réalisé par Dylan Williams & Erik Pauser


suite


Sur l’île de Bornéo, l'État du Sarawak subit une grave déforestation : alors que la forêt équatoriale recouvrait à 80 % son territoire, berceau du peuple nomade autochtone des Penan, elle est remplacée par des plantations de palmiers à huile, ou engloutie par des barrages hydrauliques. Un désastre écologique et humain qui profite notamment à celui qui a dirigé l'État pendant 33 ans.

L'État du Sarawak, sur l’île de Bornéo, subit une grave déforestation : alors que la forêt équatoriale recouvrait à 80 % son territoire, berceau du peuple nomade autochtone des Penan, elle est remplacée par des plantations de palmiers à huile, ou engloutie par des barrages hydrauliques. Un désastre écologique et humain qui profite notamment à celui qui a dirigé pendant trente-trois ans le Sarawak, Abdul Taib Mahmud. Le militant écologiste suisse Bruno Manser, qui dans les années 1980 était devenu un porte-parole international des Penan expropriés, est porté disparu depuis 2000.

Son compagnon de lutte, Mutang, un Penan, a dû quant à lui s’exiler pendant vingt-deux ans au Canada. C’est depuis ce pays qu’il écoute Radio Free Sarawak, une radio qui informe librement sur les dérives du gouvernement local, cofondée par la journaliste d’investigation britannique Clare Rewcastle Brown. Avec son soutien et celui de la Fondation Bruno-Manser, Mutang décide de se relancer dans la bataille pour enrayer ce fléau organisé. Les militants interpellent par exemple publiquement les dirigeants de la Deutsche Bank en congrès, pour leur demander de clarifier la question des liens de leur banque avec le clan Taib. Un documentaire captivant, qui suit pas à pas leur courageux travail d’enquête.

Indonésie : la puissance, l'islam et la démocratie (2/2) Le géant en marche réalisé par Frédéric Compain



Premier pays musulman au monde, l'archipel indonésien est l'une des nouvelles puissances émergentes en Asie du Sud-Est. En deux volets, un documentaire passionnant sur son histoire et sa marche vers l'avenir. Seconde partie : Le géant en marche.

Riche d'immenses ressources naturelles, l'Indonésie a mis fin à quatre siècles de colonisation hollandaise au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Ponctuée d'épisodes tragiques, sa conquête de l'indépendance et de la démocratie n'ont pas été sans heurts. Premier pays musulman de la planète en nombre d'habitants et plus grande nation insulaire, elle est en passe de devenir, malgré de nombreux écueils, un nouveau géant asiatique. Plongeant dans son histoire et son passé récent grâce à de nombreuses archives, Frédéric Compain brosse un tableau complet de la société indonésienne et des enjeux auxquels elle doit faire face. Une fresque passionnante, nourrie par les éclairages de témoins et d'analystes de premier plan (hommes politiques, responsables religieux, historiens, économistes, défenseurs des droits de l'homme, journalistes…).

2. Le géant en marche
Dix ans après avoir organisé, à Bandung en 1955, la conférence des pays non alignés, l'Indonésie traque les communistes, victimes d'une féroce répression. Alors qu'une chape de plomb s'est abattue sur le pays, la fin de la guerre froide pousse des intellectuels musulmans à exiger la démocratisation du régime. La crise financière asiatique de 1997 – qui fait plonger l'économie nationale –, conjuguée aux pressions exercées par "l'ami américain" et aux manifestations populaires soutenues par le sultan de Yogyakarta (son père, un demi-siècle plus tôt, avait déjà apporté son soutien à la guerre d'indépendance), scellent la chute, en 1998, du régime corrompu du général Suharto. Mais d'autres conflits internes menacent l'union fragile de la jeune république, notamment au Timor, à Aceh ou aux Moluques. En 2002, un attentat perpétré à Bali fait craindre une montée incontrôlable de l'islamisme radical…

Indonésie : la puissance, l'islam et la démocratie (1/2) Le géant invisible réalisé par Frédéric Compain



Premier pays musulman au monde, l'archipel indonésien est l'une des nouvelles puissances émergentes en Asie du Sud-Est. En deux volets, un documentaire passionnant sur son histoire et sa marche vers l'avenir. Première partie : Le géant invisible.

Riche d'immenses ressources naturelles, l'Indonésie a mis fin à quatre siècles de colonisation hollandaise au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Ponctuée d'épisodes tragiques, sa conquête de l'indépendance et de la démocratie n'ont pas été sans heurts. Premier pays musulman de la planète en nombre d'habitants et plus grande nation insulaire, elle est en passe de devenir, malgré de nombreux écueils, un nouveau géant asiatique. Plongeant dans son histoire et son passé récent grâce à de nombreuses archives, Frédéric Compain brosse un tableau complet de la société indonésienne et des enjeux auxquels elle doit faire face. Une fresque passionnante, nourrie par les éclairages de témoins et d'analystes de premier plan (hommes politiques, responsables religieux, historiens, économistes, défenseurs des droits de l'homme, journalistes…).

1. Le géant invisible
Constellation de plus de 17 500 îles baignées par le Pacifique et l'océan Indien, l'Indonésie suscite dès le XVIe siècle l'appétit des Européens. Sa position sur la route de la soie attire les commerçants portugais, qui y prennent brièvement pied avant d'en être chassés par les Hollandais. La vorace Compagnie néerlandaise des Indes orientales fait main basse sur ses ressources naturelles. En 1822, le prince musulman Diponegoro tente pour la première fois de soulever l'aristocratie javanaise contre les colonisateurs, et son exil fait émerger un sentiment national inédit. Au début du XXe siècle, les mouvements indépendantistes sont férocement réprimés et, lorsqu'ils occupent l'archipel en 1941, les Japonais sont considérés comme des libérateurs. En août 1945, la capitulation nippone s'accompagne de la naissance de la République d'Indonésie. Dirigée d'abord par Sukarno, puis, en 1967, par Suharto, le pays va traverser cinq décennies difficiles, marquées par la répression, le népotisme et la corruption.

Monday, 24 July 2017

Le prince et le chef indien - Une expédition en Amérique du Nord réalisé par Peter Adler



Un voyage en terres amérindiennes, sur les traces du prince et ethnologue allemand Maximilian zu Wied-Neuwied qui entreprit en 1832 avec le peintre suisse Karl Bodmer un voyage de deux ans auprès des populations autochtones d’Amérique du Nord pour documenter leur mode de vie, avec respect et bienveillance.

En 1832, le prince allemand Maximilian zu Wied-Neuwied, naturaliste et ethnologue, entreprend avec le peintre suisse Karl Bodmer un voyage de deux ans auprès des populations autochtones d’Amérique du Nord pour documenter leur mode de vie, avec respect et bienveillance. Il rencontre notamment Mato-tope, chef du peuple mandan, avec qui il se lie d’amitié. Les récits de voyages illustrés qu’en tirent les deux hommes – où l’on retrouve les haches de guerre, calumets de la paix ou coiffes à plumes – ont profondément marqué leurs contemporains, et influencent aujourd’hui encore nos représentations mentales des "Indiens". Ces récits inspireront notamment la série de romans "Winnetou" de Karl May, immensément populaires en Allemagne dès la fin du XIXe siècle. Près de deux siècles plus tard, le documentaire repart sur les traces de ce périple : on remonte le Missouri à travers des paysages somptueux, pour redécouvrir un monde et des cultures aujourd’hui disparues.

Nomades des mers réalisé par Richard Dennison



Le quotidien de deux familles Bajau vivant selon un mode de vie traditionnel alors que la plupart des «nomades de la mer» habitent aujourd'hui sur la terre ferme.

Des trains pas comme les autres - Indonésie réalisé par Philippe Gougler & William Japhet



Pour ce nouvel épisode des Trains pas comme les autres, direction l’Asie, et plus précisément l’Indonésie, le pays des îles.

Le voyage de Philippe débute à Padang, sur l’île de Sumatra. Il prend le train pour rejoindre la région du Minangkabau et ses fabuleuses rizières. Minangkabau qui signifie ‘Buffle victorieux’, est comme son nom l’indique, la région des buffles. Et Philippe va avoir la chance de participer à une fête qui célèbre cet animal, à travers d’impressionnantes courses de buffles !

Philippe continue sa route et change d’île ! Direction l’île de Java, où Philippe prend un train qui passe par un pont métallique au-dessus de la vallée datant du 19ème siècle ! Il se rend à la capitale, Jakarta, où il découvre toute une vie sur les rails !

Il poursuit son voyage au cœur de Java, à la découverte de l’incontournable Temple de Borobudur, un temple datant des années 800 et qui est aussi gigantesque qu’une montagne ! Le temple renferme les secrets d’un art martial ancestral, le Penchaksilat.

Philippe se rend ensuite tout près de là, sur le célèbre Kawa Idgen, un volcan encore actif, qui fait travailler une bonne partie de la population de la région grâce au commerce des blocs de soufre. Philippe fait la rencontre d’un de ces travailleurs de l’extrême, une rencontre pleine d’émotion qui symbolise bien le courage et la bienveillance de ce peuple indonésien.

Sunday, 23 July 2017

Un siècle d'écrivains - Maurice Blanchot réalisé par Hugo Santiago



Maurice Blanchot, né en 1907, est l'auteur d'une œuvre romanesque, critique et philosophique considérable. Il aura exercé sur les lettres et les arts du vingtième siècle une autorité mythique, pourtant aussi discrète qu'exigeante. Il se sera préservé, exemplairement, de toute forme de médiatisation. Ce film s'imposait donc comme un pari : rendre visible l'invisible, tracer l'itinéraire biographique, littéraire et politique d'un absent. Il réunit pour cela les témoins les plus prestigieux : parmi eux, Jacques Derrida, Marguerite Duras, Roger Laporte, Emmanuel Lévinas, Maurice Nadeau furent d'abord les amis de Blanchot, ses amis d'écriture, ses amis de pensée. Giorgio Agamben, Christophe Bident, Daniel Dobbels, Jean-Luc Nancy, Michel Surya témoignent également de la présence irréductible de l'écrivain dans la pensée contemporaine. Avec les voix de Jacques Dupin, Redjep Mitrovitsa, André Wilms et du poète Louis-René des Forêts.

La Main... et les autres - Les visages du boulevard Saint-Laurent réalisé par Paul Carvalho



La Main a été le refuge de grandes vagues d’immigration. Première rue tracée à travers l’île de Montréal, elle est la frontière classique entre les anglophones et francophones. C’est ici le long de cette frontière que les autresvont chercher leur espace.

Nous racontons l’histoire des Italiens, des Juifs et des Chinois qui constituent l’altérité, la première rencontre du Canada français avec le reste du monde au-delà des îles britanniques. Chacun de ces groupes nous a apporté des valeurs culturelles mais ils ont été blessés par des évènements tels que l’imposition de la taxe d’entrée envers les Chinois ou l’internement de l’élite italienne pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Main est le boulevard de tous les possibles car elle échappe aux normes présentes dans le reste de la ville. C’est le lieu de naissance du cinéma au Canada et la rue des spectacles osés. C’est aussi le lieu choisi par les Canadiens français pour établir le Monument-National où le théâtre québécois est né. L’acteuret dramaturge Gratien Gélinas y jouera le fameux Fridolin.

La Main est un lieu de passage car les immigrants finissent par la quitter. Mais elle reste pour eux, comme pour tous les Montréalais, un lieu de rassemblement, le berceau de leur mémoire.

Saturday, 22 July 2017

Comédies musicales : l'histoire d'un succès réalisé par Vincent Dupouy


suite


Le succès de la comédie musicale « Notre-Dame de Paris », en 1998, marque le début du renouveau d'un genre longtemps désuet, à l'exception de quelques productions devenues des classiques, comme « Starmania », « Les Misérables » ou « Émilie Jolie ». Depuis, chaque année voit de nouveaux spectacles rencontrer un franc succès, ce qui a transformé ce divertissement populaire en un véritable phénomène de société.

Henri Poincaré, l'harmonie et le chaos réalisé par Philippe Worms



À l'occasion du centenaire de la disparition de Henri Poincaré (1854 -1912), des mathématiciens, physiciens, philosophes lui rendent hommage. Cédric Villani, Nicolas Bergeron, Tadashi Tokieda, Thierry Dauxois, Etienne Ghys et Alberto Verjovsky Sola se retrouvent dans une maison pour évoquer celui qui fut, à un moment ou à un autre de leur vie, un inspirateur, un déclencheur, un complice. Henri Poincaré est sans doute un des plus grands scientifiques de tous les temps. Avec une vigueur créative peu commune, ses travaux, comme la puissance de ses intuitions, ont irrigué les recherches des scientifiques tout au long du XX ème siècle, jusqu'à aujourd'hui.

Les paradis perdus d'Amazonie réalisé par Angus Macqueen


suite


En juin 2014, près de la frontière entre le Brésil et le Pérou, de jeunes hommes de la tribu amazonienne Sapanahua émergent de la forêt pour établir le premier contact de leur vie avec le monde extérieur. Pourquoi ce peuple, l’un des derniers vivant encore en autarcie, a-t-il décidé de sortir de son isolement ? Un document exceptionnel.

En juin 2014, on découvrait les étonnantes images de jeunes hommes de la tribu amazonienne Sapanahua émergeant de la forêt pour établir le premier contact de leur vie avec le monde extérieur, non loin de la frontière entre le Brésil et le Pérou. Au bien-nommé village de Simpatía, ils furent accueillis notamment par José Carlos Meirelles, un anthropologue de la Funai (la Fondation nationale de l'Indien, organisme gouvernemental brésilien régissant les relations avec les peuples indigènes), qui, entre autres tentatives de fraternisation, a essayé de communiquer avec les nouveaux venus en chantant. Grâce à lui, et au réalisateur Angus Macqueen, qui a entrepris de filmer neuf mois plus tard son travail auprès de 35 Sapanahua, hommes, femmes et enfants, installés dans une réserve sous protection de la Funai, on découvre dans ce film que les mélopées des chercheurs ont été très sévèrement jugées ("Ils chantent comme de la m…", "Ce que c'est laid"…) par les premiers membres de la tribu à traverser le fleuve. C'est l'un des moments drolatiques de cet extraordinaire document, qui décrypte notamment la langue des Sapanahua, jusqu'alors connue d'eux seuls.

Loin de l'éden
Pourquoi ce peuple, l’un des derniers vivant encore en autarcie au fond de l’Amazonie, a-t-il décidé de sortir de son isolement ? Pourquoi quitter une vie au plus près de la nature pour partir à la rencontre d'un homme blanc qu'ils ont appris, sans le connaître, à redouter comme la peste ? À travers ce document extraordinaire, Angus Macqueen laisse entrevoir une existence passée de plus en plus difficile, bien loin d’un éden rêvé : entre envie de s’assimiler à la vie moderne et angoisse constante de disparaître, entretenue par des agressions extérieures. Il montre que ce premier contact a résulté de profonds bouleversements et de conflits intérieurs.

Pink Floyd - The Dark Side of the Moon Live réalisé par David Mallet



En 1994, Pink Floyd tire sa révérence en beauté avec un ultime concert, reprenant l’intégralité de son album mythique de 1974, "The Dark Side of the Moon".

"Impulsion" finale pour Pink Floyd qui, en ce 20 octobre 1994 à Londres, livre sa dernière prestation live, près de trente ans après sa formation. Filmé par vingt caméras et retransmis en direct à la télévision, ce concert événement, qui suit la parution de l'album "The Division Bell," synthétise tout l'apport du groupe britannique au rock : musique psychédélique d'une ampleur peu commune et créativité des scénographies, aujourd'hui encore citées en modèles. Entre autres morceaux célèbres, David Gilmour et ses compagnons rejouent ce soir-là l'intégralité de "The Dark Side of the Moon", leur disque mythique de 1973, qu’ils accompagnent d’effets visuels et lumineux spectaculaires. C'est cette partie, interprétée dans l'ordre de la "tracklist "de l'album, qu'ARTE diffuse ce soir.

Friday, 21 July 2017

24 Hour Party People réalisé par Michael Winterbottom


suite


En retraçant l’histoire du label indépendant Factory Records et de son fondateur Tony Wilson, le cinéaste Michael Winterbottom signe un hommage haut en couleur à une période décisive pour la musique britannique.

En 1976, les Sex Pistols donnent leur premier concert à Manchester. Dans la salle, quarante-deux spectateurs, dont Tony Wilson, présentateur d’une chaîne de télévision locale. Enthousiasmé par l’émergence des formations musicales de l’époque, il décide de les faire connaître par le biais de son émission. Le dénicheur de talents fonde ensuite le label Factory Records, sur lequel signeront, entre autres, les groupes Joy Division et Happy Mondays.br />
Entre punk, acid house et "rave-o-lution", ce film vibrionnant et culte nous fait revivre les excès de "Madchester" et met en lumière le rôle fondamental de Tony Wilson – décédé en 2007 – dans l’apparition d’une nouvelle scène musicale outre-Manche.

L'Afrique vue d'en haut - La province du Cap réalisé par Darren Putter



Découverte aérienne de la ville du Cap, baptisée en référence au Cap de Bonne-Espérance situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de son centre historique.

Les amants et le dictateur réalisé par Ross Adam & Robert Cannan


suite


En 1978, la Corée du Nord fait enlever deux stars sud-coréennes pour relancer sa production cinématographique. Une saisissante illustration de la folie vertigineuse des maîtres de Pyongyang, racontée à la manière d'un thriller hollywoodien.

Dans les années 1960, le réalisateur-producteur Shin Sang-ok et sa femme, la comédienne Choi Eun-hee, font partie des grandes stars du cinéma sud-coréen. Après leur divorce, en 1976, les deux vedettes traversent une période difficile. Répondant à l'invitation d'une productrice qui souhaite lui proposer un projet, Choi Eun-hee se rend en février 1978 à Hong Kong. Enlevée par des agents nord-coréens, l'actrice disparaît sans laisser de traces. Six mois plus tard, Shin Sang-ok se rend sur place pour enquêter sur cette mystérieuse disparition et se retrouve à son tour incarcéré. Il ne sera libéré que cinq ans plus tard par Kim Jong-il, le fils du dictateur Kim Il-sung, pour piloter le renouveau du cinéma nord-coréen. En un peu plus de deux ans, Shin Sang-ok et Choi Eun-hee vont enchaîner pour Pyongyang le tournage de dix-sept films avant d'échapper, à la faveur d'un voyage en Autriche en 1986, à la surveillance de leurs redoutables geôliers…

Folie vertigineuse
Des enregistrements sur cassettes audio dignes d'un film d'espionnage, un récit hallucinant de l'actrice Choi Eun-hee, les témoignages de ses enfants adoptifs et de son frère, ceux aussi des membres des services secrets occidentaux chargés de l'affaire et, surtout, des archives rarissimes de la dictature nord-coréenne… En retraçant à la manière d'un thriller hollywoodien les huit ans de calvaire des deux stars du cinéma sud-coréen, Robert Cannan et Ross Adam apportent une saisissante illustration de la folie vertigineuse des maîtres de Pyongyang, l'un des régimes les plus féroces de la planète.

101 - Depeche Mode réalisé par Donn Alan Pennebaker


suite


Orfèvre du documentaire musical, D.A. Pennebaker ("Don't look back", "Ziggy Stardust and the spiders from Mars") a filmé l'inoubliable concert de Depeche Mode au stade Rose Bowl, en Californie, le 18 juin 1988.

La sortie en mars 2017 de "Spirit", son quatorzième album, l'a démontré : salué par la critique et acclamé par le public, le groupe synthé-pop de Dave Gahan ne se démode pas, près de quarante ans après ses débuts. Réputé pour révéler l’esprit d’une époque grâce à ses musiciens, le réalisateur de légende D. A. Pennebaker ("Dont Look Back", avec Bob Dylan, en 1967, "Ziggy Stardust and the Spiders from Mars", en 1973) accompagnait la formation britannique lors de sa tournée américaine en 1988, et signait un film devenu un classique du "rockumentaire". Celui-ci culmine lors d'un gigantesque concert donné au Rose Bowl Stadium de Pasadena, en Californie, le 18 juin 1988 : le 101e et dernier de la tournée qui achevait de consacrer Depeche Mode au firmament pop, vu par le regard unique du réalisateur orfèvre du documentaire musical.

Thursday, 20 July 2017

Les Roms, des citoyens comme les autres ? réalisé par Eva Gerberding & André Schäfer


suite


Pourquoi les Roms suscitent-ils le rejet en Europe ? Aux quatre coins de l'UE, cette enquête fouillée sur les raisons de cette stigmatisation déconstruit au passage des préjugés tenaces.

En République tchèque, 28 % des enfants roms sont toujours scolarisés dans des écoles pour déficients mentaux, malgré la condamnation de la Cour européenne des droits de l'homme. Aujourd'hui, la situation des Roms est pire dans les États membres que sous le communisme. L'Union européenne a pourtant investi des milliards d'euros pour faciliter l'intégration de cette minorité, sans changement notable. Alors qu'en France on l'expulse et on lui dénie toute possibilité d'intégration, à Berlin, la communauté rom – aussi nombreuse que sur le territoire français – semble trouver une place dans la société allemande. Comment expliquer une telle différence ? Entre aberrations politiques et montée des populismes, cette population stigmatisée symbolise l'histoire d'une Europe qui se fissure.

Au-delà des clichés
Cette enquête riche d'archives dresse le portrait d'une minorité aux identités multiples et aux origines méconnues. Députés européens, sociologues, historiens et activistes aux points de vue parfois divergents se succèdent pour démonter les stéréotypes tenaces qui poursuivent les Roms. Le réalisateur Samuel Lajus nous emmène aussi dans les pays de l'Est, de la Hongrie à la République tchèque en passant par la Roumanie. Un tour d'horizon glaçant qui permet de mieux appréhender la réalité de cette communauté encore marginalisée.

Une vie de chaton réalisé par Jackie Garbutt



Ils ne sont pas seulement les stars planétaires du web ! Les chatons sont aussi objet d?études pour mieux comprendre les phases de leur développement. Ce film s?intéresse à la première année de vie d?une huitaine d?entre eux, nés dans des environnements différents.

De leur naissance à leur premier anniversaire, en passant par leurs premiers pas ou leur départ vers leur nouvelle famille, des chatons de trois portées différentes, de salon, sauvages ou de ferme, invitent à découvrir le monde à travers leurs yeux. Après à peine quelques semaines de vie, il est temps pour eux de rejoindre leur foyer définitif, et d'y prendre leurs marques. Si certains sont accompagnés de leurs frères et soeurs, d'autres, à l'instar de Sassy, qui a grandi dans un refuge, doivent s'habituer au contact humain et à la présence d'autres animaux, comme des chiens. Comment vont-ils s'acclimater à leur nouvel environnement ? Leur premier anniversaire marque leur passage de l'enfance à l'âge adulte. Un cap, qui les voit devenir de vrais chats, dotés de tous les comportements inhérents à leur espèce.

Les bâtisseurs de châteaux - Maîtres d'oeuvre et artisans réalisé par John Geraint




Retour sur l'histoire des plus grands châteaux français et britanniques, leur construction, leur architecture et leur rôle dans la société.

Wednesday, 19 July 2017

À St-Henri le 26 août réalisé par Shannon Walsh



Tourné en 24 heures, À St-Henri, le 26 août rassemble quelques-uns des plus brillants cinéastes documentaires québécois autour de cet ancien quartier ouvrier de Montréal. Dans un style cinéma direct, à l'affût des histoires qui font l'épaisseur d'une journée dans la vie quotidienne du quartier, ce film parcourt des trajectoires qui se côtoient ou se traversent tout en restant opaques les unes aux autres. En 2010, Saint-Henri nous offre un microcosme qui reflète merveilleusement combien le temps et le changement s'inscrivent dans un espace urbain resté profondément enraciné dans son passé industriel vibrant.

Ni épouse ni concubine - La nouvelle femme chinoise réalisé par Laetitia Schoofs



En Chine, des femmes partent à la conquête de leur corps, de leur désir, de leur vie tout court. Paroles d'audacieuses qui osent remettre en question le modèle du couple traditionnel et des unions imposées.

Dans une clinique gynécologique de Pékin, le docteur Hongli interroge sans tabou ses patientes. "Elles sont nombreuses à se plaindre de leurs problèmes de couple", explique la sexologue, qui anime par ailleurs un atelier collectif dédié au "sexe heureux". Un demi-siècle après la Révolution culturelle des années Mao, un nouveau bouleversement s'amorce dans les grands centres urbains de Chine : celle des femmes qui aspirent à disposer de leur corps, à prendre en compte leur désir et à décider de leur vie, même si elles doivent pour cela s'échapper des schémas imposés par les traditions. Elles sont encore célibataires, comme l'auteure et blogueuse Wen-Wen ou la jeune Christy qui, en cachette de ses parents, ne craint pas de poser nue pour un photographe. Certaines n'ont pas refait leur vie après un deuil, à l'instar de Li Hua, qui reconnaît n'avoir jamais éprouvé de désir physique, mais ne désespère pas d'en ressentir pour un nouveau compagnon.

Révolution sexuelle
Qu'elles revendiquent fièrement leur amour, à l'instar du couple lesbien que forment Ting et Ping, militent au sein d'associations pour les droits des femmes ou partagent leurs expériences dans un collectif comme Bcome, les femmes de tous âges et conditions rencontrées par Laetitia Schoofs s'expriment en toute franchise, et revendiquent leur droit au plaisir. Étudiante, Hua-Ying en est certaine : "Le plus important pour une femme, c'est d'avoir le droit de choisir : le moment où elle veut avoir des enfants ou avorter, mais aussi son conjoint – un homme ou une femme –, ou même de rester seule." Cette mosaïque de témoignages en dit long sur la soif de liberté des Chinoises à l'ère de la mondialisation.

Speed - À la recherche du temps perdu réalisé par Florian Opitz


suite


Dans ce monde hyper connecté où tout va de plus en plus vite, notre rapport au temps se réduit souvent au sentiment d'en manquer... Florian Opitz se penche avec philosophie et humour sur ce mal du siècle.

Nous ne cessons de gagner du temps. Et pourtant, au bout du compte, nous en avons de moins en moins. Cherchez l'erreur ! Bardés de nos appareils électroniques, nous filons d’un rendez-vous à l’autre. Mais pour les choses vraiment importantes, les amis, la famille, le temps semble ne plus suffire. Qui appuie sur l’accélérateur ? Dans "Speed – À la recherche du temps perdu", le cinéaste Florian Opitz mène l’enquête. Avec son regard subjectif et sarcastique, il parvient à aborder le thème complexe de l’accélération du quotidien d’une manière divertissante et très visuelle. Il interroge des spécialistes de la gestion du temps et de la dépendance numérique, des thérapeutes et des scientifiques sur les causes et les conséquences du manque de temps chronique, des conseillers en entreprise et des connaisseurs des marchés financiers. Il rencontre ceux qui poussent à l’accélération mais aussi ceux qui refusent de se laisser entraîner dans cette course effrénée et lui font redécouvrir les bienfaits de la lenteur.

La vie sur le récif - Été réalisé par Nick Robinson



La Grande Barrière de corail située au large de l'Australie possède l'un des écosystèmes les plus riches et complexes au monde. Cette série inédite, en trois épisodes, explore la diversité de sa faune et de sa flore. Dernier volet : l'été marque la saison des cyclones qui peuvent s'avérer être très destructeurs et menacer notamment le récif et son équilibre délicat...

Située au large du Queensland, en Australie, la Grande Barrière de corail est le plus grand récif corallien du monde : une surface de 344 400 kilomètres, plus de 2 300 kilomètres de côtes, pas moins de 2 900 récifs et 900 îles… Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1981, elle constitue également la plus grande structure créée par des organismes vivants marins. Tournée sur une période de douze mois, cette série s'intéresse à ses extraordinaires habitats et suit ceux qui consacrent leur vie à la préservation de cet environnement sauvage. L'été est la saison des tempêtes. Les habitants du Queensland septentrional se préparent à l'arrivée d'un cyclone de catégorie 5 sur la côte. Depuis ces dix dernières années, les tempêtes destructrices sont responsables de près de 48 % du déclin de la couverture corallienne. Avec la hausse des températures du globe, les cyclones seront de plus en plus violents. Comment le récif répondra-t-il aux menaces qui pèsent sur son délicat équilibre ?

Tuesday, 18 July 2017

La vie sur le récif - Le printemps réalisé par Nick Robinson



La Grande Barrière de corail située au large de l'Australie possède l'un des écosystèmes les plus riches et complexes au monde. Cette série en trois épisodes explore la diversité de sa faune et de sa flore. Deuxième épisode : au printemps, les scientifiques viennent assister à la ponte des coraux, un évènement spectaculaire qui profite également aux raies manta.

La Grande Barrière est sur le point de connaître une nouvelle explosion de vie. De nuit, des plongeurs assistent au frai des coraux, qui n’a lieu qu'une fois par an. Les raies manta, grandes voyageuses pouvant vivre jusqu’à 80 ans, profitent alors de l’événement pour se nourrir dans ces eaux exceptionnellement riches en nutriments. À cette saison, des milliers d’oiseaux de mer se rassemblent sur North West Island, tout au sud de la Grande Barrière. Enfin, dans les mangroves de l'île de Hinchinbrook, les crocodiles marins défendent violemment leurs œufs, tandis que, dans l’extrême nord de la Grande Barrière, agents de protection du parc et scientifiques luttent pour endiguer une invasion potentiellement catastrophique d'acanthasters pourpres – des étoiles de mer responsables de 40 % des destructions de récifs coralliens au cours des dernières décennies.

Monday, 17 July 2017

Un siècle d'écriains - René Char réalisé par Marie-Claude Char & Jacques Malaterre



Nourri des témoignages de ses proches et des lectures de ses poèmes, un parcours en cinq thèmes dans l’univers de René Char : la jeunesse, le surréalisme, l’engagement, les écrits, les amitiés.

La vie sur le récif - L'hiver réalisé par Nick Robinson



La Grande Barrière de corail située au large de l'Australie possède l'un des écosystèmes les plus riches et complexes au monde. Cette série en trois épisodes explore la diversité de sa faune et de sa flore. Premier volet : l'hiver marque le retour des baleines qui se préparent à mettre bas dans les eaux chaudes du récif corallien.

Située au large du Queensland, en Australie, la Grande Barrière de corail est le plus grand récif corallien de la planète. Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1981, elle constitue également la plus grande structure créée par des organismes vivants, du plancton microscopique aux baleines de cent tonnes. Tournée sur une période de douze mois, cette série s'intéresse à son extraordinaire habitat marin et suit les personnes qui consacrent leur vie à la préservation de cet environnement sauvage.

Premier épisode : l'hiver, saison des alizés où le temps est au beau fixe. Les baleines ont entamé leur long voyage jusqu'au récif et se préparent à mettre bas dans les eaux chaudes de la Grande Barrière de corail. Sur l'île la plus protégée de toute l'Australie, Raine Island, des scientifiques et des équipes de sauvetage œuvrent à la protection de la plus grande zone de nidification des tortues au monde. À la station de recherche de Lizard Island, des biologistes venus du monde entier étudient un aspect peu connu du monde marin : la manière dont les poissons émettent des vocalises au lever et au coucher du soleil.

Sunday, 16 July 2017

Buffalo Bill et la conquête de l'Est réalisé par Vincent Froehly



Après la conquête définitive de l'Ouest, la guerre de Sécession unifie dans le sang la grande nation américaine. Héros de guerre et chasseur de bisons, Buffalo Bill, né William Frederick Cody, monte un spectacle dans les années 1880, le Wild West show, qui popularise le mythe du Far West. Emmenant cow-boys, Indiens, chevaux et bisons, il part alors pour l'Europe et présente son spectacle dans plusieurs centaines de villes, attirant de 50 millions à 70 millions de curieux. C'est le début de l'américanisation du Vieux Continent.

Robert Frank - L'Amérique dans le viseur réalisé par Laura Israel



Figure marquante de la photographie de la seconde moitié du XXe siècle, Robert Frank a fait de l'image le matériau premier de sa créativité. Compagnon de route du mouvement beatnik, auteur de l'ouvrage culte "Les Américains", il se livre avec générosité et humour dans ce portrait passionnant.

Encouragé par son aîné Walker Evans, l'Américano-Suisse Robert Frank laissera sa trace dans l'histoire de la photographie. Pour lui, tout commence avec "Les Américains", son premier livre. Publié à la fin des années 1950, l'ouvrage réunit 83 clichés, savamment choisis parmi les plus de 20 000 qu'il a collectés au fil des trente étapes d'un long périple à travers les États-Unis. "Les visages sont plus intéressants que les paysages, alors je me suis concentré pour me rapprocher des gens", précise le photographe, lorsqu'il raconte la genèse de son deuxième "road trip", effectué après plusieurs mois passés au Pérou. Saisis dans la banalité du quotidien, ses portraits d'hommes et de femmes, travailleurs modestes des villes et des campagnes, ont donné chair aux grands oubliés du rêve américain de l'après-guerre. "À l'époque, rappelle-t-il, la plupart des critiques ont été assez méchants. Ils ont dit : 'Ce type doit haïr l'Amérique pour photographier des gens comme ça.' [...] J'étais un chasseur. Un chasseur d'images ; ce voyage m'a appris à l'aimer."

La passion de l'image
Né à Zurich en 1924, Robert Frank se passionne très jeune pour la photo, que son père pratique en amateur. Émigré aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, il pige un temps pour "Harper's Bazaar" avant de prendre son indépendance. Compagnon de route du mouvement beatnik, ami d'Allen Ginsberg et de Jack Kerouac, Robert Frank a fait de l'image le matériau premier de sa créativité. Comme photographe, mais aussi comme cinéaste, puisqu'il a réalisé entre 1959 et 2009 plus d'une vingtaine de films, courts métrages et documentaires expérimentaux. Mêlant de nombreuses archives d'interviews et d'extraits de films, le beau documentaire que lui consacre Laura Israel balaye soixante-dix ans d'une carrière bien remplie. Il s'appuie surtout sur de passionnantes rencontres avec l'artiste. Interrogé chez lui, à New York et dans son repaire canadien de Mabou, en Nouvelle-Écosse, le facétieux nonagénaire puise dans ses albums et ses caisses d'archives pour commenter, avec humour et gourmandise, une œuvre foisonnante et inclassable.

Monsieur Mayonnaise réalisé par Trevor



De Hollywood à Melbourne en passant par Paris et Berlin, le peintre et cinéaste Philippe Mora entreprend de reconstituer le parcours extraordinaire de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale. Un road-movie enlevé et profond.

Philippe Mora a décidé de faire revivre le passé de sa famille dans une bande dessinée intitulée Monsieur Mayonnaise, le nom de code de son père dans la Résistance française. Né Gunter Morawski en 1913, ce dernier déserte l’Allemagne vingt ans plus tard lorsque les juifs sont chassés des universités par Hitler. Il vit la bohème parisienne jusqu’à l’invasion nazie puis, sous l’identité de Georges Morand, s’illustre au sein de l’OSE (Œuvre de secours aux enfants), en aidant des orphelins juifs à fuir le pays. À l’issue du conflit, il fait la connaissance de Mirka Zelik – future artiste renommée en Australie, où ils s’installeront –, libérée in extremis du camp de transit où elle avait été conduite avec les autres raflés du Vel’d’Hiv.

Puzzle mémoriel
Philippe Mora débute son enquête à Melbourne, où sa mère, pétillante et attachante octogénaire, exhume des souvenirs, des photographies et des films de famille irrigués par une soif de vivre contagieuse. Au fil de ses voyages et de ses rencontres – dont deux séquences bouleversantes, l’une avec le psychiatre Henry Parens, que Georges a aidé à rejoindre les États-Unis, l’autre avec la fille du couple qui a caché les Zelik pendant la guerre –, l’artiste rassemble peu à peu les pièces du puzzle, qu’il transpose en peintures bigarrées aux lignes enfantines pour son roman graphique. Intégrées au film, elles illuminent cette quête mémorielle aussi drôle qu’émouvante où l'on croise aussi des nonnes, le mime Marceau et des experts de la mayonnaise.

Edward & George - Deux frères pour une seule couronne réalisé par Claire Walding



En décembre 1936, Edward VIII renonce au trône britannique pour pouvoir épouser sa dulcinée, l'Américaine Wallis Simpson. La belle a déjà divorcé deux fois, une situation que ne peut tolérer l'étiquette royale. Albert, le cadet d'Edward, se résout à contrecoeur à régner sous le nom de George VI.

Le 11 décembre 1936, Edward VIII renonce au trône britannique pour pouvoir épouser sa dulcinée, l’Américaine Wallis Simpson. La belle a déjà divorcé deux fois, une situation que ne peut tolérer l’étiquette royale. Albert, le cadet d’Edward, se résout à contrecœur à régner sous le nom de George VI. Comme l'a bien raconté le film Le discours d'un roi, ce timide, handicapé par un terrible bégaiement, déteste les apparitions en public. Mais c'est un homme de cœur que ses sujets apprendront à aimer et qu'ils plébisciteront lorsque la Seconde Guerre mondiale fera rage. Qu’en est-il de son frère ? Était-il ouvert aux thèses nazies ? Approuvait-il la proximité de son épouse, la duchesse de Windsor, avec les dignitaires du Troisième Reich ? Ne dit-on pas qu’elle fut la maîtresse du ministre des Affaires étrangères allemand von Ribbentrop ? Edward souhaitait-il la défaite de l’Angleterre dans l'espoir de récupérer le trône avec l'aide d'Hitler ? Cette enquête passionnante, fondée sur de nombreux documents d’archives, permet de mieux cerner les personnalités dissemblables des deux frères.

Wallis Simpson, duchesse de Windsor - Celle par qui le scandale arriva réalisé par Claire Walding



En 1936, le roi d'Angleterre Édouard VIII abdique pour épouser Wallis Simpson. Le récit, sobre et débarrassé des fantasmes, de la vie d'une Américaine modeste devenue trouble-fête politique.

Wallis Simpson compte parmi les femmes les plus vilipendées du XXe siècle. C’est en effet pour épouser cette Américaine deux fois divorcée que le roi d’Angleterre Édouard VIII renonce au trône en 1936, après moins d’un an de règne. Née en 1896 en Pennsylvanie, Wallis, orpheline de père, grandit dans des conditions précaires et mise très tôt sur le mariage pour progresser socialement. Mais ses choix matrimoniaux sont loin d'être toujours heureux. Si, à partir de 1935, sa liaison avec le prince héritier Édouard lui ouvre les portes "d’un monde nouveau et chatoyant", elle fait aussi d’elle la cible de multiples rumeurs et de l’animosité publique. Après leur mariage en 1937, le couple, tenu en marge par la famille royale, a mené une vie itinérante, passant par l’Allemagne nazie ou les Bahamas, où Édouard a été nommé ambassadeur. Intrigante ayant détourné de son devoir un prince trop naïf ? Ou héroïne d’une grande passion amoureuse ? Des deux images, c’est la première qui a été le plus largement reprise. Dépassant ces clichés, ce documentaire retrace la vie de Wallis Simpson sans pathos ni sensationnalisme, délestant sa biographie des mythes et des passions que la dame a cristallisés.

David Hockney : le temps retrouvé réalisé par Michael Trabitzsch



Portrait du peintre britannique David Hockney, à qui le Centre Pompidou consacre une rétrospective. Depuis les années 1960, ses tableaux ont façonné la vision contemporaine des paysages californiens, de leur lumière spécifique et de leurs piscines.Portrait du peintre britannique David Hockney, à qui le Centre Pompidou consacre une rétrospective. Depuis les années 1960, ses tableaux ont façonné la vision contemporaine des paysages californiens, de leur lumière spécifique et de leurs piscines.

Chez les amateurs d’art contemporain, son nom sonne comme une promesse : plus de lumière, plus de couleurs (acidulées), plus de style. Depuis les années 1960, les tableaux de David Hockney, ont façonné la vision contemporaine des paysages californiens, de leur lumière spécifique et de leurs piscines. À l’occasion des 80 ans du peintre, la Tate Britain lui a consacré une grande rétrospective, imitée, de juin à octobre prochain, par le Centre Pompidou. Ce documentaire raconte la quête existentielle d'un artiste qui, en immortalisant le quotidien le plus banal, tente de trouver le sens de la vie moderne.

The Rolling Stones : Havana Moon réalisé par Paul Dugdale



Les meilleurs moments du concert historique donné le 25 mars 2016 par les Rolling Stones à La Havane. Au programme, leurs succès mémorables tels que "Jumpin' Jack Flash", "Paint it black", "Miss you", "All down the line", "Satisfaction" ou le non moins mythique "Sympathy for the devil".

Barack Obama était passé quatre jours auparavant pour une visite historique à Cuba. Simple chauffeur de salle des Rolling Stones, ont plaisanté les mauvais esprits. Le concert gratuit donné en plein air à la Ciudad Deportiva de La Havane le 25 mars 2016 a été un événement pour plus d’un million de spectateurs, qui n’avaient jamais vu de concert de rock d’une telle ampleur. Les Stones ont été à la hauteur de leur légende en interprétant leurs succès mémorables tels que "Jumpin' Jack Flash", "Paint it Black", "Miss You", "All Down the Line", "Satisfaction" ou le non moins mythique "Sympathy for the Devil" – un clin d'œil peut-être au Vatican, qui avait protesté contre la tenue du concert un vendredi saint. Mick Jagger, en chemise de satin rose indien, avait déclaré dès sa montée sur scène : "Nous y voilà enfin ! Nous sommes sûrs que cette soirée va être un moment inoubliable, tant pour vous que pour nous… Les temps changent." Devant une foule très jeune, cette performance sans faute des papes du rock'n'roll fait vibrer d'intenses émotions.

Saturday, 15 July 2017

Doctor Prince & Mister Jackson réalisé par Philip Priestley


suite


ARTE rend hommage à Prince, décédé le 21 avril à l'âge de 57 ans, en rediffusant ce portrait croisé de deux icônes planétaires qui dominèrent la scène musicale des années 1980 : Michael Jackson et Prince. Noirs, musiciens de génie et danseurs époustouflants, nés tous deux en 1958, ils se livrèrent alors à un prodigieux duel artistique.

Faux jumeaux, éternels rivaux. À l'aube des années 1980, deux météorites, nées la même année (1958), enflamment la scène musicale par les deux bouts. Des artistes dotés d'un génie musical et chorégraphique hors du commun : légendaire moonwalk pour l'un, sensualité brûlante pour l'autre. Comme aucun musicien noir avant eux, le "roi de la pop" et le "prince du funk" happent le public blanc. Et s'imposent, en à peine deux albums, en icônes planétaires... S'appuyant sur des archives et les témoignages de leurs musiciens et managers, un retour groovy sur l'épopée de ces deux géants.

"Thriller" contre "Purple Rain"
Dans le sillage du label Motown des années 1970, c'est Michael Jackson, enfant prodige managé par la sévère figure paternelle, qui ouvre les hostilités : en 1979, "Off the wall", premier opus solo produit par Quincy Jones, électrise les dancefloors. Et propulse au firmament des stars pop le benjamin des Jackson Five à la voix haut perchée. Mais à Minneapolis, une voix féminine funky prépare la contre-offensive. Extravagante fusion entre Sly et Hendrix, Prince Rogers Nelson, musicien surdoué, dégaine "Dirty mind". Manière de revendiquer le titre de "His Royal Badness" qui bientôt lui colle à la peau, comme ses spencers à col monté. "Controversy" (1981) et "1999" (1982) hissent l'héritier illégitime de James Brown au sommet des hits. Pendant ce temps, "Thriller" et son légendaire "Beat it" déferle sur le monde comme un raz de marée - l'album a battu le record de cent millions d'exemplaires vendus. Prince cultive l'ambiguïté sexuelle dans l'élan de la révolution gay en cours ? Peter Pan asexué, le héros de "Billie Jean" cautionne le reaganisme triomphant. Conscient de la montée en puissance de MTV, Michael Jackson signe dans la foulée un clip historique de quatorze minutes. Prince rétorque avec "Purple rain"...

Documenta 14 - Le monde de l’art, l’art du monde réalisé par Natascha Pflaumbaum



Présentée par son directeur artistique, Adam Szymczyk, et des artistes invités, une immersion dans la nouvelle édition de la Documenta, la célèbre exposition d'art contemporain qui se tient cette année conjointement à Athènes et à Cassel, en Allemagne.

Organisée tous les cinq ans, l’exposition d’art contemporain Documenta se tient pour sa 14e édition conjointement à Athènes (du 8 avril au 16 juillet), et à Cassel, en Allemagne (du 10 juin au 17 septembre). Pour ce documentaire portant sur les coulisses de sa préparation, Natascha Pflaumbaum a rencontré à New York, Beyrouth et Leicester quelques-uns des artistes engagés dans la préparation de cet événement culturel majeur, et les a accompagnés en Grèce et au Kosovo, où certains sont allés effectuer des recherches. Elle s'entretient également avec le critique d'art et ancien conservateur en chef de la Kunsthalle de Bâle en Suisse, Adam Szymczyk, qui assure la direction artistique de cette nouvelle édition très attendue.

L'Afrique vue d'en haut - Le Botswana réalisé par Darren Putter



Le désert du Kalahari est situé entre les bassins des fleuves Zambèze et Orange et couvre une large partie du Botswana ; découverte de cette région.

Les tisseuses de lotus du lac Inle réalisé par Anna-Lena Maul & Peter Moers



La fleur de lotus possède une fibre textile très demandée en Birmanie et, de plus en plus, en Europe. Gros plan sur l'activité grandissante des tisseuses du lac Inle.

En Birmanie, le lac Inle, à l’est du pays, possède une flore remarquable, et, surtout, des lotus en quantité. Cette fleur, dans laquelle Bouddha serait né, symbolise la pureté et la spiritualité. Mais c’est surtout de la tige que les habitants du lac tirent leurs revenus : elle contient des fibres permettant de confectionner des tissus qui revêtent une fonction sacrée dans le bouddhisme. La demande prend de l’ampleur à tel point qu'une marque italienne de prêt-à-porter utilise ces tissus pour confectionner des vestes de luxe pour hommes… Les tisseuses du lac Inle doivent s’adapter à cette évolution socio-économique.

Friday, 14 July 2017

United Kingdom of Pop.(2/2) Britpop, Boygroups, Brexit réalisé par Nicole Kraack & Stefanie Schäfer



La Grande-Bretagne, chef de file de la pop culture européenne ? Second volet de ce tour d'horizon de soixante ans de génie créatif, des sombres années Thatcher jusqu’au mouvement Cool Britannia des années 1990 (et l’arrivée au pouvoir de Tony Blair).

Des sombres années Thatcher jusqu’au mouvement Cool Britannia des années 1990 (et l’arrivée au pouvoir de Tony Blair), société et (contre-)culture anglaises n’en finissent pas de s’influencer. Et les artistes outre-Manche d’imposer leur singularité en écho et en réaction aux productions US : boys bands et girls bands à la chaîne, déferlante électro, "britpop" et émergence du "grime" dans les garages londoniens… À l’heure du Brexit, dont les conséquences futures pour la scène culturelle britannique sont encore floues, les artistes sont attendus au tournant.

"God save the pop!"
Les Beatles, les Rolling Stones, Coldplay ou Adele en musique, James Bond et Harry Potter au cinéma, mais aussi les Monty Python, Mr. Bean ou Eddie Izzard chez les humoristes… Avec "United Kingdom of Pop", ARTE rend hommage à la Grande-Bretagne et célèbre genres, stars et sous-cultures. En s'appuyant sur des artistes et des témoins contemporains, le documentaire passe en revue les six dernières décennies, soulignant l'esprit d'ouverture multiculturel qui rend la créativité britannique si florissante. Un savoureux avant-goût du Summer of Fish'n'Chips, lancé officiellement sur ARTE ce 14 juillet.

United Kingdom of Pop.(1/2) Beatles, Bowie, Bond réalisé par Thorsten Ernst & Nicole Kraack



La Grande-Bretagne, chef de file de la pop culture européenne ? Tour d'horizon de soixante ans de génie créatif, avec les Beatles, les Rolling Stones, Coldplay ou Adele en musique, James Bond et Harry Potter au cinéma mais aussi les Monty Python, Mr. Bean ou Eddie Izzard chez les humoristes.

C’est dans les années 1950 que la culture pop british prend son essor, avec son mélange inimitable de virtuosité, d’humour et de culot. Après les premières expérimentations musicales teintées de jazz et de R'n'B, l’Angleterre saute à pieds joints dans les Swinging Sixties, et la jeunesse du monde entier se déhanche bientôt au son des Beatles et des Rolling Stones. Alors que les idoles britanniques s’exportent et font des émules – au point qu’on parle bientôt de "British invasion" –, le Royaume-Uni prépare déjà sa prochaine révolution culturelle. Du glam au métal en passant par le punk, les décennies d’après-guerre sont tout sauf policées.

"God save the pop!"
Les Beatles, les Rolling Stones, Coldplay ou Adele en musique, James Bond et Harry Potter au cinéma mais aussi les Monty Python, Mr. Bean ou Eddie Izzard chez les humoristes… Avec "United Kingdom of Pop", ARTE rend hommage à la Grande-Bretagne et célèbre genres, stars et sous-cultures. En s'appuyant sur des artistes et des témoins contemporains, le documentaire passe en revue les six dernières décennies, soulignant l'esprit d'ouverture multiculturel qui rend la créativité britannique si florissante. Un savoureux avant-goût du Summer of Fish'n'Chips, lancé officiellement sur ARTE ce 14 juillet.

Monty Python live (Mostly) One Down Five to Go réalisé par Aubrey Powell


suite


Événement ! Quarante-cinq ans après leurs premiers succès, les légendaires Monty Python sont remontés sur scène en 2014, pour une dizaine de dates. Toujours en forme, les cinq trublions septuagénaires – John Cleese, Terry Jones, Eric Idle, Michael Palin et Terry Gilliam tirent leur révérence avec un trait d’humour noir.

Les inconditionnels des Monty Python n’osaient plus l’espérer : depuis leur dernière folie cinématographique, Le sens de la vie, en 1983, puis le décès de Graham Chapman en 1989, la mythique troupe d’humoristes british était peu ou prou dissoute. En novembre 2013, l’annonce d’une reformation exceptionnelle pour une unique représentation à Londres faisait ainsi l’effet d’une bombe : les vingt mille tickets se sont arrachés en une quarantaine de secondes.

Un de parti, cinq sur le départ
Toujours en forme, les cinq trublions septuagénaires – John Cleese, Terry Jones, Eric Idle, Michael Palin et Terry Gilliam – ont finalement prévu dix dates. ARTE diffuse la dernière de ces représentations, enregistrée le 20 juillet 2014. Au programme : les sketches les plus célèbres du Flying Circus, la série télévisée de leurs débuts, leurs chansons irrévérencieuses, le tout ponctué de références bien senties à leurs films cultes Sacré Graal ou La vie de Brian, et encore bien d'autres surprises. Avec le sous-titre de leur show, "One down, five to go" (un de parti, cinq sur le départ), ces apôtres de l’absurde tirent leur révérence avec un trait d’humour noir.

Thursday, 13 July 2017

J'irai dormir chez vous - Hawaï réalisé par Antoine de Maximy



Antoine de Maximy visite Hawaii. Dans la petite ville de Hilo, il rencontre une famille surprenante. A cause de la crise, plusieurs générations vivent sous le même toit. Manquant cruellement de place dans leur petite habitation, ils ne peuvent pas loger le voyageur. L'étape suivante est Honolulu et l'île d'Ohau, qu'Antoine parcourt en Harley-Davidson jusqu'au fameux spot de Pipeline. Ensuite, il prend le bateau pour l'île de Molokoi. A vélo, il croise Zelda et Todd, qui acceptent de l'accueillir dans leur cabane en bord de mer. C'est l'endroit idéal pour goûter l'atmosphère si particulière des plages hawaïennes.

J'irai dormir chez vous - Pays-Bas réalisé par Antoine de Maximy



Aux Pays-Bas, Antoine de Maximy commence son voyage à Goes dans la province de Zélande. Après une soirée dans un bar, il rencontre Elisa et sa fille, qui l'invitent spontanément à un petit rassemblement hippie. Après un concert de reggae, la soirée se termine dans la famille d'Elisa. Le voyageur file ensuite vers le nord-est du pays, il atterrit à Pekela. Il est invité dans une petite maison où un orchestre semble se produire. A Amsterdam, il quitte le centre et le quartier rouge et se dirige vers une zone résidentielle. Il aperçoit une famille vivant dans un appartement semi enterré. C'est par la fenêtre qu'il entre pour boire un café.

Singes malins et perroquets prodiges réalisé par Simon Bell


suite


Pendant longtemps, l'idée même que les animaux pouvaient éventuellement parler, résoudre des problèmes, ressentir des émotions paraissait saugrenue. Quiconque en émettait l'hypothèse se faisait aussitôt taxer d'anthropomorphisme, tant l'humain avait besoin de se sentir et de se penser l'unique et le seul être doué de raison et de sentiments. Mais tout ceci est actuellement en train de changer. A travers le monde, des recherches scientifiques, éthologiques et comportementales révèlent que les animaux sont bien plus intelligents que ce qu'on imaginait et croyait jusqu'à présent. Se pose maintenant la question de savoir jusqu'à quel point.

Wednesday, 12 July 2017

Garonne, Gironde, Dordogne : les voies royales du Bordelais réalisé par Christophe Boyer



Le paysage du Bordelais est façonné par le cours de trois fleuves. La Garonne, qui prend sa source dans les Pyrénées, la Dordogne, qui voit le jour dans le Massif Central, et qui se rejoignent pour donner naissance à la Gironde, un estuaire large et puissant qui s'ouvre sur l'Océan Atlantique. C'est à Bordeaux, baignée par les eaux de la Garonne que s'ouvre cette histoire. En faisant peau neuve, l'image de la cité froide, bourgeoise et très «british», s'estompe peu à peu, et Bordeaux retrouve des couleurs oubliées.

Le génie des lieux : ENS L'école de l’engagement à Paris réalisé par Antoine de Gaudemar & Mathilde Damoisel



Tour d'horizon en trois épisodes des plus prestigieuses écoles de formation des élites d'Europe. Création de la Révolution française, l'École Normale Supérieure a favorisé l'éclosion de mouvements intellectuels majeurs comme l'existentialisme ou le structuralisme. Louis Pasteur, Henri Bergson, Jean-Paul Sartre, Pierre Bourdieu, Michel Foucault, Louis Althusser, entre autres, ont arpenté ses couloirs.

Louis Pasteur, Henri Bergson, Jean-Paul Sartre, Pierre Bourdieu, Michel Foucault… : tous ont arpenté les couloirs de l'École normale supérieure. Création de la Révolution française, l'ENS a eu pour mission de former les élites, aussi bien littéraires que scientifiques, de la République. Cette pluridisciplinarité unique en France a favorisé l'éclosion de mouvements intellectuels majeurs, comme l'existentialisme, le structuralisme, mais aussi les mathématiques modernes. Autre particularité : "Normale sup'" a engendré des générations de savants engagés qui ont pesé dans les débats philosophiques et politiques du XXe siècle, à l'image de Louis Althusser, qui, dans les années 1960 et 1970, a mis son savoir et son autorité morale au service du marxisme. Aujourd'hui, cette tradition d'engagement perdure. En 2015, l'ENS a été la première grande école française à organiser officiellement un programme d'accueil d'étudiants réfugiés.

Héritage critique
Filmés dans les locaux de l'École normale supérieure, rue d'Ulm à Paris, d'anciens élèves, comme le mathématicien Cédric Villani, témoignent de l'émulation singulière qui règne dans la prestigieuse école. Au moyen de nombreuses archives, ce premier épisode du "Génie des lieux" dévoile le visage contestataire d'illustres pensionnaires de la rue d'Ulm, mais aussi leur curiosité et leur ouverture d'esprit, montrant comment les nouvelles promotions de normaliens renouvellent cet héritage.

Les momies de la route de la soie réalisé par Susanne Rostosky



De nouveaux trésors archéologiques découverts sur la route de la Soie, parmi lesquels des momies aux caractéristiques particulières, pourraient ouvrir un nouveau chapitre de l'histoire de la civilisation chinoise.

Pendant longtemps, historiens et archéologues ont estimé que les échanges entre la Chine ancienne et l’Occident n’avaient pas eu lieu avant la fin du IIe siècle avant J.-C., en raison des barrières naturelles que constituent l’Himalaya et le désert de Taklamakan. Cette théorie est aujourd’hui remise en question par l’étude minutieuse de certains vestiges remarquables. Un récipient en argent, retrouvé sur le site du tombeau du roi Liu Fei, arbore un motif embossé répandu dans le monde hellénique au IIIe siècle avant notre ère, mais inconnu de l’art chinois à cette époque. En revanche, tout laisse à penser que le métal utilisé provient du sud-est de la Chine. D’autre part, des fragments d'étoffes rappelant une technique de tissage mise au point par les Celtes ont également été exhumés sur un site de fouilles. Mais la découverte la plus probante est certainement celle des momies du bassin du Tarim, excavées dans un cimetière du désert de Taklamakan, dont les plus anciennes remontent à quatre mille ans. Des tests ADN et des analyses morphologiques certifient que certains visages seraient de type européen avec des cheveux bruns ou blonds. Se pourrait-il alors que la célèbre armée des soldats de terre cuite enfouie dans le mausolée du premier empereur chinois à Xian ait été inspirée par la culture grecque ? Quelle a donc été l’influence de l’Occident sur l’Empire du Milieu ? C’est ce que nous propose de découvrir ce documentaire, en compagnie, notamment, de l’archéologue américain Victor Mair, spécialiste des momies.

Pluie de pierres à Whiskey Trench réalisé par Alanis Obomsawin



Le 28 août 1990, un convoi de 75 voitures quitte le village mohawk de Kahnawake et traverse le pont Mercier en direction de Montréal, où il tombe sur une foule en colère qui lui lance des pierres. Les cibles de cet acte de violence sont les femmes, les enfants et les aînés mohawks qui quittent Kahnawake, craignant une avancée éventuelle de la part de l'armée canadienne. Dans Pluie de pierres à Whiskey Trench, les Mohawks de toutes générations se rappellent la terreur qu'ils ont éprouvée au son des éclats de verre jaillissant de partout. Les policiers avaient reçu l'ordre de ne procéder à aucune arrestation--et bien qu'étant en retrait pendant la volée de pierres, ils ont réussi à empêcher que la foule n'atteigne les voitures et n'en attaque les occupants. Pluie de pierres à Whiskey Trench est le quatrième d'une série de films majeurs signés Alanis Obomsawin sur la rébellion mohawk qui a secoué le Canada en 1990. Portrait social soigneusement documenté, Pluie de pierres à Whiskey Trench évoque les événements qui ont mené à l'attaque du 28 août et à ses suites. Il fouille également l'histoire de Kahnawake et les conséquences sociales de l'appropriation des parcelles de terrain qui ont réduit progressivement la superficie initiale du territoire mohawk de plus des deux tiers au cours des 300 dernières années. En faisant un retour sur le passé, les résidants de Kahnawake reconnaissent que le temps et les cercles de guérison ont contribué à refermer leurs blessures. Mais personne ne voudra vraiment tourner la page avant longtemps.

Tuesday, 11 July 2017

Un siècle d'écrivains - Blaise Cendrars (1887 - 1961) réalisé par Claude-Pierre Chavanon



Blaise Cendrars, le poète, l'écrivain, n'est pas seulement le bourlingueur que l'on croit connaître. Ce documentaire biographique, écrit par Miriam Cendrars et réalisé par Claude-Pierre Chavanon, permet, en neuf séquences choisies, de vivre le parcours d'un des plus grands novateurs du siècle. Chacun de ses voyages, chacune de ses rencontres, chacune de ses expériences d'étudiant en médecine, de musicien, de peintre, de cinéaste, de journaliste ont marqué un itinéraire singulier depuis 1907, à Saint-Pétersbourg, où, à vingt ans, il publiait "La Légende de Novgorode".

21 rue La Boetie réalisé par Virginie Linhart



21 rue La Boétie raconte la vie de celui qui fut l’intime de Picasso, Braque, Matisse, Laurencin, Léger et qui contribua à former le goût des Américains pour la peinture moderne. Dans l’entre-deux-guerres, le " 21 rue La Boétie " s’impose à Paris comme l’une des galeries d’art parisiennes les plus importantes d’Europe, grâce à l’oeil et au flair légendaires de Paul Rosenberg. En juin 1940, la débâcle française face à l’armée du Troisième Reich oblige les Rosenberg à s’exiler à New-York pour fuir l’antisémitisme d’Etat. Le 21 rue La Boétie, réquisitionné et pillé par l’occupant allemand, devient l’Institut d’Etude des Questions Juives. Cet office autoproclamé " spécialiste de la question juive " est notamment à l’origine de l’exposition " Le Juif et la France ", summum de l’antisémitisme public. A la fin de la guerre, de retour en France, Paul Rosenberg découvre que la majeure partie de sa collection a été volée par l’ERR, l’état major nazi chargé de confisquer les biens artistiques des juifs. Le marchand consacrera tout le reste de sa vie à rechercher ses 400 tableaux disparus. Si on peut admirer aujourd’hui les chefs-d’oeuvre de la collection Rosenberg, c’est grâce à cette quête incessante qu’il n’interrompit qu’à sa mort.

A partir d’un long entretien sonore inédit avec Anne Sinclair, le documentaire retrace en images d’archives, au moyen d’illustrations graphiques animées et grâce à de nombreuses photographies, lettres et documents inconnus de la famille Rosenberg, la trajectoire de cet homme d’exception. Virginie Linhart tisse ici le récit intime d’une vie marquée par la passion pour l’art et la Grande histoire, dont Paul Rosenberg a été tout à la fois le témoin et la victime.

21 rue la Boétie" est le le titre de l’ouvrage d’Anne Sinclair dans lequel elle retrace le parcours de son grand-père Paul Rosenberg, marchand d’art. C’est aussi le nom de la rétrospective qui lui est consacrée au Musée de la Boverie à Liège et au Musée Maillol à Paris en mars prochain. Réalisé par Virginie Linhart et coproduit par la RTBF à découvrir le mercredi 18 janvier à 22h10 sur La Une. Rediffusion sur La Trois le 23/01 à 12h30.

L'Inde, au fil du Gange et de l'Hooghly - De Varanasi à Farakka réalisé par Alain Dayan



Pour des millions de pèlerins, venir à Bénarès se baigner dans les eaux du Gange et atteindre ainsi le Moksha, la délivrance, est le but de toute une vie. A bord du Sukapha, un bateau traditionnel, découverte de Patna et de son temple Sikh, de l'ancienne ville universitaire bouddhique de Nalanda, de Bhagalpur et ses tisserands, ainsi que d'un grand nombre de petits villages, jusqu'à l'arrivée à Farakka, où le Gange se divise en deux bras.

Dans le sud de la Toscane - De San Gimignano à la Maremme réalisé par Susanne Gerlach



La Toscane attire des visiteurs du monde entier, qui se pressent au nord, à Florence et à Pise, ou dans la région viticole du Chianti. Le sud de cette région recèle aussi des joyaux plus confidentiels. Son authenticité transparaît dans ses paysages encore sauvages, en même temps que chez ses habitants vaillants et pleins d'une joie de vivre tout italienne.

Christian Dior, l'élégance du paradis perdu réalisé par Dominique Adt



Chez Christian Dior, le créateur, tout part et revient à son enfance passée à Granville, dans le jardin et la maison de ses parents : La villa des Rhumbs. Ce documentaire, en jouant sur la part de rêve et de glamour de ce nom prestigieux, retrace le parcours exceptionnel et brillant de ce créateur unique. Le film tisse le lien entre chaque étape créative et l'enfance passée à Granville. C'est là que Christian Dior construit son imaginaire, qu'il trouve, comme le dit Proust, l'essence précieuse qui échafaude l'édifice immense du souvenir. C'est sur ces parfums, ces couleurs, et souvenirs d'enfance qu'il construira toute son oeuvre.

Monday, 10 July 2017

Pierre Henry ou l'art des sons réalisé par Éric Darmon (fr. st eng.)



Un portrait de Pierre Henry à travers sa vie et son œuvre. Une mise au point sur l'un des pionniers de la musique électroacoustique.

Pierre Henry est le fondateur avec Pierre Schaeffer de la musique concrète. C'est aussi l'un des pionniers de la musique électroacoustique, symbiose des sons " actuels " qui mêle bruits, instruments, électronique et voix. Sa rencontre avec Maurice Béjart a fait connaître sa musique au monde entier. Sa vie est rythmée par le travail et les enregistrements au studio, les concerts, les représentations " chez lui " ou ailleurs, les voyages, les rendez-vous, les amis… Ce film dévoile son étonnante conception du geste sonore à partir de documents d'archives, d'inédits et de reportages sur le vif - un panorama unique sur les oeuvres illustres qui ont jalonné sa carrière. A travers ses souvenirs personnels, ses rencontres et ses collaborations fructueuses, la somme de films et de documents d'archives, les lieux qu'il investit, son travail au quotidien, nous découvrirons un personnage - volontiers secret et méconnu - qui nous entraînera dans le sillage de sa création.

Sunday, 9 July 2017

Focus Iran - L'audace au premier plan réalisé par Nathalie Masduraud & Valérie Urréa



Rencontre avec cinq jeunes photographes iraniens, dont quatre femmes, qui contournent la censure avec habileté et humour et offrent au monde l'image d'un pays aussi complexe qu'inattendu.

À travers le regard de cinq jeunes photographes, dont trois sont nés après la révolution islamique de 1979, ce film parle de l'Iran d'aujourd'hui, de sa jeunesse, de sa vitalité. Dans un pays où la culture et l'art demeurent sous le contrôle de l'État, ces artistes ont choisi malgré les contraintes et les difficultés de rester dans leur pays, par fierté et par passion. La photographie est pour eux un outil d’expression, mais aussi un moyen de se réapproprier leur identité, loin des clichés occidentaux.

Des cinq photographes suivis dans ce film, quatre sont des femmes, toutes reconnues internationalement : Solmaz Daryani, Shadi Ghadirian, Tahmineh Monzavi et Newsha Tavakolian. Elles utilisent l'image pour évoquer notamment leur statut de femme et leur place dans la société iranienne. En contrepoint, Abbas Kowsari, lui, interroge celle du masculin. Dans leur travail photographique, tous contournent la censure avec habileté et humour.

"Ligne rouge"
Qui sont ces artistes qui nous entraînent sur des territoires méconnus, loin des stéréotypes ? De quelles stratégies usent-ils pour poursuivre leur travail, comment font-ils pour contourner la "ligne rouge" des interdits ? De la prise de vue au vernissage de l'exposition, ce film les suit dans leur quotidien mouvementé, et nous conduit de Téhéran à Kashan jusqu’au lac d'Ourmia, pour offrir une vision neuve de leur pays. Un parcours vibrant et inspirant.

Saturday, 8 July 2017

Un siècle d'écrivains - Victor Segalen (1878-1919) : un poète aventurier dans l'Empire du ciel réalisé par Olivier Horn



Nombreux sont ceux qui reconnaissent à Victor Segalen une dette morale et intellectuelle pour son éthique et son esthétique du voyage : André Malraux, Michel Leiris, Claude Levi-Strauss et bien d’autres ont décelé dans cette œuvre "une étrange présence", "un souffle irremplaçable". Olivier Horn dispose, pour réaliser ce portrait, de photos et de dessins de Victor Segalen, de sa correspondance privée et de son œuvre. Un va et vient entre les données biographiques et la lecture d’extraits invite le spectateur à suivre la plongée de ce médecin lettré dans des cultures étrangères. Au cours d’une mission médicale à Tahiti en 1903, Victor Segalen découvre un pays meurtri par le colonialisme. Il tentera de le faire renaître dans sa première œuvre, «Les Immémoriaux». Mais le film évoque surtout les voyages en Chine. A Pékin où il se fixe après un premier voyage d’exploration, il élabore l’essentiel de son œuvre largement citée dans ce film («Le Fils du ciel», «René Leys», «Stèles», «Briques et tuiles»).