Sunday, 23 April 2017

The look : Charlotte Rampling - Un autoportrait à travers les autres réalisé par Angelina Maccarone



suite


Un portrait singulier de la sublime Charlotte Rampling aux antipodes de l'académisme, à l'image de l'actrice britannique, filmée avec des personnalités qui ont marqué sa vie et sa carrière : le photographe Peter Lindbergh, l'écrivain Paul Auster, la philosophe Cynthia Fleury, sa mère Joy.

Au milieu d’un shooting, Charlotte Rampling passe derrière l’objectif pour immortaliser le célèbre photographe Peter Lindbergh. Beau joueur, l’arroseur arrosé prend la pause tout en poursuivant leur conversation sur le thème de la mise à nu, cette mise en danger volontaire qu’affectionne la comédienne : "C’est le moteur des meilleures expériences : affronter ses peurs." Elle retrouve ensuite l’écrivain Paul Auster sur un bateau pour évoquer le temps qui passe. Lady Charlotte, comme il l’appelle affectueusement, se remémore sa rencontre avec Luchino Visconti, qui lui a appris, sur le tournage des Damnés, que l’âme n’a pas d’âge. Puis vient le temps de disserter sur l’amour, cette bienheureuse "solitude en compagnie de l’autre", avec la philosophe Cynthia Fleury et sa mère Joy…

Kaléidoscope
Dans le premier plan du film, face caméra, Charlotte Rampling retire délicatement ses lunettes de soleil et plante ses yeux clairs dans les vôtres. Près de cinquante ans après ses débuts, les paupières sont plus lourdes mais le pouvoir hypnotique reste le même. Le titre du documentaire d’Angelina Maccarone, bien sûr, fait référence à son incomparable regard, sur lequel elle a bâti sa carrière. Mais pas seulement. La réalisatrice allemande, qui a eu la brillante initiative de s’affranchir des codes du portrait en rejetant toute chronologie factuelle et en jouant avec la frontière entre mise en scène et vérité documentaire, nous propose ici de passer de l’autre côté du miroir pour contempler la vie à travers les yeux de l’actrice. Segmenté en neuf chapitres illustrés d’extraits de films, ce documentaire atypique dévoile les multiples facettes d’une femme profonde, drôle et touchante, loin de sa réputation de star inaccessible.

Saturday, 22 April 2017

Histoire d'une valse, le beau Danube bleu réalisé par Pierre-Henry Salfati



Chaque année, la reine des valses viennoises, "Le beau Danube bleu" de Johann Strauss, clôt le concert du nouvel an à Vienne. Comment cette partition au succès planétaire a-t-elle été composée ? Pourquoi est-elle devenue si célèbre ?

Chaque année, la reine des valses viennoises, "Le beau Danube bleu" de Johann Strauss, clôt le concert du nouvel an à Vienne. Comment cette partition au succès planétaire a-t-elle été composée ? Pourquoi est-elle devenue si célèbre ?

En 1866, son auteur en fait devant Napoléon III "un message d’espoir, d’amitié et de paix". Après la défaite de l’Autriche à Könitzgratz face à la puissance montante de l'Allemagne de Bismarck, elle a consolé les Viennois avant d’accompagner les premiers pas diplomatiques de François-Joseph de Habsbourg auprès de la France. Elle continuera pourtant de bercer l'Europe, guerre après guerre, de 1870 jusqu'à 1945. Pierre-Henry Salfati évoque aussi la vie de son compositeur, dit Johann Strauss II pour le distinguer de son père, et qui fut avec ce dernier et ses frères à la tête d’une véritable industrie musicale. Avec, notamment, Franz-Welser-Möst, chef d’orchestre et directeur musical de l'opéra de Vienne et de Cleveland, Christophe Wagner-Treikwitz, historien et musicologue, Christine Mondon, historienne, et Patrick Souillot, chef d’orchestre et directeur musical de l’Orchestre symphonique universitaire de Grenoble.

Quatre saisons dans la vie d'un chêne (2/2) Mars à août réalisé par Nic Stacey



L’entomologiste anglais George McGavin explore la vie d’un chêne âgé de 400 ans et ses fascinants pouvoirs d’adaptation au temps et aux saisons. Second volet : au printemps et en été.

Au printemps, l’entomologiste installe deux caméras à énergie solaire pour observer la transformation de l’arbre au fil des mois et notamment sa consommation d’eau. Pendant l'été, il explore le vaste réseau vivant qui dépend du chêne pour sa survie. En remontant deux milliards d’années en arrière, nous découvrons comment les arbres produisent des matières organiques utiles à leur croissance grâce à la lumière du soleil, au gaz carbonique et à l'eau du sous-sol.

Quatre saisons dans la vie d'un chêne (1/2) Août à février réalisé par Nic Stacey



L’entomologiste anglais George McGavin explore la vie d’un chêne âgé de 400 ans et ses fascinants pouvoirs d’adaptation au temps et aux saisons.

Grâce à de nouvelles technologies spectaculaires, George McGavin décrypte la biologie sophistiquée d'un vieux chêne : la réalisation d'une carte en 3D permet de déterminer sa taille (90 mètres de haut) et son poids (10 tonnes) ; l'étude du système racinaire d'un arbre plus jeune met en lumière la manière dont le chêne, grâce à ses interactions avec des champignons microscopiques, parvient à extraire des phosphates à partir des roches présentes dans le sol ; enfin, l’examen de sa structure interne révèle sa capacité de résistance aux tempêtes.

Navires de légende: Le Bathyscaphe 10'000 mètres sous les mers réalisé par Pierre-André Thiébaud



"Le bathyscaphe : 10 000 mètres sous les mers", nouvel épisode de la série "Navires de légendes", plonge au cœur d'une invention technique qui, dans le domaine maritime, s'apparente à la fusée pour la conquête spatiale. Inspirés par Jules Verne et son livre "20 000 lieues sous les mers", les bathyscaphes sont issus des rêves d'Auguste Piccard, le conquérant de la stratosphère et des abysses. Ils ont sondé de 1948 à 1974, les plus profondes fosses des océans. Ce documentaire retrace l'histoire de ces sous-marins qui ont permis aux scientifiques de transporter leur laboratoire sous les océans. En janvier 1960, Jacques Piccard, le fils d'Auguste et Don Walsh, avec "Le Trieste" atteignent le fond de la fosse des Mariannes. Ils prouvent que la vie existe à plus 10 916 mètres. Lorsqu'Henri-Germain Delauze, le fondateur de la Comex, plonge à bord de L'Archimède au large du Japon en juillet 1962, tout le monde espère un nouveau record. Le bathyscaphe n'atteint que 9 545 mètres. Mais qu'importe le record, les bathyscaphes sont avant tout des véhicules scientifiques. Et en tant que tel, l'Archimède va obtenir des résultats remarquables notamment dans l'opération Famous (French-American-Mid-Ocean-Survey) qui démontre en 1974 de manière tangible la dérive des continents.

Les ports du futur réalisé par Tanja Dammertz



Course au gigantisme, véhicules à guidage automatique : à quoi ressembleront les ports dans dix ou vingt ans ? À travers les exemples de Hambourg, Rotterdam et Dubaï, ce documentaire esquisse différents scénarios pour l'avenir.

Malgré un commerce international en crise, ports et armateurs sont en pleine course au gigantisme. La taille des navires porte-conteneurs ne cesse de croître, contraignant les ports à s’adapter. La numérisation a fait depuis longtemps son entrée dans l’univers portuaire. Des navires sans conducteur, dits "véhicules à guidage automatique", transportent leur charge jusqu’aux entrepôts, et de nombreux terminaux ont déjà recours au téléguidage pour décharger les conteneurs. Si de tels dispositifs existent aujourd’hui, à quoi ressembleront les ports de demain ?

Incertitudes
À travers l’exemple de Hambourg, Rotterdam et Dubaï, ce film esquisse différents scénarios pour l'avenir. Le port Jebel Ali, à Dubaï, table sur l’expansion, et bâtit l’un après l’autre de nouveaux terminaux ouverts sur le large : un pari risqué, face à un commerce international en pleine contraction. A contrario, le port de Hambourg ne peut s'agrandir et doit trouver d'autres solutions, sans compter que le projet d’approfondir l’Elbe suscite les protestations des écologistes. Quant au port de Rotterdam, il a accueilli le premier terminal à conteneurs entièrement automatisé au monde. Mais cette innovation risque-t-elle pas de nuire aux emplois locaux ?

Friday, 21 April 2017

Trop jeune pour mourir : Bruce Lee - L’homme qui apprit à Hollywood à se battre réalisé par Annette Baumeister



Sa maîtrise spectaculaire du kung-fu fit de Bruce Lee la première superstar d'origine chinoise, créant dans les années 1970 un incroyable engouement du public occidental pour les arts martiaux asiatiques. C’est en 1973, à seulement 32 ans, qu’il trouva la mort, probablement d’une rupture d’anévrisme, pendant la postproduction de son dernier film, "Opération dragon".

Plus de quarante ans après sa mort, il reste l’icône du cinéma d’arts martiaux. Né à San Francisco en 1940, Bruce Lee grandit à Hongkong avant de retourner à l'âge de 18 ans aux États-Unis, où il poursuit une double carrière de maître d’arts martiaux et d’acteur, passant vite des seconds rôles au devant de la scène. Sa maîtrise spectaculaire du kung-fu fera de lui la première superstar d'origine chinoise, créant dans les années 1970 un incroyable engouement du public occidental pour les arts martiaux asiatiques. C’est en 1973, à seulement 32 ans, qu’il trouve la mort, probablement d’une rupture d’anévrisme, pendant la postproduction de son dernier film, Opération dragon. Amis proches et admirateurs de Bruce Lee reviennent sur sa carrière, sa vie et son exceptionnelle influence.

Thursday, 20 April 2017

Camille Pissarro, sur les traces du père des impressionnistes réalisé par Christophe Fonseca



Moins réputé que ses contemporains, Camille Pissarro est pourtant le patriarche du mouvement impressionniste ; focus sur cet artiste longtemps mésestimé.

Le Grand Tour des littératures - Les États-Unis de John Steinbeck réalisé par André Schäfer & Jascha Hannover



En 1960, John Steinbeck part à la découverte des États-Unis à bord de son mobile home. Accompagné de son caniche Charley, l’écrivain arpente pendant onze semaines les routes de son pays, pour tenter de comprendre ses compatriotes et contemporains. Dans "Voyage avec Charley", il chronique les dérives d’une société de consommation encore gangrenée par le racisme.

En 1960, deux ans avant de recevoir le prix Nobel de littérature, John Steinbeck part à la découverte des États-Unis à bord de son mobile home, baptisé Rossinante, comme le cheval de Don Quichotte. Accompagné de son caniche Charley, l’écrivain arpente pendant onze semaines les routes de son pays, pour tenter de comprendre ses compatriotes et contemporains. Un road trip de quelque 16 000 kilomètres à partir de New York, où il réside. En traversant à l’aller le nord-est jusqu’à la Californie, puis au retour le Texas et la Louisiane, l’auteur des Raisins de la colère porte un regard désenchanté sur l’Amérique. Dans son ouvrage Voyage avec Charley, celui qui a dépeint avec force les ravages de la Grande Dépression chronique les dérives d’une société de consommation, laquelle reste aussi, à l’aube des sixties, gangrenée par le racisme.

Harold Lloyd - L'intrépide génie comique d'Hollywood réalisé par Andreas Baum



Avec Buster Keaton et Charlie Chaplin, il fait partie des comiques les plus inventifs du cinéma muet américain. Aussi habile à imaginer des gags visuels qu'à réaliser d'incroyables cascades – souvent grâce à d'ingénieux trucages –, Harold Lloyd a connu la célébrité à l'écran plus de deux décennies durant, jusqu'à l'avènement du parlant. Né en 1893 dans le Nebraska, l'acteur a débuté, sans le sou, comme figurant dans les studios californiens avant de commencer, au début des années 1910, une fructueuse collaboration avec le producteur-réalisateur Hal Roach, puis de s'en émanciper en créant son propre studio. Régalant le public avec les pitreries de son personnage à lunettes, le comédien est notamment entré dans la mémoire collective avec la scène, où, bravant le vide, on le voit s'accrocher à l'aiguille d'une horloge (Monte là-dessus, 1923). Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1953, propriétaire de l'une des plus luxueuses propriétés de Beverly Hills, Harold Lloyd a tenu la vedette de plus de deux cents films, du court au moyen métrage, avant de se consacrer avec le plus grand sérieux à d'autres hobbies, comme le bowling et la photographie 3D. Raconté par des historiens du cinéma ainsi que par sa petite-fille, Suzanne Lloyd, nourri d'extraits de films muets, d'archives et d'anecdotes, le portrait savoureux de l'une des premières gloires du cinéma américain.

Saint Louis, à la lumière de la Sainte Chapelle réalisé par Saint Louis, à la lumière de la Sainte Chapelle



En 1248, le roi Louis IX fit édifier à Paris et à son usage quasi exclusif une chapelle afin d’abriter la Sainte Couronne d’épines de Jésus crucifié. Chef-d’oeuvre de l’art gothique, la Sainte-Chapelle servit surtout de catalyseur religieux pour son peuple qui vit dans ce roi couronné à 12 ans un protecteur et un rassembleur.

Louis IX n’aura jamais atteint son but ultime : reconquérir Jérusalem et vider la Ville sainte des impies. Les deux croisades qu’il entreprit en 1248 et 1270 furent deux échecs retentissants – la première aboutissant à sa capture, la seconde à sa mort –, mais lui assurèrent la considération du pape. S’il marqua l’histoire de la chrétienté, ce fut dans son propre royaume, en plein cœur de Paris. En 1248, il fit édifier à son usage quasi exclusif une chapelle afin d’abriter la Sainte Couronne d’épines de Jésus crucifié. Chef-d’œuvre de l’art gothique, l'édifice servit surtout de catalyseur religieux pour son peuple qui vit dans ce roi couronné à 12 ans un protecteur et un rassembleur. À défaut de pouvoir y pénétrer, les fidèles lui étaient reconnaissants de pouvoir approcher le plus prestigieux reliquaire du monde. Alors qu'on célèbre cette année le huit centième anniversaire de la naissance de saint Louis, le film de Martin Fraudreau raconte la passion mystique de ce souverain martyr puis canonisé. Servi par de somptueuses images de la chapelle et de ses mirifiques vitraux, il établit un parallèle foisonnant entre l'ambition architecturale et l'engagement christique d’un ascète qui, par son exemple, tenta de moraliser la vie publique.

Le grand tour des littératures - L'Italie de Goethe réalisé par Markus Augé & Jonas Niewianda



À l’été 1786, Johann Wolfgang von Goethe accompagne en cure thermale, à Carlsbad, le duc Charles-Auguste, dont il est, à Weimar, le conseiller intime. Mais le 3 septembre, le célèbre écrivain abandonne ses responsabilités et prend la fuite sous une fausse identité, direction l’Italie qu'il souhaite découvrir depuis longtemps. Son périple, qui va durer près de deux ans, le mène du lac de Garde jusqu’en Sicile. En route, il fait étape dans les principales villes transalpines et s'octroie un séjour prolongé à Rome. Au fil de ses découvertes, l'auteur des Souffrances du jeune Werther s’émerveille de l’architecture et de l'art italiens. Il entretient aussi une abondante correspondance avec ses proches, dont il tirera ensuite son ouvrage, Voyage en Italie.

Barbra Streisand, naissance d'une diva 1942-1984 réalisé par Nicolas Maupied



Avec une incroyable pugnacité, Barbra Streisand a raflé tous les succès sans jamais se renier. De son enfance difficile à Brooklyn aux comédies musicales de Broadway, de "Funny girl" à "Yentl", voici le récit d'une irrésistible ascension.

Orpheline de père, mal aimée par une mère désargentée, Barbra Streisand a grandi dans le Brooklyn juif orthodoxe. À l'école, ses camarades se moquent de sa "laideur". Mais cette petite fille délurée en mal de reconnaissance, qui rêve déjà d'être une star, apprend vite les vertus de l'autodérision. Elle fait preuve d'une détermination étonnante. Dans le film, l'acteur Allan Miller se souvient que, lorsqu'il enseignait le théâtre, elle assistait à tous ses cours et le bombardait de questions. Mais elle est recalée à toutes les auditions. La jeune fille joue alors son va-tout en révélant un talent caché pour le chant. Dès lors, Barbra s'impose dans les cabarets, à la télévision, au hit-parade. Viennent aussi les comédies musicales de Broadway. De là à Hollywood, il n'y a qu'un pas que cette "entertaineuse" née franchit allègrement.

Charisme
En restant elle-même, en assumant tout – son nez, sa judéité et sa véhémence dans un show-biz à dominante blonde et anglo-saxonne –, en s'emparant du pouvoir sans complexe dans une industrie masculine, Barbra Streisand, incarnation sexy et pragmatique du girl power, a ouvert la voie aux mégastars actuelles. C'est un des enseignements de ce documentaire, qui met aussi l'accent sur son statut d'icône gay et sur son charisme. Retraçant sa carrière, des joyeux débuts de Funny girl à Yentl, film dédié à son père où elle cumule toutes les casquettes (actrice, réalisatrice, scénariste, productrice), ce documentaire comporte de nombreuses archives inédites. On y découvre une Barbra Streisand clownesque, vive, pleine d'éclat, captant immédiatement l'attention. Le récit glamour d'une vertigineuse ascension.

Pure Love - The voice of Ella FitzgeraldPure Love - The voice of Ella Fitzgerald réalisé par Katja Duregger



La grande dame du jazz aurait eu 100 ans le 25 avril. Dotée de l'oreille absolue, d'une intonation parfaite et d'une impressionnante tessiture s'étendant sur trois octaves, elle se frotta avec la même aisance au be-bop et au scat improvisé. Retour en forme d’hommage sur la vie et la voix de l’immense Ella Fitzgerald.

Née le 25 avril 1917 en Virginie, Ella Fitzgerald a marqué le monde du jazz d'une empreinte indélébile. Dotée de l'oreille absolue, d'une intonation parfaite et d'une impressionnante tessiture s'étendant sur trois octaves, elle commence sa carrière à 17 ans et devient en quelques années l’une des chanteuses de swing les plus réputées d'Amérique. Se frottant avec la même aisance au be-bop et au scat improvisé, elle entrera dans la légende comme la "First lady of jazz".

Voix unique
En s’appuyant sur de foisonnantes archives filmiques et photographiques, qui l'ont immortalisée sur les scènes du monde entier, en répétition ou en interview, ce documentaire rend un vibrant hommage à la reine du jazz, et à l'héritage qu'elle a laissé à la musique actuelle. On y croise des musiciens et des chanteurs profondément marqués par son œuvre, mais aussi des chercheurs en psychologie de la musique et en neurologie, qui explorent, sous un angle inattendu, la magie sans pareille de sa voix.

Les intellectuels du XXIe siecle - Penser l'identite réalisé par Sylvain Bourmeau



Dix auteurs issus de l'univers des sciences humaines et sociales déclinent leurs identités plurielles pour tenter de clarifier le sens de cette notion dont les usages politiques apparaissent parfois menaçants et réduits au repli. Luc Boltanski, Patrick Boucheron, Vincent Descombes, Didier Fassin, Sandra Laugier, Olivier Cadiot, Patrick Chamoiseau, Virginie Despentes, Mathias Enard et Pascal Quignard se prêtent à l'exercice.

Le grand tour des littératures - La Russie de Joseph Roth réalisé par Eva Gerberding & André Schäfer



L’écrivain autrichien Joseph Roth (1894-1939) compte parmi les chroniqueurs les plus lucides de l’Europe de l’entre-deux-guerres, en plein bouleversement. En 1926, il accomplit un voyage de plusieurs mois dans la toute jeune Union soviétique, en tant que reporter de la "Frankfurter Zeitung".

Par son œuvre, notamment son roman le plus célèbre, La marche de Radetzky, l’écrivain et journaliste autrichien Joseph Roth (1894-1939) compte parmi les chroniqueurs les plus lucides de l’Europe de l’entre-deux-guerres, en plein bouleversement. En 1926, il accomplit un voyage de plusieurs mois dans la toute jeune Union soviétique, en tant que reporter de la Frankfurter Zeitung. Peu de temps avant, il avait rédigé un article sur sa ville natale de la province de Galicie (aujourd’hui en Ukraine), la cosmopolite Brody, cédée par l’Autriche-Hongrie à la Pologne à l’issue de la Première Guerre mondiale. Comme de nombreux intellectuels, Roth, acquis à l’idée socialiste, part pour l’URSS plein d’espoir et de curiosité. Entre Moscou et Saint-Pétersbourg, et jusqu’à Astrakhan et Bakou, au bord de la mer Caspienne, il prend le pouls du nouveau quotidien soviétique. Sa plume acérée, au ton romanesque, brosse des tranches de vie, au fil d’observations sagaces teintées d’ironie. Il décrit un pays très religieux, malgré la séparation officielle de l’Église et de l’État, et analyse les changements à l’œuvre dans la communauté juive. Il note aussi, non sans fascination, l’industrialisation à marche forcée, mais aussi l’embourgeoisement en cours dans certains milieux. Et peu à peu, l’enthousiasme du début va se muer en cruelle désillusion.

Wednesday, 19 April 2017

Des Racines et des Ailes: Un voyage en Haute-Corse réalisé par France 3



Au sommaire : Les trésors du Cap. Les «villas d'Américains», qui sont l'oeuvre de Corses partis faire fortune en Amérique, jalonnent les paysages du Cap Corse. - En Balagne. Dans la commune d'Avapessa, Robert Kran a créé un jardin extraordinaire, constitué de fruits des quatre coins du monde. - Entre Bastia et la Castagniccia. Les «villas d'Américains», qui sont l'oeuvre de Corses partis faire fortune en Amérique, jalonnent les paysages du Cap Corse. A Rogliano, Paul Saladini et sa femme rénovent le palais Nicrosi, pour ouvrir des chambres d'hôtes. La Balagne est parsemée de beaux villages perchés. Dans la commune d'Avapessa, Robert Kran a créé un jardin extraordinaire, constitué de fruits des quatre coins du monde. Charles Pinelli, fondateur de l'association «Les amis de l'Agriate», souhaite faire connaître ce patrimoine méconnu. Au nord-est de la Corse, dans les montagnes de Castagniccia, Monique Traeber-Fontana invite à découvrir les églises baroques de la Porta et Piedicroce, puis la fresque du village d'Omessa, datant du XVe siècle.

Le labyrinthe des dieux réalisé par Van Cong Vu



Au mois d'avril, les chaleurs extrêmes annoncent la mousson. Pourtant, dans les canaux des Backwaters, l'activité ne faiblit pas. Depuis le milieu du XIXe siècle et l'arrivée d'une famille anglaise décidée à faire fortune en plantant du riz, cette région du Kerala, lovée entre montagne et océan, vit en effet au rythme de ses canaux, creusés pour délimiter les rizières. Ils forment 1500 kilomètres d'un incroyable labyrinthe dans lequel nul ne peut s'aventurer sans risquer de s'y perdre. Au bord de ces canaux, trois religions se côtoient en parfaite harmonie.

Silicon Valley - La révolution des hackers réalisé par Jan Tenhaven


suite


Dans les années 1970, une poignée de "geeks" avant-gardistes propulse cette région de Californie sur le devant de la scène internationale. L’aube d’un bouleversement technologique majeur. Si la Silicon Valley abrite aujourd’hui des entreprises informatiques pesant des milliards d’euros en Bourse, le pôle californien des industries de pointe présentait dans les années 1970 un visage hétéroclite, chaotique et rebelle. Lequel allait donner naissance à l’une des plus grandes révolutions du XXe siècle : l’avènement du micro-ordinateur et d’Internet. À l’époque, de jeunes précurseurs rêvent de changer le monde et personne n’aurait imaginé combien leur action allait transformer la société. Aujourd’hui, smartphones, réseaux sociaux et postes de travail informatisés permettent d’être en permanence connecté, et les grands groupes informatiques voient leur capitalisation boursière s’accroître de manière exponentielle. Mais les visionnaires d’alors aspiraient-ils vraiment à ce monde-là ? Retour sur les origines d’une révolution planétaire.

Tuesday, 18 April 2017

Venise, Barcelone, Dubrovnik : les ravages du tourisme de masse réalisé par Antje Christ



Le tourisme de masse a envahi les villes d’Europe, étouffant de plus en plus leurs habitants. À travers les exemples de Venise, Barcelone et Dubrovnik, ce documentaire enquête sur un tourisme dont le modèle économique profite avant tout à des entreprises et à des investisseurs privés.

Depuis quelques années, le tourisme citadin en Europe connaît une explosion inédite. Ce secteur économique, parmi les plus florissants, prospère à la faveur de tendances lourdes : tarifs très bas des séjours, vols à prix cassés et développement fulgurant de la location participative. Dans les villes d’Europe, le tourisme génère 400 milliards d’euros de recettes par an. Mais qui profite réellement de cette manne ? De plus en plus d’habitants de cités au patrimoine unique voient leur lieu de vie progressivement ravagé par un tourisme de masse qui uniformise. Les prix de l’immobilier flambent et l’attrait de ces sites – culture locale, art de vivre, quartiers populaires authentiques – se réduit comme peau de chagrin. Parmi les exemples emblématiques : Venise, Barcelone et Dubrovnik.

Révolte des citoyens
Avec respectivement 30 millions, 10 millions et 1,7 million de visiteurs par an, ces villes étouffent littéralement sous le flot de vacanciers, et les autochtones se rebiffent. À Venise, l’initiative "No grandi navi" organise des manifestations contre le passage incessant de monstrueux paquebots de croisière qui polluent et fragilisent les fondations de la ville. À La Barceloneta, un quartier de la métropole catalane, les habitants s’élèvent contre la conversion d’appartements en locations de vacances, qui fait grimper artificiellement le prix des loyers : la municipalité est d’ailleurs entrée en guerre contre Airbnb et autres plates-formes "communautaires". Quant à Dubrovnik, certains y redoutent la privatisation du port historique de la ville. À travers l'exemple de ces trois cités, ce film enquête sur un tourisme dont le modèle économique profite avant tout à des entreprises et à des investisseurs privés, au détriment des populations locales et, au bout du compte, des touristes eux-mêmes.

Tourisme et terrorisme - Trois pays dans la tourmente réalisé par Eberhard Rühle



Ces dernières années, l’Égypte, la Tunisie et la Turquie ont été les cibles d’attaques terroristes. Avec quelles conséquences économiques et politiques ? Tour d’horizon.

Une fusillade tuant trente-huit vacanciers sur la plage de Sousse en Tunisie, un avion de tourisme russe abattu en Égypte, l’aéroport d’Istanbul visé par un attentat-suicide…Ces dernières années, les organisations terroristes islamistes ont mis en œuvre une sanglante stratégie aux objectifs multiples dans ces trois pays. En éliminant des ressortissants des pays occidentaux, elles s’emploient à affaiblir les économies d'États très largement dépendants du tourisme, les entraînant dans un cycle infernal. Car dès lors que les touristes cessent d’affluer, le chômage augmente, favorisant encore la radicalisation. Mais ces attaques fragilisent aussi les sociétés égyptienne, tunisienne et turque. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, le pouvoir met en œuvre des politiques sécuritaires très strictes, et la répression s’accroît de manière préoccupante. Pour dresser un état des lieux, le réalisateur a enquêté sur place, écouté le désespoir d’habitants qui attendent le retour des touristes, et rencontré des responsables politiques, des experts du terrorisme, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme.

Brésil : le grand bond en arrière réalisé par Frédérique Zingaro & Mathilde Bonnassieux



Un an après la procédure de destitution de Dilma Rousseff, le Brésil traverse une crise profonde. Une captivante radiographie des mutations en cours, entre recul démocratique et résistance.

Le 17 avril 2016, au Brésil, le vote de la Chambre des députés pour la mise en accusation de la présidente Dilma Rousseff, avant sa destitution le 31 août, sur fond de corruption généralisée, ouvre une période de grande incertitude. Au terme de ce que l’opposition dénonce comme un "coup d’État institutionnel", son vice-président, Michel Temer, s’empare du pouvoir. Il s’emploie depuis à revenir sur toutes les réformes en faveur de l'éducation, de la santé et d'un meilleur partage des richesses adoptées par le Parti des travailleurs depuis la première élection de Lula, en 2003. Humoriste engagé contre ce "grand bond en arrière", dont les vidéos satiriques font des millions de vues, Gregório Duvivier part à la rencontre de Brésiliens entrés, comme lui, en résistance, du Mouvement des sans-terre aux journalistes indépendants en lutte contre les grands groupes de presse assujettis au pouvoir.

Demi-teinte
Dans les pas de ce "passeur" plein de verve, ce documentaire donne la parole à la présidente déchue mais aussi aux habitants des favelas, aux lycéens en colère, à des analystes, chercheurs et élus à travers le pays. Un bilan captivant après une année qui a tout à la fois vu reculer les libertés et la justice sociale et doté les résistances populaires d'une nouvelle jeunesse.

Monday, 17 April 2017

Les bonbons flingueurs réalisé par Maëlle Joulin



Les Français de tous âges plébiscitent les bonbons, douceurs consommées en quantité dans l'Hexagone, produites pour l'essentiel sur le territoire. Bon pour le moral, le bonbon est-il dangereux pour la santé ? Au sucre s'ajoutent souvent d'autres composants comme la graisse de palme ou le sel, une combinaison particulièrement néfaste. Pour moderniser le marché, les fabricants misent de plus en plus sur l'acidité. Mais le cocktail sucre-acidité peut avoir des effets désastreux sur les dents des enfants. Faut-il renoncer à ce plaisir ? Que contiennent quant à elles les confiseries traditionnelles ?

Sunday, 16 April 2017

Athos (2/2) La montagne des moines réalisé par Peter Bardehle



Une immersion privilégiée dans la vie de prière et de labeur des moines orthodoxes du mont Athos, sanctuaire millénaire interdit aux femmes.

Dans les communautés, les moines se réunissent pour répéter les chants religieux, fabriquer des grains d'encens ou peindre des icônes selon des techniques transmises de génération en génération. À côté des monastères, certains religieux cohabitent à deux dans des cellules quand d'autres vivent en ermites dans des grottes, puisant leurs moyens de subsistance dans la nature préservée qui les entoure. En charge des transports – à dos de mules –, le père Grigorios, lui, s'emploie à rénover la chapelle de sa cellule. Un travail éreintant qu'il doute de pouvoir achever sans le renfort d'artisans venus en pèlerinage. En attendant, il guide un Allemand jusqu'au sommet de la "sainte montagne", où ils assistent à l'éblouissant spectacle du lever du soleil…

Sur la terre et dans les cieux
En ce week-end de Pâques, ce documentaire, parcouru de somptueuses vues aériennes, offre une plongée fascinante dans un monde hors du temps. Circulant à travers cette péninsule rocailleuse, il dévoile l'organisation, les rites et les activités quotidiennes de ses pieux habitants. Une position d'autant plus privilégiée que le "Jardin de la Vierge" reste interdit aux femmes, malgré une résolution votée par le Parlement européen.

Athos (1/2) La République monastique réalisé par Peter Bardehle



Dans le nord-est de la Grèce, deux mille moines vivent à l'écart du monde au sein de la République monastique du mont Athos : un territoire autonome sous souveraineté grecque, régi par des lois datant de l'époque byzantine, un sanctuaire millénaire interdit aux femmes. Dans le nord-est de la Grèce, deux mille moines vivent à l'écart du monde au sein de la République monastique du mont Athos : un territoire autonome sous souveraineté grecque, régi par des lois datant de l'époque byzantine, discutées de manière collégiale à Karyès, où siège le gouvernement. Accessible uniquement par bateau, ce haut lieu de la spiritualité orthodoxe accueille quotidiennement des milliers de pèlerins, obligatoirement munis d'un visa. Arborant barbe fournie et robe noire – symboles de leur première mort au monde –, les moines offrent le gîte et le couvert aux croyants, tout en vaquant à leurs occupations : recueillement, rénovation d'un ossuaire, entretien de manuscrits du IXe siècle, production de vin primé à l'international pour le père Epiphanios… Sur la terre et dans les cieux En ce week-end de Pâques, ce documentaire, parcouru de somptueuses vues aériennes, offre une plongée fascinante dans un monde hors du temps. Circulant à travers cette péninsule rocailleuse, il dévoile l'organisation, les rites et les activités quotidiennes de ses pieux habitants. Une position d'autant plus privilégiée que le "Jardin de la Vierge" reste interdit aux femmes, malgré une résolution votée par le Parlement européen.

Steve Jobs / Bill Gates, le hippie et le geek réalisé par Nicolas Glimois & Karim Kamrani



Palo Alto, en Californie, un après-midi du mois de mai 2011... Steve Jobs, rongé par un cancer, rencontre une dernière fois Bill Gates. Une cérémonie d’adieu entre deux hommes qui ont façonné le monde informatique et changé la manière dont nous vivons et travaillons. Steve Jobs et ses vies multiples : « Wonder Kid », puis quasi-renégat, avant de devenir une sorte de gourou New Age planétaire. Bill Gates, longtemps l’homme le plus riche du monde et sa vie assez linéaire, seulement infléchie par lui-même et ses désirs de philanthropie universelle. Depuis la fin des années 1970, Gates et Jobs écrivent le futur de l’ordinateur, avec la bagarre entre Mac et PC en fond d’écran.

L'art et l'enfant réalisé par Jérôme-Cécil Auffret



À l'occasion de l'exposition proposée par le musée Marmottan Monet, à Paris, une exploration des liens entre la peinture et l'enfance à travers les oeuvres des grands maîtres européens, du Moyen Âge jusqu'au siècle de Picasso.

1969. Pablo Picasso peint Le peintre et l'enfant. Une toile qui met en scène un bambin prenant le pouvoir sur le peintre, pinceau à la main. Pour en arriver à ce que la jeunesse soit considérée comme un sujet d'expression artistique à part entière, il aura fallu des générations de peintres, de Jean Fouquet à Matisse, de Vélasquez à Renoir, de Van Dyck à Miró.

Regards d'enfants, toiles de maîtres
Le documentaire de Jérôme-Cécil Auffret et Thibaut Camurat déroule le récit croisé de deux grandes histoires : celle de l'art et celle du statut de l'enfance au fil des siècles. À travers les grands chefs-d'oeuvre de la peinture, l'on découvre comment le regard de l'artiste a évolué au fil des siècles, entraînant avec lui le bouleversement des canons esthétiques de représentation. Entre toiles de maîtres et regards d'enfants, l'histoire s'illustre ici en creux, reflet d'une réalité sociale mouvante.

Saturday, 15 April 2017

Architectures: VitraHaus réalisé par Richard Copans



En 2006, l'entreprise Vitra demande aux architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron de construire un bâtiment pour leur nouvelle collection de meubles en Allemagne, et comprenant un show-room, un restaurant et une boutique. Les architectes conçoivent non pas un, mais dix édifices..

Le résultat, c'est non pas un édifice, mais dix. Des maisons à toit pointu empilées sur quatre niveaux, toutes différentes : par leurs longueurs, leurs largeurs et leurs hauteurs, et par le dessin du toit. Chacune est inspirée par une maison traditionnelle de la région, soigneusement photographiée. Le bâtiment a été terminé en 2009.

Architectures: Le cimetière d'Igualada réalisé par Richard Copans



Que faire de nos morts ? Les brûler ? Les enterrer ? Les faire disparaître ? Les garder à portée de visite ? Et combien de mètres carrés leur consacrer ? Nous sommes à 70 km de Barcelone, derrière le Montserrat, à Igualada, une ville de 40 000 habitants.

Ici, comme dans toute l'Espagne, on n'enterre pas les morts. On les empile dans des niches, des caveaux superposés, des alignements sur trois ou quatre niveaux. À la fin des années 1970, le cimetière d’Igualada, commune située à une soixantaine de kilomètres de Barcelone, est saturé. La municipalité s’empare alors d’un terrain raviné pour installer un nouveau cimetière. En 1985, les architectes catalans Enric Miralles et Carme Pinós lancent le chantier qui verra sortir de terre 240 caveaux, une chapelle (inachevée), des locaux techniques et une salle d'autopsie étonnamment fondus dans le paysage.

Architectures: La Casa Milá réalisé par Frédéric Compain



Avec la Casa Milá, immeuble d'habitation construit à Barcelone entre 1906 et 1912, Antonio Gaudí signe l'une de ses oeuvres les plus singulières, restée inachevée.

En 1906, des fabricants de céramique commandent à Gaudí un immeuble d'habitation qu'ils veulent monumental. L'architecte conçoit la Casa Milá comme un édifice dédié à la Vierge du Rosaire : le bâtiment ressemble à un immense piédestal qui doit accueillir une sculpture de la Vierge sur le toit. La polychromie, très présente dans les réalisations de Gaudí, est ici plus limitée en façade et s'efface au profit d'un seul et même matériau, une pierreblanc-crème qui donne son surnom, la Pedrera (la carrière), à l'édifice. C'est dans les détails que l'architecte laisse libre cours à son goût de la décoration : ferronnerie des balcons qui évoquent la végétation, polychromie des balustrades, cheminées travaillées avec des fragments de marbre et de céramique, escaliers coiffés de formes arrondies.

Architectures: Le Bahaus de Dessau réalisé par Frédéric Compain



Walter Gropius construit en 1926 son "Ecole Supérieure de Création" : le Bauhaus. Ce bâtiment étrange, aux murs de verres, angles droits et toits plats, va devenir l'un des plus célèbres de l'architecture du 20ème siècle.

Fondé par Gropius en 1919 à Weimar, le Bauhaus, qui signifie littéralement l'art de construire, est d'abord une école qui se propose de réconcilier l'art et l'artisanat et de créer ainsi une nouvelle esthétique au service de l'industrie. En 1925, chassée de Weimar par l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir, l'école trouve refuge à Dessau, ville industrielle en pleine expansion. Gropius a carte blanche pour construire les nouveaux bâtiments de l'école ce qui lui donne l'occasion de mettre en pratique ses théories sur l'architecture; le fonctionnalisme, le rejet de tout principe de symétrie, le rejet des courbes au profit de la ligne droite, le refus de tout placage décoratif, et enfin la transparence, celle de la grande façade de verre, qui sera tellement imitée tout au long du 20ème . Le bâtiment poursuit simultanément deux objectifs différents : servir de "show room" au Bauhaus en l'aidant à convaincre le monde de l'industrie , et constituer aussi le lieu, la base d'une communauté idéale d'artistes-ingénieurs. L'arrivée au pouvoir des nazis mettra un terme à cette partie de l'aventure, mais le bâtiment parviendra à survivre tant au troisième Reich qu'à la RDA. La légende fondatrice de l'architecture moderne, toujours là, à peine vieillie, presque intacte, mais aussi plus énigmatique qu'on ne pourrait le croire.

Architectures: Le Bâtiment Johnson réalisé par Frédéric Compain



Le bâtiment administratif Johnson est une cathédrale vouée au travail et l'une des oeuvres maîtresses de Frank Lloyd Wright.

De prime abord, le bâtiment surprend : pas de fenêtres mais des façades de pyrex, de longs murs de brique, des courbes. Partout il se dérobe, on ne sait par où entrer. Vu d'en haut, il a ce profil caréné comme le fuselage d'un avion ou la coque d'un bateau. Vu d'en bas, il cache et il protège. Fermé aux sollicitations du monde extérieur, il est le monde - un lieu qui incite à la concentration et au travail -. Un espace autosuffisant. Et pourtant, il n'y a rien d'oppressant dans ce lieu qui favorise la concentration. C'est un lieu sensuel, aux couleurs chaudes - le fameux rouge Cherokee inventé par Frank Lloyd Wright - et aux volumes arrondis. L'architecte avait promis à Johnson une construction où chacun pourrait se sentir comme dans une forêt de pins ; il a imaginé une forêt de colonnes en forme d'arbres : un sabot de métal, une colonne cylindrique très fine qui monte en s'élargissant pour se terminer par une élégante coupe circulaire. Le

Friday, 14 April 2017

Lee Scratch Perry’s vision of paradise réalisé par Volker Schaner



Touche-à-tout, flamboyant et imprévisible, le producteur et musicien jamaïcain Lee Scratch Perry est un monument de la musique dub. Sa carrière, qui débute à Kingston dans les années 1950, est marquée par de prestigieuses collaborations : Bob Marley et les Wailers, Junior Murvin ou encore Max Romeo. Un étonnant portrait d’un personnage haut en couleur.

Touche-à-tout, flamboyant et imprévisible, le producteur et musicien jamaïcain Lee Scratch Perry est un monument de la musique dub et expérimentale. Sa carrière, qui débute à Kingston dans les années 1950, est marquée par de prestigieuses collaborations : Bob Marley et les Wailers, Junior Murvin ou encore Max Romeo. Le réalisateur a suivi le musicien à travers le monde pendant quinze ans pour livrer cet étonnant portrait d’un personnage haut en couleur, toujours infatigable malgré ses 79 ans.

Les racines du reggae : Jah Rastafari ! réalisé par Tim Gorbauch

Les racines du reggae : Jah Rastafari !


Au-delà des clichés, ce documentaire propose un retour aux sources du reggae. Une histoire qui remonte aux luttes d'émancipation des Noirs au XXe siècle et qui bénéficiera, dans les années 1970, d'une reconnaissance internationale avec le légendaire Bob Marley. Rencontre avec quelques grandes figures de ce mouvement musical dans les rues de la mythique Kingston.

L’histoire du reggae, qui remonte aux luttes d’émancipation des Noirs au XXe siècle, permet d'en décrypter les codes. Durant et après la Seconde Guerre mondiale, les Jamaïcains découvrent les big bands de jazz et le rhythm’n’blues des Américains qui occupent leur île. Après l’indépendance, en 1962, le ska se propage très vite, relayé ensuite par le reggae. Le terme est inspiré d’un morceau de Frederick "Toots" Hibbert, en 1967, "Do the reggay". Il serait la synthèse de regular guy ("un gars réglo") ou au contraire, selon d’autres connaisseurs, une référence à la violence ou au conflit ("streggae" et "regge regge" en langue vernaculaire).

Rastamen
Paroles et musiques évoquent l’homme noir, la culture rasta, l’Éthiopie, un mode de vie naturel. Mais il faudra attendre le début des années 1970 et l’émergence de Bob Marley pour que ce mouvement s’impose sur la scène internationale. Le réalisateur est allé dans la capitale du reggae, Kingston, ainsi qu’au Rototom Sunsplash Festival, en Espagne. Il a rencontré des musiciens et des fans de plusieurs générations, interrogé des historiens et des militants rasta. L’occasion d’entendre notamment le guitariste Earl "Chinna" Smith - un compagnon de route de Bob Marley et des Wailers -, le frénétique DJ et chanteur Big Youth, ainsi que les représentants d'une nouvelle génération qui a donné un second souffle au mouvement : Addis Pablo, fils du légendaire Augustus Pablo, Kabaka Pyramid, Chronixx et Jah9.

Thursday, 13 April 2017

Jardins, paradis des artistes réalisé par Anne-Solen Douguet & Stephane Bergouhnioux



Les jardins ont toujours fait fleurir l'imaginaire des artistes. Illustration avec les échantillons de terre du Japonais Kôichi Kurita, les vanités florales de la Brésilienne Luzia Simons, les arbres sculptés de l'Italien Giuseppe Penone, les planches futuristes du dessinateur belge François Schuiten ou les fleurs explosives du duo français Pierre et Gilles.

Les jardins sont éphémères mais leurs représentations résistent au temps. Symboles d'une quête existentielle, celle du paradis, mais aussi miroirs de la société qui les a cultivés, ils ont toujours fait fleurir l'imaginaire des artistes. Cette nature aménagée par l'homme a ainsi colonisé l'histoire de l'art, de l'Antiquité à nos jours, inspirant aussi bien la peinture que le jeu vidéo, la littérature, le cinéma ou la photographie.

Éclosion perpétuelle
Des échantillons de terre du Japonais Kôichi Kurita aux vanités florales de la Brésilienne Luzia Simons, des arbres sculptés de l'Italien Giuseppe Penone aux planches futuristes du dessinateur belge François Schuiten en passant par les fleurs explosives du duo français Pierre et Gilles, Anne-Solen Douguet et Stéphane Bergouhnioux sont allés à la rencontre d'artistes qui entretiennent, chacun à leur manière, un rapport unique avec le jardin. Complétée par les éclairages de la conservatrice Coline Zellal et du paysagiste Arnaud Maurières, une passionnante immersion dans la création contemporaine.

Les secrets engloutis du lac Titicaca réalisé par Frédéric Cordier



Le légendaire lac Titicaca, situé à presque 4000 mètres d'altitude, partagé entre le Pérou et la Bolivie, s'étend sur 8000 kilomètres carrés. Depuis toujours, il suscite l'admiration et la curiosité des explorateurs et scientifiques du monde entier. Pour la première fois, une fouille archéologique est entreprise dans les eaux froides de l'immense lac, en plein coeur de la Cordillère des Andes. Une équipe de chercheurs espère y découvrir un patrimoine historique et culturel appartenant à d'antiques civilisations de la région. Quels mystères entourent encore le lac ?

Titanic, la vérité dévoilée réalisé par Sam Berrigan Taplin



Le 15 avril 1912, après avoir heurté un iceberg, le Titanic sombre dans les eaux glacées de l'Atlantique nord. Le bilan humain est l'un des plus lourds de l'histoire maritime. Le choc entre l'iceberg et le transatlantique a longtemps été considéré comme la seule raison de la catastrophe. Aujourd'hui, à la lumière de nouveaux indices, cette hypothèse est remise en cause. L'enquête officielle, menée l'année même du drame, a-t-elle été au fond des choses ? Senan Molony, journaliste irlandais, qui enquête depuis près de trente ans, est persuadé depuis longtemps que la véritable raison du naufrage reste à découvrir.

Wednesday, 12 April 2017

Océans réalisé par Jacques Perrin & Jacques Cluzaud



Ce documentaire filme l'océan et les créatures marines. Il s'interroge également sur l'empreinte que l'homme impose à la vie sauvage et invite à la protection des océans, face à la pêche abusive, à la pollution et au réchauffement climatique.

Face à la vague - Une autre histoire du tsunami réalisé par Helmut Voitl & Elisabeth Guggenberger



Deux cinéastes sont en vacances au Sri Lanka en décembre 2004, lorsque le tsunami s’abat sur l'île. Le bilan est de 38000 morts et plus de 500000 sans-abri, en une seule nuit. Indemnes, tous deux décident de rester pour lancer un projet de reconstruction des maisons sinistrées. Une chronique qui révèle l’ampleur des tensions religieuses dans la région.

Les réalisateurs Elisabeth Guggenberger et Helmut Voitl sont en vacances au Sri Lanka en décembre 2004, lorsque le tsunami s’abat sur l'île. Le bilan est de 38 000 morts et plus de 500 000 sans-abri, en une seule nuit. Indemnes, tous deux décident de rester pour lancer un projet de reconstruction des maisons sinistrées : vingt familles bouddhistes et soixante-dix familles musulmanes doivent être relogées. Ils entament un journal filmé des avancées du projet, qui s’avère de plus en inextricable à mesure qu’ils en découvrent les enjeux : les tensions entre les deux communautés religieuses des villages impliqués se révèlent en effet quasi insolubles, compliquant d’autant la tâche des volontaires. Filmé tout au long des deux ans qu'a duré le projet, puis tout récemment, ce documentaire met en évidence la progression au Sri Lanka, depuis le tsunami, d’un bouddhisme radical et violemment antimusulman ; il révèle aussi les écueils que peuvent rencontrer des Occidentaux qui, malgré leur bonne volonté, n’ont que rarement connaissance de toute la complexité des enjeux locaux.

Après la Jungle réalisé par Julien Launay



Depuis une vingtaine d'années, la sous-préfecture du Pas-de-Calais constitue le principal point de fixation pour les candidats à l'exil. A l'aube, lundi 24 octobre 2016, une file se forme et des cars attendent. Il s'agit de l'un des faits d'actualité majeurs de l'année. Cette date coïncide avec le début d'une évacuation présentée comme une opération humanitaire de mise à l'abri. Le dispositif prévoit la redirection des migrants de Calais vers des centres d'accueil et d'orientation pour une durée provisoire au cours de laquelle chaque situation devra être examinée. La tradition d'accueil française est-elle mise à mal ?

Calais, les enfants de la Jungle réalisé par Thomas Dandois & Stéphane Marchetti



Ils voyaient l’Europe comme une chance. Dans le nord de la France, ils ont trouvé l’enfer. Comment les mineurs isolés ont-ils été pris en charge dans la « jungle » de Calais ? Ce documentaire met en lumière une situation inimaginable et alerte sur la situation de ces enfants perdus. Après la diffusion des deux films, Marina Carrère d’Encausse ouvre le débat.

Ils s’appellent Rafi, Salman, Saïd ou Ali et ont tous moins de 18 ans. Ils viennent d’Afghanistan, de Syrie ou du Pakistan d’où ils ont fui la guerre et les combats. Après des mois d’errance, ils se retrouvent bloqués à Calais dans la boue, le vent et le froid. Leur rêve : rejoindre l’Angleterre. Leurs moyens : grimper dans des containers ou se glisser sur les essieux des remorques, au péril de leur vie. En attendant de retenter leur chance, ils essayent de survivre dans la « jungle », la peur au ventre. Devant la caméra de Thomas Dandois et Stéphane Marchetti, ils racontent leur pays, leur exil, leurs angoisses et leurs attentes. Comme eux, ils sont des centaines de mineurs isolés à vivre ainsi, livrés à eux-mêmes, loin de chez eux, dans le plus grand bidonville d’Europe…

Le grand tour des littératures - L’Italie de Goethe réalisé par Markus Augé & Jonas Niewianda



À l’été 1786, Johann Wolfgang von Goethe accompagne en cure thermale, à Carlsbad, le duc Charles-Auguste, dont il est, à Weimar, le conseiller intime. Mais le 3 septembre, le célèbre écrivain abandonne ses responsabilités et prend la fuite sous une fausse identité, direction l’Italie qu'il souhaite découvrir depuis longtemps. Son périple, qui va durer près de deux ans, le mène du lac de Garde jusqu’en Sicile. En route, il fait étape dans les principales villes transalpines et s'octroie un séjour prolongé à Rome. Au fil de ses découvertes, l'auteur des Souffrances du jeune Werther s’émerveille de l’architecture et de l'art italiens. Il entretient aussi une abondante correspondance avec ses proches, dont il tirera ensuite son ouvrage, Voyage en Italie.

Tuesday, 11 April 2017

Des choux, des patates et d’autres démons réalisé par Serban Georgescu



Peut-on encore vivre de la vente de choux et de pommes de terre dans une société de plus en plus capitaliste ? Ce documentaire teinté d'humour propose une étude de cas dans un petit village roumain.

Le village roumain de Lunguletu compte mille tracteurs pour cinq mille habitants. La plupart d'entre eux vivent de la terre et notamment de la culture des choux. Mais il devient très difficile d’écouler la totalité de leur production sur le marché, et leurs pertes sont considérables. Intrigué par cette situation absurde, le réalisateur Serban Georgescu a passé un an sur place pour tenter de comprendre comment un village entier peut aujourd’hui se retrouver dans une telle impasse. Avec beaucoup d’humour, il aborde à travers ce film le délicat passage du communisme au capitalisme, et les différents problèmes auxquels sont désormais confrontés les agriculteurs roumains.

Les musulmans d’Europe (2/2) Belgique, France, Espagne réalisé par Thomas Lauterbach



Comment vivent aujourd’hui les musulmans du Vieux Continent ? Enquête dans plusieurs pays en compagnie de la journaliste Nazan Gökdemir et du politologue Hamed Abdel-Samad. Dans ce second volet, ils se rendent à Schaerbeek, commune bruxelloise tristement célèbre depuis les attentats du 22 mars 2016. Ils s'entretiennent aussi avec l’ancien grand mufti de Marseille et visitent la grande mosquée de Grenade.

Depuis les récents attentats terroristes, les temps sont difficiles pour les musulmans d’Europe. L’islam est de plus en plus critiqué, certains estimant même que cette religion encouragerait la violence. Au cours de l’été 2016, la journaliste allemande Nazan Gökdemir et le politologue germano-égyptien Hamed Abdel-Samad – connu pour ses positions critiques vis-à-vis de l’islam – ont parcouru plusieurs pays d’Europe pour s’entretenir avec des musulmans. À quoi ressemble leur vie aujourd’hui ? Quel rôle y jouent les traditions, la foi, la famille et la politique ?

Seconde partie
Nazan Gökdemir et Hamed Abdel-Samad poursuivent leur tour d'Europe à Schaerbeek, commune bruxelloise tristement célèbre depuis les attentats qui ont frappé la capitale belge le 22 mars 2016. Ils s'entretiennent également avec l’ancien grand mufti de Marseille et se rendent à la grande mosquée de Grenade.

Les musulmans d’Europe (1/2) Allemagne réalisé par Thomas Lauterbach



Comment vivent aujourd’hui les musulmans du Vieux Continent ? Enquête en compagnie de la journaliste Nazan Gökdemir et du politologue Hamed Abdel-Samad. Dans ce premier volet, ils se rendent à Berlin où ils rencontrent notamment l’islamologue Bassam Tibi ainsi que la journaliste Sineb El Masrar.

Depuis les récents attentats terroristes, les temps sont difficiles pour les musulmans d’Europe. L’islam est de plus en plus critiqué, certains estimant même que cette religion encouragerait la violence. Au cours de l’été 2016, la journaliste allemande Nazan Gökdemir et le politologue germano-égyptien Hamed Abdel-Samad – connu pour ses positions critiques vis-à-vis de l’islam – ont parcouru plusieurs pays d’Europe pour s’entretenir avec des musulmans. À quoi ressemble leur vie aujourd’hui ? Quel rôle y jouent les traditions, la foi, la famille et la politique ?

Première partie
Dans ce premier volet, Nazan Gökdemir et Hamed Abdel-Samad se rendent à Berlin où ils rencontrent notamment l’islamologue Bassam Tibi ainsi que la journaliste Sineb El Masrar.

Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme réalisé par Tancrède Ramonet



Du manifeste fondateur de Proudhon (1840) à la chute de Barcelone (1939), cette fresque documentaire fait revivre la richesse foisonnante d'un mouvement multiforme, montrant combien l'anarchisme continue d'irriguer tout le champ des luttes sociales et politiques. Premier volet : La volupté de la destruction (1840-1914).

Pourquoi l'anarchisme est-il perçu aujourd'hui comme marginal ? Comment expliquer que, alors que ses combats et ses mots d'ordre libertaires et égalitaires ont largement contribué à écrire l'histoire des luttes sociales et des révolutions, et qu'ils résonnent aujourd'hui avec une force nouvelle, ses origines aient été à ce point oubliées ? Cette passionnante fresque documentaire, qui retrace pour la première fois les débats et les événements clés de l'histoire de l'anarchisme sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, élucide en partie le paradoxe. D'une part, les pouvoirs que les anarchistes ont toujours défiés, parfois la bombe à la main, sont largement parvenus, par la répression et la propagande, à museler ou discréditer leur pensée. D'autre part, la diversité étonnante d'un mouvement d'envergure mondiale, mais qui a refusé avec constance tout embrigadement derrière un chef ou une doctrine, a contribué à occulter, dans la mémoire collective, son rôle pionnier dans les conquêtes sociales, de la journée de huit heures à l'émancipation des femmes. De Paris à Chicago, de Tokyo à Mexico, de Saint-Pétersbourg à Barcelone, Tancrède Ramonet redonne vie à cette richesse foisonnante, à travers l'évocation de ses principales figures, le récit d'une dizaine de spécialistes et à de très belles archives.

1. La volupté de la destruction (1840-1914)
Qu'est-ce que la propriété ? C'est avec ce manifeste fondateur qu'en 1840 l'ouvrier typographe Pierre-Joseph Proudhon jette les bases d'une solution anarchiste à la misère terrible qui se développe depuis le début du siècle dans les grands bassins industriels. En 1864, lors du Congrès de la Ière Internationale des travailleurs à Londres, les anarchistes sont largement majoritaires. Bakounine voit dans la dictature du prolétariat proposée par Marx "la menace d'une effrayante bureaucratie rouge". De la Commune de Paris, en 1871, à la grève générale de 1906, de l'émergence des Bourses du travail à celle des grandes organisations syndicales, des premiers votes féminins aux communautés de vie alternative, de l'éducation populaire à la mise en place d'écoles libertaires, le mouvement anarchiste suscite des expériences révolutionnaires inédites et se révèle l'un des principaux promoteurs des grandes avancées sociales. De Ravachol à Bonnot, de l'assassinat de Sadi Carnot (1894) à celui d'Umberto Ier d'Italie (1900), ce premier épisode rappelle aussi que la "propagande par le fait" que choisissent certains anarchistes inaugure un terrorisme international qui cible avec succès les sommets de l'État, mais contirbue à forger sa légende noire.

2. La mémoire des vaincus (1911-1945)
Au sortir de la Première Guerre mondiale, dans une Europe exsangue, l'anarchisme semble avoir perdu l'essentiel de son influence. Mais les révolutions mexicaine (1910), puis russe (février 1917), ont vu appliquer ses mots d'ordre à une échelle jusque-là inédite, même si l'échec de la première, et la prise du pouvoir par les bolcheviks à Saint-Pétersbourg, ont rejeté à nouveau parmi des vaincus des milliers de ses militants. Dans cet entre-deux guerres où, très vite, les totalitarismes fascistes et soviétique se font face, il l'anarchisme reste fort en Amérique. En 1927, l'exécution des deux militants Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti suscite une immense réprobation des deux côtés de l'Atlantique. Puis, au printemps 1936, l'élection en Espagne d'un gouvernement de Front populaire va permettre aux anarchistes d'écrire, notamment en Catalogne, l'une des pages les plus marquantes de leur histoire, avant d'être écrasés dans la tourmente de la guerre civile.

Monday, 10 April 2017

Amande, les secrets d'un super-aliment réalisé par Hélène Eckmann



L'amande s'est imposée comme un «super-aliment», un fruit sec tendance et santé, plébiscitée par les nutritionnistes. Les Français en consomment deux fois plus qu'il y a dix ans, et son prix, en parallèle, a été multiplié par cinq. Mais les 1500 tonnes produites chaque année sont bien loin de satisfaire la consommation française, qui avoisine les 30 000 tonnes. Pour répondre à une demande mondiale qui explose, un pays la produit par montagnes : les Etats-Unis, et notamment la Californie, où l'amande est responsable d'un désastre écologique. Depuis quatre ans, la Californie subit une sécheresse sans fin, la culture de l’Amande étant l'une des plus grosses consommatrices d'eau. L'amande est-elle éthique ? Comment est-elle devenue l'un des fruits secs les plus consommés en France ? Ses bienfaits nutritionnels sont-ils bien réels ? Enquête.

Sunday, 9 April 2017

Atvakhabar Rhapsodies réalisé par Karl Biscuit



«Atvakhabar Rhapsodies» raconte l'histoire du lointain pays d'Atvakhabar, une contrée imaginaire, comme l'est Emile Prokop, explorateur des années 20 et auteur d'un film documentaire à demi perdu dont le spectacle est censé restituer les images.

Saturday, 8 April 2017

L’OMS : dans les griffes des lobbyistes ? réalisé par Jutta Pinzler & Tatjana Mischke



Sous-financée, dépendante de donateurs privés dont Bill Gates, l’OMS peut-elle encore assurer ses missions au service de la santé publique ? Une solide investigation sur les conflits d’intérêts qui entravent son efficacité.

Pandémies, grippes virulentes ou maladies consécutives à un accident nucléaire : l’OMS (Organisation mondiale de la santé) doit intervenir sur tous les fronts de la planète pour prévenir et guérir. Mais cette institution de l’ONU, créée en 1 Jutta Pinzler, Tatjana Mischke8, dispose-t-elle encore des moyens suffisants pour assurer ses missions, au-delà de ses succès incontestables, en matière de vaccination notamment ? Financée, dans les années 1970, à 80 % par les contributions de ses États membres et à 20 % par des entreprises et des donateurs privés, elle voit aujourd’hui cette proportion s’inverser, alors que le tout-puissant Bill Gates participe de plus en plus au financement de l’OMS par le biais de sa fondation. Les faits s'accumulent : complaisance troublante envers le glyphosate – molécule active du Roundup cher à Monsanto –, que l’OMS a déclaré sans danger en dépit des victimes de l’herbicide, aveuglement face aux conséquences de la pollution liée aux compagnies pétrolières en Afrique, minoration des bilans humains des catastrophes nucléaires, de Tchernobyl à Fukushima, et des désastres de l’utilisation de munitions à uranium appauvri en Irak ou dans les Balkans. L’indépendance de l’organisation est compromise tout à la fois par l’influence des lobbies industriels – dont celle des laboratoires pharmaceutiques – et par les intérêts de ses États membres. L’institution de Genève, qui avait sous-estimé la menace Ebola (plus de onze mille morts), est de surcroît accusée de gabegie et de négligence vis-à-vis des maladies tropicales, au profit de marchés plus juteux.

Privée d’autonomie
Entre analyse d’experts, détracteurs et défenseurs, langue de bois de son porte-parole Gregory Hartl et reportages sur le terrain, cette enquête livre une édifiante radiographie de l’OMS. Sans sombrer dans le réquisitoire, les auteurs dressent le portrait d’une structure fragilisée, soumise à de multiples conflits d’intérêts et étrangement liée à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) – avec laquelle elle a signé une convention... Menée avec rigueur, une ambitieuse investigation qui montre combien les intérêts privés dominent désormais les enjeux de santé publique. Passionnant et glaçant.

Dépression : de nouveaux espoirs ? réalisé par Dorothee Kaden & Carsten Schollmann



Le système immunitaire pourrait-il jouer un rôle dans l’apparition de la dépression ? Ce documentaire passionnant met en lumière les techniques de pointe employées par les chercheurs en matière d’imagerie, d’immunologie et de génétique afin de sonder les mystères des liens entre notre corps et notre esprit.

Aujourd’hui, beaucoup de patients atteints de dépression ne voient pas leur état s’améliorer malgré la prise d’antidépresseurs. Pourrait-on demain les guérir à l’aide d'autres traitements, notamment anti-infectieux ? Selon un grand nombre de scientifiques, le système immunitaire serait la clé pour mieux comprendre et combattre cette maladie psychique. En effet, stress et mauvaise alimentation pourraient favoriser le développement d’infections jouant un rôle important dans son apparition. Des universités et des entreprises pharmaceutiques se sont donc associées pour mener une étude de plusieurs années sur cette question. Ce documentaire met en lumière les techniques de pointe employées par les chercheurs en matière d’imagerie, d’immunologie et de génétique afin de sonder les mystères des liens entre notre corps et notre esprit.

Friday, 7 April 2017

Chronique paysanne en Gruyère réalisé par Jacqueline Veuve



Cette chronique paysanne a été tournée en pays de Gruyère pendant une année, de juillet 1989 à juillet 1990. Conrad et Louise Bapst sont des «petits paysans» de montagne vivant en autarcie et partageant le même domaine avec leurs trois fils, dont deux sont mariés et ont une famille de trois et quatre enfants. Nous avons suivi chronologiquement avec les Bapst une année de travaux et de fêtes. Ils habitent La Roche (FR); l’été, une partie de la famille monte à l’alpage. Suivant la pousse de l’herbe, ils déménagent six fois en trois mois avec leurs vaches, dans trois chalets. Ils fabriquent le gruyère artisanalement comme on le produit depuis trois cents ans. A la ferme du bas reste une partie de la famille qui fait les foins, les regains et le jardin. L’automne, c’est la désalpe suivie de la grande fête: la Bénichon. La vente des fromages permet de payer les alpages loués et de laisser un tout petit bénéfice. On assiste à des votations, pour ou contre l’armée, et à une réunion des paysans de montagnes inquiets à l’approche de l’Europe de 1993.

Les Français et l'insécurité réalisé par Stéphane Bentura



Depuis des décennies, le thème de l'insécurité fait l'objet d'exploitations politiques dans le débat public. Stéphane Bentura a décidé d'étudier au plus près la réalité de la situation en France. Pour ce faire, il a enquêté, plusieurs mois durant, à Amiens. Victimes, élus locaux, magistrats ou encore policiers dressent un état des lieux de la délinquance et de son traitement policier et judiciaire. En abordant ce thème primordial sous les angles différents de tous les publics concernés, le documentaire permet de mieux comprendre tous les enjeux, mais aussi le travail de chacun pour lutter contre l'insécurité.

Le verger, carrousel de la vie réalisé par Klaus Scheurich & Annette Scheurich



Dans un splendide verger en bordure du Jura souabe, on découvre un étonnant microcosme peuplé d’une infinité d’espèces sauvages. Un paradis secret façonné de main humaine, et que la nature se réapproprie au fil des saisons et des récoltes. Tout au long de l’année, le verger est un lieu débordant de vie. Un paradis secret façonné de main humaine, et que la nature se réapproprie, au fil des saisons et des récoltes. Dans l'un d'eux, en bordure du Jura souabe, on découvre un étonnant microcosme peuplé d’une infinité d’espèces sauvages qui savent tirer profit de ses merveilles : les fruits tombés font le bonheur des mulots et des papillons migrateurs, tandis qu’en hiver, les bourgeons des branches élaguées profitent aux chevreuils affamés. Au printemps, ce petit monde reprend vie, avec une stupéfiante profusion de couleurs : l’éclat des fleurs de cerisiers, pruniers, pommiers ou poiriers, offre la promesse d’une bonne récolte – et les abeilles ne sont pas les seules à en convoiter le nectar.

Bienvenue au Club ! 25 ans de musique électronique réalisé par Dimitri Pailhe



Comment la techno, une musique alternative à la réputation sulfureuse – musique du ghetto, synonyme de violence et d'usage de stupéfiants – et trop souvent caricaturale, s’est-elle imposée pour devenir "le" courant musical fédérateur et universel, venu à la rescousse d'une industrie du disque moribonde ?

Comment une musique alternative à la réputation sulfureuse, celle du ghetto, synonyme de violence et d'usage de stupéfiants et trop souvent caricaturale, s’est-elle imposée pour devenir "le" courant musical fédérateur et universel, venu à la rescousse d'une industrie du disque moribonde ? Inspirée par l’écoute d’Autobahn, premier album (1974) du groupe précurseur allemand Kraftwerk, la techno a émergé à Detroit vers 1986 avec Juan Atkins, Derick May et Kevin Saunderson. Elle envahit d’abord l’Europe via Manchester et Berlin, avant de donner naissance aux rave et autres after dans des endroits sauvages, voire "interdits". Bientôt, partout dans le monde, les DJs libèrent émotions et inhibitions et l’ecstasy dope les dancefloors, avant l’interdiction en Angleterre des rave. Laquelle suscite aussitôt une radicalisation du mouvement avec la free party. Spiral Tribe érige la techno en mode de vie et les Daft Punk remettent la France sur la carte mondiale du genre, avec leur premier album Homework (1997). Boostée par les soirées "Respect" organisées au Queen à Paris, la French touch s'exporte, et le clubbing redevient branché. Omniprésentes aujourd’hui, des plages de Croatie à l’Ultra Music Festival de Miami, les musiques électroniques, hier diabolisées, sont devenues très bankable. Réunissant images d’archives et témoignages vibrants de figures emblématiques de la planète techno, ce film impeccablement mixé revisite un quart de siècle de bandes son techno pour un retour vers le futur de la dernière grande révolution musicale.

Thursday, 6 April 2017

Tuer sans le vouloir réalisé par Olivier Pighetti



En France, on compte tous les ans des milliers d'homicides involontaires : accidents de la route, de chasse, erreurs médicales, noyades en piscine. Ils constituent la majorité des affaires judiciaires relatives à la mort d'autrui. On y trouve d'un côté les proches des victimes, effondrés, qui souvent se refusent à accepter la fatalité et demandent à ce que les responsables soient punis, et de l'autre, les «coupables involontaires», parfois rongés de culpabilité, qui peinent eux aussi à se reconstruire après le drame. Rencontre avec Jocelyne, Antoine, Jean-Pierre ou Joachim, qui témoignent de leur parcours.

Tuesday, 4 April 2017

Prénatalités réalisé par Josephine Links



Les avancées médicales permettent un diagnostic prénatal plus efficace mais confrontent les futurs parents à des choix difficiles en cas de détection d’une anomalie. La documentariste a rencontré des femmes et des couples qui ont fait le choix d’interrompre ou de poursuivre la grossesse. Ils racontent ce qu'ils ont vécu.

Aujourd’hui, un large éventail de consultations prénatales est à la disposition des futurs parents, et la médecine moderne permet d’établir des diagnostics plus précis que jamais. Mais jusqu’où voulons-nous savoir ? Lorsque des malformations rendant impossible la survie du bébé sont détectées, un avortement précoce constitue une épreuve particulièrement douloureuse. Mais les questionnements éthiques s’avèrent souvent plus pénibles encore. Dans le cas d’une anomalie comme la trisomie 21, le choix d’interrompre ou de poursuivre la grossesse peut être un dilemme des plus cruels. La documentariste a rencontré des femmes et des couples qui ont fait l’un ou l’autre choix et racontent leur expérience, heureuse ou douloureuse, mais également des spécialistes comme Karim Kalache, qui travaille à l’hôpital de la Charité, à Berlin.

Monday, 3 April 2017

Le côté obscur de l'ampoule réalisé par Cécile Cabanac & Laurent Fléchaire



Une qualité de lumière proche de celle du soleil, une durée de vie dix fois supérieure à celle d'une ampoule classique, les ampoules basse consommation, obligatoires depuis septembre 2012, sont censées allier geste pour la planète et bonne affaire. Mais est-ce vraiment le cas ? En effet, le bénéfice de ces ampoules «nouvelle génération» est aujourd'hui remis en cause. Non seulement les économies d'énergie seraient minimes, mais de surcroît elles contiendraient du mercure, présentant des risques pour la santé et l'environnement. Certains consommateurs réclament le retour pur et simple des bonnes vieilles ampoules à filament. Comment ces ampoules basses consommation nous ont-elles été imposées ? Pourquoi font-elles débat ?

Centres commerciaux : la grande illusion réalisé par Élisabeth Bonnet & Adrien Pinon



En France, les centres commerciaux s'étalent sur plus de 16 millions de mètres carrés, un record en Europe occidentale. Trois milliards de visiteurs s'y pressent chaque année pour effectuer toutes sortes d'achats. Les promoteurs immobiliers rivalisent d'imagination pour en faire des espaces toujours plus attractifs. Cinquante nouveaux centres sont actuellement en construction. Mais la consommation ne suit pas toujours ce rythme effréné. Ces quinze dernières années, elle n'a augmenté que de 36% alors que le parc des surfaces commerciales a progressé de 60%. Résultat : des friches apparaissent un peu partout en France. Les élus sont inquiets.

La vaccination : un enjeu de santé publique réalisé par Sonya Pemberton



La vaccination des nourrissons contre la rougeole, la coqueluche ou la poliomyélite a fait ses preuves. Mais la mise en cause de certains vaccins, combinée à un manque de vigilance de la part des praticiens, voire des autorités sanitaires, a conduit à une baisse du taux de vaccination. La multiplication des échanges et des déplacements internationaux multiplie pourtant les risques d'épidémies à grande échelle. Des affections que l’on croyait éradiquées ont ainsi resurgi, comme la rougeole, dont 23 300 cas ont été recensés en France de 2008 à 2013, faute d'avoir pu atteindre le taux de 95 % au moins de vaccination pour l’ensemble de la population. Les rumeurs – maintenant activement relayées par Internet – entraînent des réactions parfois plus graves. Comme en Inde et au Bhoutan, où la vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus provoquant le cancer du col de l’utérus a été suspendue suite au décès de quatre Indiennes, alors que leur mort n'était pas liée à l'inoculation du vaccin. Dans des cas extrêmement rares, des complications neurologiques et des paralysies surviennent. Mais ces réactions restent statistiquement très faibles au regard des millions de vies préservées ou sauvées par les vaccins. D’autant que les drames recensés peuvent être dus par exemple à des mutations génétiques et pas forcément au vaccin qui est trop rapidement mis en cause.

Récompensée en 2012 par un Emmy Award pour l’ensemble de son travail de vulgarisation scientifique, la réalisatrice australienne Sonya Pemberton signe une enquête approfondie, qui a obtenu une audience record lors de sa diffusion l'année dernière en Australie.

Sunday, 2 April 2017

Minijupe tout court ! réalisé par Marie-Christine Gambart

Minijupe tout court !

Vêtement phare des sixties, la minijupe en a vu de toutes les couleurs. Créée dans les années 1960 par la Londonienne Mary Quant pour "permettre aux femmes de courir après un bus", elle annonce le Women's Lib et constitue une révolution dans la mode. Abandonnée dans les années 1970, elle fait son retour durant la décennie suivante et sera ensuite constamment réinventée. Adulée ou abhorrée, elle symbolise la féminité : incarnation de l'amazone moderne libre de ses mouvements, elle véhicule également l'image de la femme-objet soumise au désir masculin et enfermée dans un idéal de minceur. Et sous son apparente frivolité, elle constitue un fabuleux révélateur de l’évolution des mœurs. Un portrait de la minijupe ludique et instructif, composé d'entretiens avec des stylistes et des sociologues de la mode, d'images d'archives et d'interviews de jeunes gens d'aujourd'hui.

Puberté : la métamorphose réalisé par Judith König



Une exploration à fleur de peau de la mutation la plus spectaculaire de la vie humaine : le passage de l’enfance à l’âge adulte. Pendant cette période charnière, le corps change de manière spectaculaire et le cerveau se transforme en un immense chantier...

Insolents, mal élevés, paresseux ou tyranniques : depuis des millénaires, on ne cesse de vilipender une jeunesse qui ne respecterait plus rien. Cela n’est pas près de s’arrêter car la puberté, étape obligée, transforme invariablement les charmants et sages bambins en créatures boutonneuses, lunatiques et rebelles. Et pour cause, pendant cette période charnière, le cerveau se transforme en immense chantier. Alors que de nouvelles connexions neuronales s’établissent, le lobe préfrontal, responsable du contrôle des émotions, est difficilement accessible du fait des "travaux de rénovation" en cours. Résultat, l’apathie peut brutalement laisser place à des crises de larmes ou de colère, et la joie céder au désespoir. Le corps change aussi de manière spectaculaire. Poussée de croissance, barbe naissante et voix qui flanche chez les garçons ; formes qui se dessinent et premières règles chez les filles – le tout guidé par un cocktail explosif d’hormones. À y réfléchir, la puberté est un miracle de la nature. Dans ce documentaire truffé d’informations et d’images étonnantes, on découvre de fascinants faits scientifiques sur les mystères d'une étape cruciale du développement humain.

Le fils de Neandertal ou le secret de nos origines réalisé par Jacques Mitsch

Le fils de Neandertal ou le secret de nos origines

La découverte d'une étrange sépulture, vieille de plusieurs dizaines de milliers d'années, intrigue les paléontologues. Un voyage archéologique riche en rebondissements, qui plonge au coeur du raisonnement scientifique.

Homo sapiens, l’homme moderne, est-il l’étape ultime de notre évolution ? C’est ce que l’on croyait jusqu’à la découverte d’un étrange squelette fossilisé vieux de plusieurs dizaines de milliers d’années. Depuis 2006, les archéologues ont démontré que Sapiens et Neandertal ont mélangé leurs patrimoines génétiques. Une partie de l’humanité porte ainsi 1 à 4 % de gènes hérités de Neandertal. Ce métissage ancien influencerait encore aujourd’hui notre santé et nos comportements. Mais la sépulture fait l'effet d'une bombe archéologique. Pendant des mois, préhistoriens, paléoanthropologues et généticiens travaillent d’arrache-pied, pour en percer les secrets. S'agit-il d'une authentique découverte ?

À la poursuite de Neandertal
Cet intrigant documentaire suscite une foule d'interrogations et l'image de Neandertal, notre fascinant cousin, se modifie au fil des séquences. Entre réalisme et fantasmagorie, le film nous entraîne sur des chemins de traverse, rêvant à nos ancêtres et à un destin alternatif pour l'humanité, plus écologique, sous influence néandertalienne. Métaphore du raisonnement scientifique avec ses coups de théâtre et ses remises en question, ce film (à regarder impérativement jusqu'à la dernière minute) montre que l'archéologie avance aussi grâce à des démentis invalidant les démonstrations précédentes, au gré de ses progrès et découvertes. Un voyage, plein de surprises, sur les traces de nos ancêtres.

Saturday, 1 April 2017

Enfants du terril réalsé par Frédéric Brunnquell



Loïc, 15 ans, est en phobie scolaire et peine à terminer sa classe de troisième. Théo, encore protégé par l’innocence de ses 10 ans, transforme les ruines de son quartier en vaste terrain de jeu. Les deux frères habitent au 12-14, une petite cité minière délabrée de la ville de Lens. À quelques mois de ses seize ans, Loïc se cherche et se demande s’il va définitivement quitter l’école. Patricia, leur mère, se bat pour maintenir la cohésion familiale et assurer un avenir à ses fils. Le film, entre représentations allégoriques et détresse du quotidien, est une réflexion sur les effets dévastateurs de la pauvreté et sur la perte de confiance dans l’avenir qui menace les deux frères.