Monday, 20 March 2017

Cocottes et courtisanes dans l'oeil des peintres réalisé par Sandra Paugam



Comment l'essor de la prostitution au XIXe siècle a inspiré les plus grands peintres modernes. Une évocation érudite et haute en couleur de la condition des femmes de l'époque.

Courtisanes, demi-mondaines, cocottes, filles de joie, grandes horizontales, danseuses, lorettes, grisettes, filles de brasserie, buveuses, trotteuses, pierreuses... : si le vocabulaire désignant les prostituées au XIXe siècle s'avère si riche, c'est qu'il prend la mesure de l'ampleur nouvelle que connaît à cette époque le plus vieux métier du monde. Alors en plein essor, le capitalisme bouleverse les conventions, et, en opposition avec un second Empire obsédé par la vertu, favorise la marchandisation des corps féminins. De la courtisane de haut vol à la pierreuse, arpentant les mauvais trottoirs des faubourgs, l'image de la femme "légère" s'étoffe et se diversifier.

Nouvelles muses
L'oeil des peintres ne manquera pas d'accompagner cette évolution des moeurs. Ces muses d'un genre particulier inspirent de nouveaux défis à la modernité picturale. De Manet à Picasso en passant par Degas, Van Gogh et Toulouse-Lautrec, les peintres qui les représentent s'affranchissent des règles académiques et trouvent de nouvelles voies. En revisitant certaines oeuvres et les archives de la police des moeurs, le film de Sandra Paugam explore la relation incandescente entre l'art et le sexe tarifé. Richement documenté, Cocottes et courtisanes... est autant un documentaire sur la condition des prostituées qu'une réflexion sur le regard artistique qui lui est porté. Un film miroir, qui renvoie la société de l'époque à ses hypocrisies et à ses angles morts.

No comments:

Post a Comment