Tuesday, 31 May 2016

Jungle d'eau douce - La vie secrète des gravières réalisé par Serge Dumont, Frank Nischk, Sarah Zierul & Thomas Weidenbach



Créé à l'origine pour extraire du gravier, puis abandonné, ce petit lac est le théâtre d'un véritable miracle écologique : à l'insu des hommes, c'est tout un biotope qui y renaît et forme un véritable refuge pour des espèces rares et menacées.

Sur une année, nous observons la vie des poissons, des oiseaux et des mammifères qui peuplent ce point d'eau et ses alentours. Des images tournées "près de chez nous", mais si saisissantes qu'elles semblent tout droit venues d'Amazonie !

John von Neumann - Prophète du 21e siècle réalisé par Philippe Calderon



John von Neumann, mathématicien hongrois, devenu américain après-guerre, a façonné le 20e siècle et continue de façonner ce début du 21e, sans que nous le sachions.

Inconnu du grand public, il a pourtant laissé sa trace partout : dans les sciences, mais aussi au cinéma, où il a servi de modèle pour deux personnages mythiques de Stanley Kubrick : Docteur Folamour et HAL, l'ordinateur de "2001, l'odyssée de l'espace".

L'homme possédait une telle puissance de calcul qu'il donnait des complexes à ses pairs, dont Einstein. Il était à l'origine des théories les plus fondamentales et abstraites du siècle dernier, comme de leurs conséquences les plus radicales. Fondement des mathématiques, physique de l'infiniment petit, élaboration théorique de la mécanique quantique, économie et théorie des jeux, théorie de l'information et de l'intelligence artificielle, physique statistiques et automates cellulaires, fondements des neurosciences, il aura été à l'avant-garde des concepts forgés au siècle dernier qui transforment notre 21e siècle.

Portrait
Il a appris le grec ancien à 6 ans, dans sa ville natale de Budapest. Dans la trentaine, il a découvert l'Amérique, le pouvoir, le capitalisme, les femmes et l'alcool. Au centre des études avancées de Princeton, il était connu pour ses blagues salaces et son habitude de mettre de la musique militaire allemande à plein volume afin d'agacer Einstein. D'une légèreté insoutenable, capable de donner une fête de 300 personnes et de rester calfeutré dans son bureau, Von Neumann semblait avancer masqué. Il mourra des suites de ses travaux sur la bombe, c'est-à-dire les conséquences des radiations des tests nucléaires auxquels il assista.

Bien plus que le portrait d'un homme, le film est le portrait d'une époque charnière dans l'histoire de l'humanité. A travers le regard d'un de ses membres le plus brillants et énigmatiques, nous verrons comment un groupe de penseurs européens a puisé ses idées dans la vieille Europe de l'entre-deux-guerres, et comment celles-ci ont traversé l'Atlantique dans les années 30, avant de transformer le monde.

Je suis qui je suis - Artiste et homosexuel(le) réalisé par Benjamin Cantu



Nils Bökamp et Benjamin Cantu forment un couple gay. Ils partent à la rencontre de sept artistes homosexuels. Tandis que la France, l'Allemagne et une grande partie des États-Unis semblent reconnaître désormais les droits des homosexuels, soixante-douze pays continuent d?engager des poursuites pénales contre eux, et dix vont jusqu'à les condamner à mort. A Moscou, les réalisateurs rencontrent Askold Kourov et Pavel Loparev qui ont tourné un documentaire pour montrer les effets de la propagande homophobe de Poutine. Au Liban, le chanteur Hamed Sinno, incarne la fièvre des printemps arabes. Puis cap sur l'Afrique du Sud, où le couple fait la connaissance de la danseuse Mamela Nyamza, qui a créé un spectacle pour dénoncer la brutalité des «viols de correction» censés ramener les lesbiennes dans le «droit chemin».

J'arrête le sucre réalisé par Anne-Sophie Lévy-Chambon



Le sucre se trouve partout : dans la nourriture industrielle, les biscuits, les céréales, les biscottes et même dans certains produits salés comme dans le jambon, les cornichons ou la sauce tomate. L'OMS dénonce les méfaits du sucre - obésité, diabète, notamment. Et après le tabac, l'organisation a fait du sucre son ennemi public numéro 2. La réalisatrice de ce document s'est lancé un défi : arrêter tous les sucres ajoutés. Mais comment y arriver ? Comment se sevrer de ce goût puissamment addictif ? Au gré de son enquête, elle a rencontré des médecins, des addictologues, des nutritionnistes, des endocrino-diabétologues, mais aussi des pâtissiers, des chimistes ou des chercheurs en science de l'alimentation.

Jag Mandir directed by Werner Herzog



Jag Mandir, sometimes known by its subtitle, The Eccentric Private Theatre of the Maharaja of Udaipur (German: Das excentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur), is a 1991 documentary film directed for television by Werner Herzog. The bulk of the film consists of footage of an elaborate theatrical performance for the Maharana Arvind Singh Mewar at the City Palace of Udaipur, Rajasthan staged by André Heller.

La fumée vous dérange ? réalisé par Grégoire Bénabent & Marie-Pierre Jaury



Comment fumer est-il devenu un vice ? Quels enjeux se cachent derrière la guerre contre le tabac ? Une analyse sans tabous de l'évolution de la place du tabac dans notre société.

"Fumer tue", "Fumer nuit à votre entourage", "Fumer crée une forte dépendance"... : les interdictions s'étendent, les méthodes et thérapies abondent, les consultations de tabacologie ouvrent dans tous les hôpitaux. Et pourtant, hier encore, fumer était un comportement normal, un rite de passage pour les jeunes, un signe d'affirmation pour les hommes, d'émancipation pour les femmes. Les dangers du tabac n'en étaient pas moins connus, mais les préoccupations de santé, la prévention, étaient loin d'avoir la place prépondérante qu'elles occupent aujourd'hui. Pourquoi en quelques décennies le fumeur est-il devenu un malade à rééduquer ? La santé est-elle aujourd'hui notre unique horizon, notre ultime utopie ?

Obsession
"Nous allons regarder la cigarette droit dans les yeux pour identifier ce qui vous fait croire que vous devez passer le reste de votre seule et unique vie avec ce truc dégoûtant dans votre bouche" : voici comment procède Coleen, une thérapeute dont la séance ouvre le documentaire. Les réalisateurs montrent alors comment la médiatisation des dangers du tabac et la reconnaissance du tabagisme passif ont contribué à "démoder" la cigarette au profit des tabacologues et des thérapies pour arrêter de fumer. De plus en plus chère et de moins en moins facteur de sociabilité, la cigarette est désormais rejetée par une société qui se veut responsable et préventive. Partant de la première loi qui limite la publicité en matière de tabac en 1976, La fumée vous dérange ? montre comment non-fumeurs et ex-fumeurs sont devenus des modèles de bon comportement. Dans ce documentaire, les clichés contre la cigarette volent en fumée et ses dangers, prouvés médicalement, sont intelligemment confrontés à l'obsession grandissante d'une vie toujours plus saine dans une société de plus en plus restrictive.

99 raisons contre la fin du monde réalisé par Lilly Engel & Philipp Fleischmann



Quatre-vingt-dix-neuf personnes, célèbres ou anonymes, donnent une raison pour que le monde poursuive sa course après le fatidique 21 décembre. Un plaidoyer aussi fantaisiste que revigorant.

Qu"aurions-nous regretté si la fin du monde était survenue le 21 décembre 2012 ? Ce film plein de fantaisie et d'anecdotes présente 99 hommes et femmes et leurs 99 raisons de s'opposer à ce cataclysme : une personne à laquelle on tient, une image, une chanson, un mouvement politique, un modèle, une conviction philosophique ou simplement la délicieuse sauce au curry de la baraque à frites du coin. Qui parle ? Des artistes comme Klaus Lemke, Mark Lanegen et Roland Emmerich, des penseurs, en particulier Stéphane Hessel, mais également des citoyens lambda : un chauffeur de taxi berlinois grincheux, un militaire, une bergère bulgare, une prostituée de Rio de Janeiro et les petites pensionnaires d'une crèche de Sofia. Chaque protagoniste vient illustrer une facette du genre humain : la quête d'identité, la recherche de sécurité, l'amour, la naïveté, la spiritualité, la joie de vivre.

Monday, 30 May 2016

Josette réalisé par Christian-Jaque



Albert Durandal adopte la fille d'une ouvrière, envoyée dans un sanatorium, et recueille également un vieillard à bout de force qui n'est autre que le richissime Rothenmeier. Ce dernier va devenir le véritable père Noël de ces braves gens, aidant Albert à se faire un nom au music-hall et choyant intensément la petite fille. La jolie maman de Josette, alors guérie, apportera le bonheur à Albert.

Jaloux comme un tigre réalisé par Darry Cowl



Un mari pertube la vie de son couple à cause de sa jalousie démesurée.

Les incroyables machines volantes du Professeur Oehmichen réalisé par Stéphane Bégoin



Ingénieur et bricoleur de génie, Étienne Oehmichen fut le premier à réussir un vol en hélicoptère en 1924. Une exploration passionnante des travaux du professeur, qui passa sa vie à observer les oiseaux et les insectes pour percer leurs secrets.

Tout commence avec une bobine de film retrouvée par hasard dans la région de Montbéliard. Ces images datent du début du XXe siècle. Elles montrent les premiers balbutiements d'un étrange appareil, un des ancêtres de l'hélicoptère. Cette machine a été inventée par Étienne Oehmichen, un savant et ingénieur français. Grâce à elle, il fut le premier à réussir un vol d'un kilomètre en circuit fermé. Bricoleur de génie, pilote d'essai, mais aussi brillant naturaliste, Oehmichen a laissé derrière lui nombre d'inventions et de théories. Et pourtant, après sa mort, il a disparu complètement de l'histoire. Comment a-t-il pu sombrer dans l'oubli ?

Les leçons du vol animal
Au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, des inventeurs de tous bords se lancent dans une course incroyable afin d'être les premiers à construire un hélicoptère. Mais d'échecs en catastrophes, ils renoncent les uns après les autres. À l'aube des années 1920, seuls deux hommes restent en compétition : l'espagnol Raúl Pateras de Pescara et le français Étienne Oehmichen. Longtemps, ils sont au coude à coude dans la course aux records. C'est finalement Oehmichen qui l'emporte en 1924. Sa victoire lui vient d'une idée originale : là où ses concurrents tentent de trouver des solutions techniques, lui a l'idée d'observer le vol animal. Il construit des caméras qui enregistrent image par image le vol des oiseaux et des insectes. Il comprend ainsi ce qui, jusque-là, empêchait l'homme de voler. Aujourd'hui, les scientifiques travaillent au développement de petits robots volants conçus pour se mouvoir de façon autonome. Ces micro ou nanodrones sont de minuscules hélicoptères qui ressemblent à des insectes... Mais les chercheurs d'aujourd'hui se heurtent aux mêmes difficultés qu'Étienne Oehmichen. Comme lui, ils se tournent vers les libellules pour décrypter la complexité de leurs incroyables performances en vol.

Sunday, 29 May 2016

Histoire(s) made in France (4-4) De l'industrialisation au XXIe siècle réalisé par Sonia Chabour



Un voyage au long cours dans la mémoire historique de la France. Ce quatrième et dernier volet explore le XXe siècle, d'une forteresse militaire du Jura reconvertie en parc de loisirs au viaduc de Millau, en passant par le Sacré Coeur, la mine alsacienne du Carreau Rodolphe, et l'hôtel Negresco à Nice.

Histoire(s) made in France (3-4) De la Renaissance aux lumières réalisé par Sonia Chabour



Un voyage à travers trente millénaires de mémoire historique française. Ce volet fait étape au château de Chenonceau, au logis de la Chabotterie, en Vendée, dans la chapelle de la Trinité, à Lyon, au chateau de Versailles. Le périple s'achève en Provence où s'affirme, à la Révolution, une tradition artisanale : celle des santons.

Le château de Chenonceau est un petit bijou royal dont les jardins à la française conservent leur rigueur et leur raffinement. Au logis de la Chabotterie, en Vendée, des passionnés restituent l'art de l'escrime ancienne. Dans la chapelle de la Trinité, à Lyon, résonnent les madrigaux de la Renaissance. À Versailles, nous remontons le temps avec l'horloger du château.

Histoire(s) made in France (2-4) Le Moyen-Âge réalisé par Mélanie Dalsace



Le deuxième volet de cette série passionnante explore la France du Moyen-Âge du Mont-Saint-Michel aux châteaux du Haut-Koenigsbourg et de Brancion. L'occasion de découvrir aussi les équipes de la Monnaie de Paris, de rencontrer une dynastie de verriers de Chartres, et d'entendre les polyphonies médiévales à l'abbaye de Royaumont.

Histoire(s) made in France (1-4) Des hommes de Cro-Magnon aux Romains réalisé par Mélanie Dalsace



Ce périple à travers l'histoire de France débute avec la grotte Chauvet et la maîtrise artistique des hommes de Cro-Magnon, avant de prendre la direction de la forêt de Brocéliande en Bretagne, où des druides organisent encore des cérémonies.

Une exploration qui se poursuit avec une gastronome passionnée de cuisine gauloise, puis avec un groupe de légionnaires contemporains férus de l'Empire romain. Dernière étape dans le salin d'Aigues Mortes, où la récolte s'effectue encore selon la méthode antique, et à Cabrières, où la technique de vinification en amphore a été remise au goût du jour par une jeune vigneronne.

Japon : les chemins de pèlerinage - Deuxième partie réalisé par Frank Mirbach



Le pèlerinage de Saigoku permet de visiter trente-trois temples. Second volet de ce voyage initiatique en compagnie d'une prêtresse bouddhiste : après l'agitation d'Osaka, la sérénité s'impose au temple de Tsubosaka.

Après l'agitation d'Osaka, la sérénité s'impose au temple de Tsubosaka. Dans cet édifice vieux de mille trois cents ans, Maruko participe à un rituel qui la conforte dans son projet de temple. Non loin de là, Fukunishi fabrique toujours le précieux papier washi à partir de fibres de mûrier. Maruko se ressource dans un ryokan, une auberge typique où elle déguste des champignons shiitake fraîchement cueillis. Notre prêtresse assiste ensuite à l'impressionnant festival Gion Matsuri de Kyoto, avant de rencontrer à Uji les derniers adeptes de la pêche au cormoran. Au terme du pèlerinage, Maruko se soumet à une mystérieuse épreuve au temple de Kegon-ji.

Japon : les chemins de pèlerinage - Première partie réalisé par Frank Mirbach



Le pèlerinage de Saigoku permet de visiter trente-trois temples. Un voyage initiatique en deux volets en compagnie d'une prêtresse bouddhiste. Sa première étape la mène sur des sentiers sinueux à travers forêts et plantations de thé..

Périple riche en rencontres et lieux de culte bouddhistes (trente-trois au total), le chemin du Saigoku s'étire sur un millier de kilomètres dans la région du Kansai, au Japon. La prêtresse Maruko Tsuyuno y cherche l'inspiration pour fonder son propre temple. Sa première étape la mène sur des sentiers sinueux à travers forêts et plantations de thé.

Coutures La robe Vichy de Jacques Estérel réalisé par Anna-Célia Kendall-Yatzkan & Muriel Edelstein



Une histoire en deux volets de pièces phares de notre garde-robe. Aujourd'hui : l'indémodable robe vichy. Sans voile ni satin, avec une robe de mariée taillée dans une cotonnade à rideau bon marché, Brigitte Bardot et le couturier Jacques Estérel défient en 1959 le star-system et les conventions en offrant aux femmes un glamour enfin abordable.

Certains vêtements traversent les époques sans prendre une ride, à l'instar de la robe vichy, consacrée par Brigitte Bardot en 1959. Sans voile ni satin, avec une robe de mariée taillée dans une cotonnade à rideau bon marché, B.B. et le couturier Jacques Estérel défient le star-system et les conventions en offrant aux femmes un glamour enfin abordable : seins hauts dans un corsage ajusté, taille étranglée dans une profusion de tissu froncé sur un jupon gonflant. Généralement associé au terroir français, le tissu vichy passe allègrement les frontières. On le trouve jusqu'à Bali où il est paré de vertus spirituelles. Pourquoi un tel engouement ? Des confitures de nos grands-mères aux guerriers Massaï, des culottes à carreaux des ânes de l'île de Ré aux lolitas d'aujourd'hui, le vichy n'en finit pas de surprendre.

Saturday, 28 May 2016

Hiroshima, la véritable histoire réalisé par Lucy Van beek



Soixante-dix ans après la déflagration d'Hiroshima, une enquête de grande ampleur replace la vérité historique aux avant-postes et révèle d’étonnants témoignages. Un regard neuf sur un événement qui a provoqué tant d’aveuglement.

Les noms sont entrés dans la mémoire collective, et ils résonnent encore de manière macabre. Le projet atomique américain s’appelait "Manhattan Project", la bombe "Little Boy", et l’avion qui a ouvert sa soute "Enola Gay". Le 6 août 1945, sur ordre du président Truman, un bombardier B-29 largue sur Hiroshima la première arme nucléaire jamais utilisée lors d’une guerre. "Il y eut un anneau de feu rouge et aveuglant, un scintillement de couleurs. Je ne devrais pas le dire, mais c’était magnifique", dit aujourd’hui un des survivants. "L’aube d’une ère nouvelle", assurent certains scientifiques. 80 000 Japonais paient sur-le-champ ce basculement de l’histoire de l’humanité, et au moins 140 000 au total. Si, bien entendu, les suites immédiates et dantesques de l’explosion sont l’épicentre du documentaire, elles n’en constituent pas l’unique objet. Grâce à la révélation d’étonnants secrets, Hiroshima, la véritable histoire dissipe les écrans de fumée qui ont, en grand partie à cause de l’habile désinformation occidentale, détourné le monde de la réalité des faits.

Test grandeur nature
Cette investigation ambitieuse éclaire aussi bien les motivations réelles des Américains que les conséquences sociales, sanitaires et environnementales du désastre. Little Boy était-elle un "mal nécessaire" pour forcer les Japonais à capituler ? Hiroshima démontre que le pays de l’empereur Hirohito avait de toute façon déjà perdu la guerre et s’apprêtait à négocier. Les objectifs de Truman étaient autres : tester in vivo l’efficacité de la bombe et devancer les Russes dans la course à l’armement. Même duplicité après la seconde explosion atomique (Nagasaki, le 9 août) : les Américains coupent du monde les zones japonaises dont ils ont pris le contrôle, font des études scientifiques mais ne soignent personne. Le quotidien des irradiés est occulté : considérés comme des pestiférés, ils doivent subir l’emprise rapace des mafias japonaises et la désagrégation des rapports humains. Dans le même temps, aux États-Unis, une propagande gouvernementale massive tente de légitimer les bombes et de rendre populaire le recours au nucléaire. Bénéficiant d’images d’archives inédites et de documents confidentiels, le film de Lucy van Beek met en avant de nombreux témoignages, notamment japonais (experts, agents secrets, survivants). Les souvenirs et les histoires individuelles qu’ils esquissent aboutissent tous au même constat : les ondes de choc d’Hiroshima n’ont pas encore disparu.

L'oiseau de nut réalisé par Raymond St-Jean

 Guy Mauffette, l'oiseau de nuit 
Ce documentaire raconte la vie et l’oeuvre de Guy Mauffette, pionnier de la radio québécoise. Réalisateur, comédien, animateur, Guy Mauffette était un artiste polyvalent et inventif. En entrevue, amis et collègues dressent un portrait intime et révélateur de l’artiste. Le film regorge d’archives rares et de reconstitutions qui nous replongent dans son oeuvre.

Guy Mauffette naît à Montréal le 8 janvier 1915. Il fait de brèves études aux collèges Ste-Marie et St-Henri de Montréal. À 16 ans, avec l’aide de sa soeur, il entre au Conservatoire d’art dramatique où il remporte un an plus tard le premier prix d’interprétation. Il entreprend une carrière radiophonique en 1932 au poste CRCM de Montréal. Vers 1937, il réalise des émissions de tous genres: radioromans, radiothéâtres, émissions musicales et de fantaisie. Avec Félix Leclerc et Yves Vien, il fonde la troupe V.L.M. et met en scène des oeuvres de Félix Leclerc. En 1939, à Radio-Canada, il est le premier réalisateur de la série Les Belles histoires des Pays-d’en-haut de Claude-Henri Grignon. À la télévision, il personnifie, de 1961 à 1965, Monsieur Surprise de La boîte à surprises ainsi que Monsieur Loyal, maître de piste du cirque Caravane. De plus, certains se souviennent de Guy Mauffette comme l’animateur du Cabaret du soir qui penche, qui occupait les soirées du dimanche à Radio-Canada de 1960 à 1973. (centre d’histoire La Presqu’île)

Guédelon : renaissance d'un château médiéval réalisé par Lindsay Hill



Laboratoire unique au monde, la construction du château de Guédelon associe le savoir-faire des artisans à l'expertise des archéologues.

Le temps d'une saison, ce film passionnant explore les coulisses de ce chantier hors du commun.

Depuis 1997, à Treigny, dans l'Yonne, l'aventure mobilise chaque année soixante-dix professionnels. Passionnés par leur métier, ils sont tailleurs de pierre, maçons, ferronniers, charpentiers, cordiers, vanniers ou tuiliers. De mars à octobre, sous l'oeil avisé des 300 000 curieux qui viennent les observer en plein travail, mais aussi des historiens et des archéologues - notamment ceux de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) -, les artisans chevronnés de Guédelon construisent un vrai château fort. Leur défi ? N'employer que des techniques, outils et matériaux semblables à ceux utilisés au XIIIe siècle, sous le règne de Philippe Auguste.

Une leçon grandeur nature
Suivant, au fil des semaines, les étapes de la construction de la chapelle seigneuriale, d'un nouveau four à tuiles et d'un moulin hydraulique, ce film met en perspective les interactions quotidiennes entre les scientifiques et les différents corps de métier engagés sur le chantier. L'usure prématurée d'une tige de bois, nécessaire au mécanisme du moulin, ou la manière dont la fenêtre à meneaux de la chapelle va être taillée et posée apportent leur lot d'informations concrètes aux archéologues. Ces derniers transmettent à leur tour leurs connaissances pour guider sur le terrain la conception et la réalisation des divers éléments du site. Nourri des explications des multiples acteurs impliqués sur ce chantier exceptionnel, ce documentaire pédagogique apporte un éclairage fascinant sur le génie des bâtisseurs du Moyen Âge.

Noise and resistance réalisé par Julia Ostertag & Francesca Araiza Andrade



Squatteurs barcelonais, antifascistes russes, syndicalistes néerlandais, anarcho-pacifistes britanniques du collectif Crass, communautés installées dans les terrains vagues de Berlin, punkettes suédoises... Un tour d'Europe des utopies contemporaines.

Squatteurs barcelonais, antifascistes russes, syndicalistes néerlandais, anarcho-pacifistes britanniques du collectif CRASS, communautés installées dans les terrains vagues de Berlin, punkettes suédoises... Julia Ostertag et Francesca Araiza Andrade nous emmènent dans un tour d'Europe des utopies contemporaines, à la rencontre de ceux pour qui le punk n'est pas seulement de la musique, mais aussi l'incarnation et le fil rouge de leur engagement. Affirmation collective de soi et "non" crié en chansons, le mot d'ordre Do it yourself! est devenu "L'internationale" du XXIe siècle. Dans ces havres de liberté d'expression, l'autonomie permet l'émergence du collectif - et du meilleur son punk entendu ces dernières années.

Friday, 27 May 2016

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris (6-6) - Le temps des épreuves réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

Le temps des épreuves
Pour les élèves de 1ère division, se déroule une dernière année à l'école, avant l'examen final qui signera leur entrée dans la vie professionnelle.

Ils ont acquis une maturité, une réflexion, qui doit avoir fait d'eux des artistes.Ce 6ème chapitre fermera également la boucle en faisant résonner de façon plus cruciale, les questions et professions de foi soulevées dans le premier film par les jeunes de six ans leurs cadets.

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris (5-6) - En scène réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

En scène
Danseuse française et l'une des plus célèbres danseuses du New York City Ballet dirigé par George Balanchine, Violette Verdy va cette année diriger les élèves de 2ème et 3ème division de l'école.

Violette Verdy va cette année diriger les élèves de 2ème et 3ème division de l'école, sur une pièce de Johannes Brahms, "Variations sur un thème de Paganini", dont elle a réalisé la chorégraphie originale lorsqu'elle fut directrice de la danse à l'Opéra de Paris. Ce sera l'occasion de s'intéresser à ce qui différencie les genres dans l'approche classique, à travers les performances techniques que l'on attend des filles et des garçons.La disponibilité sur internet de multiples extraits de chorégraphies, d'interviews de danseurs, de captations de ballets modifie l'attente des apprentis danseurs. Tout en les nourrissant de toutes sortes d'information techniques ou artistiques, la relation privilégiée de maître à disciple s'en trouve intensifiée par la variété des questions que cet apport suscite.

Cette chorégraphie, inscrite au programme du spectacle de fin d'année de l'Ecole, sera présentée au Palais Garnier, au mois d'avril, faisant de ce travail un moment particulièrement important de la vie des jeunes danseurs.Tout en les nourrissant de toutes sortes d'information techniques ou artistiques, la relation privilégiée de maître à disciple s'en trouve intensifiée par la variété des questions que cet apport suscite. Cette chorégraphie, inscrite au programme du spectacle de fin d'année de l'Ecole, sera présentée au Palais Garnier, au mois d'avril, faisant de ce travail un moment particulièrement important de la vie des jeunes danseurs.

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris (4-6) - Un monde à part réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

Un monde à part
La vie de l'école de danse est ponctuée par deux manifestations en lien avec L'opéra de Paris.

La première, "Démonstrations de l'École de Danse", a lieu en décembre. Il s'agit d'y représenter des cours de danse tels qu'ils sont donnés à l'école, mais cette fois en public et sur la scène du Palais Garnier. Cet événement, qui fait l'objet de trois représentations, est très prisé des spectateurs "spécialisés", professionnels de la danse, élèves de différents cours. C'est également un grand moment pour les familles. C'est donc a fortiori un événement important de l'école, qui entrouvre son cocon, l'espace d'une journée. Pour les petits, ce sera le baptême des premiers pas sur une scène imprégnée de légende. Pour les grands, c'est aussi la sensation d'être évalué, comparé les uns aux autres. C'est à la fois le plaisir et la fierté de faire partie d'une famille et le désir de s'en distinguer. Ce sont les fondamentaux du travail en corps de ballet qui apparaissent.

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris (3-6) - Les progrès réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

Les progrès
Pirouettes, tours attitudes, brisés volés, cabrioles... C’est l’automne et quelque chose se prépare à l’École de danse de l’Opéra de Paris, qui va la mobiliser toute entière.

En décembre, chaque division va présenter sur la scène du Palais-Garnier un peu de son travail quotidien, pour un rendez-vous attendu du public : les démonstrations de l’École de danse. L’enjeu est important. Dans le public, amateurs et professionnels scrutent en détail les exercices et les progrès des élèves. Parmi tous les enseignements dispensés, cet épisode se consacre aux plus inédits : chez les grands, les premiers cours d'adage, dans lesquels ils apprennent les pas-de-deux; chez les petits, les cours d'expression musicale où ils ressentent l'importance du premier pas sur scène et s'essaient aux exercices qui vont développer leur créativité.

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris ((2-6) - Au travail! réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

Au travail !
En participant au défilé du corps de ballet de l’Opéra national de Paris, les élèves ont éprouvé le sentiment d’appartenir à cette grande maison.

Pourtant, rien ne peut les assurer qu’ils seront là l’année prochaine et qu’ils côtoieront encore les étoiles qui les font rêver…

Pour rester dans cette école, ils devront savoir digérer les critiques, adhérer à l'exigence, aux horaires, à la discipline, supporter l’effort quotidien, l’éloignement de leur famille, se responsabiliser. Au fil des cours, ils vont apprendre de leurs professeurs, héritiers d'une longue tradition, une technique et un style. En effet, depuis 300 ans, les maîtres transmettent à leurs élèves les échauffements, les exercices, les conseils qu’ils ont eux-mêmes reçus de leurs maîtres, d’étoiles à graines d’étoiles. Des exigences de discipline, de port de tête, de port de bras, de bas de jambes, qui rendent reconnaissable dans le monde entier le "style" Opéra de Paris.

Graines d'étoiles: Une année à l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris (1-6) - La rentrée réalisé par Françoise Marie



Cette chronique de la vie de l'Ecole de Danse de l'Opéra national de Paris, composée en six épisodes, dévoile l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du Corps de Ballet.

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale. En septembre 2011, elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra national de Paris.

Témoin privilégié, la caméra les a accompagnés le temps d’une année scolaire. Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés ; ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels ; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tous ceux qui veillent sur ce monde à part.

La rentrée
Septembre 2011. Une nouvelle année débute à l’École de danse de l’Opéra pour 130 enfants âgés de 8 à 18 ans.

Il y a ceux dont c’est le premier jour. Il y a ceux qui retrouvent avec satisfaction un univers familier. Il y a ceux qui viennent de loin, voire de très loin : Italie, Finlande, Chine…

Chaque matin, à 8 heures, dans le bâtiment dédié à la scolarité, les élèves de l’École grimpent les marches qui vont les mener de l’école primaire à la terminale. L’après-midi est, lui, dédié à la danse. Dès la rentrée, à peine achevé le discours de bienvenue prononcé par la directrice et danseuse étoile Élisabeth Platel, l’école entre en effervescence, avec la préparation du défilé : chaque année depuis 1949, le corps de ballet et l’école de danse défilent ensemble sur la grande scène de l’Opéra-Garnier, sur l’air d’une marche militaire composée par Hector Berlioz. En faisant leurs premiers pas sur scène, les petits rats goûtent au paradis…

Gérard Depardieu, grandeur nature réalisé par Richard Melloul



Depuis trente ans, Richard Melloul a suivi Gérard Depardieu dans les coulisses de ses tournages niais aussi de sa vie privée. Une manière unique de découvrir, de l'intérieur, l'homme, l'acteur, le père, l'amoureux, le vigneron, bref, le boulimique, assoiffe de rencontres et de découvertes.

Gel douche, peaux sensibles s'abstenir réalisé par Liza Fanjeaux



En seulement trente ans, le gel douche a remplacé le savon dans les habitudes, et les salles de bains, des Français. Il s'en vend même plus de 500 000 flacons par jour : un marché extrêmement juteux de plus d'un demi-milliard d'euros par an. Mais les consommateurs savent-ils exactement ce qui se cache dans leur précieux fluide qui, à en croire les industriels, lave, hydrate, gomme, tonifie et relaxe ? Vendu comme du rêve, le gel douche cache bien des pratiques douteuses derrière son abondante mousse. Enquête sur un marché pas très propre, sur fond d'une question essentielle : le retour au savon est-il en définitive l'unique solution ?

Intervista réalisé par Federico Fellini



Alors que Fellini tourne une adaptation à l'écran du roman de Kafka L’Amérique, des journalistes japonais viennent l’interviewer. C'est le prétexte à une évocation nostalgique de Cinecittà et de l'évolution du cinéma.

Angkor Vat, la divine cité réalisé par Jim Jeongkie



Grâce à de multiples reconstitutions mises en perspective avec les témoignages d'archéologues, ce document permet de mieux comprendre comment Angkor, impressionnante réalisation urbaine perdue au milieu de la jungle, a pu voir le jour. Parmi les constructions les plus monumentales, celle d'Angkor Vat. Ce temple est devenu le symbole du Cambodge. Il est conçu comme un «temple-montagne» représentant le mont Meru, séjour des dieux khmers. Un nombre difficilement estimable d'ouvriers a participé à son chantier de construction : des blocs de grès de plusieurs tonnes furent acheminés depuis les carrières situées à 40 kilomètres du site. Comment Angkor a-t-elle pu sombrer dans l'oubli ? C'est le naturaliste français Henri Mouhot qui a permis la re-découverte d'Angkor Vat, alors qu'il explorait la région en 1860.

Thursday, 26 May 2016

Frank Sinatra ou l'âge d'or de l'Amérique réalisé par Michel Viotte



Si la carrière de Frank Sinatra s'étend sur plus de cinquante ans, c'est dans les années 50 et 60 qu'elle connaît son véritable âge d'or : chanson, music-hall, cinéma, télévision… tout réussit à l’artiste et il est alors l’homme de spectacle le plus populaire de la planète. Au même moment, la puissante Amérique connaît elle aussi une époque bénie : l’industrie des loisirs y explose, donnant naissance à une esthétique élégante et glamour qui, de rutilantes automobiles en luxueux casinos, fascine le monde entier.

C'est cette coïncidence de l'âge d'or du légendaire chanteur et acteur et de celui du pays dont il incarne alors tout l’éclat mais aussi la part d'ombre que raconte le film. Road movie documentaire, il nous emmène, de New York à Los Angeles, de Las Vegas à Palm Springs et au Lac Tahoe, sur les traces toujours visibles d’un artiste hors normes et d’un rêve américain plein de séduction dont il est indissociable.

Cette esthétique « americana » toutefois, le film ne se contente pas d’en suivre les traces : grâce à un exceptionnel travail de traitement graphique, inhabituel pour un documentaire, il lui redonne vie et constitue ainsi, pour les très nombreux documents filmés, photographies, pochettes et affiches vintage ou extraits musicaux et cinématographiques qu’il contient, un somptueux écrin. C’est que, réalisé par un spécialiste réputé des archives américaines, Frank Sinatra ou l’âge d’or de l’Amérique donne en effet à voir de véritables trésors archivistiques, d’une grande rareté voire entièrement inédits...

De quoi célébrer comme il se doit le centième anniversaire de la naissance d’une des plus grandes idoles du XXème siècle.

Fernand Pouillon, le roman d'un architecte réalisé par Christian Meunier



Né en 1912, Fernand Pouillon construit son premier immeuble à Aix-en-Provence à l’âge de 22 ans. En cinquante ans, il conçoit et exécute plus de deux millions de mètres carrés, principalement en France et en Algérie. Mais cette carrière fulgurante va connaître un grave revers en 1960, avec l’affaire du CNL.

Ruiné, emprisonné et radié de l’Ordre, on aurait pu croire l’homme brisé. C’était mal le connaître : il rejoint l’Algérie indépendante et y reprend le fi l fl amboyant de son oeuvre. Fernand Pouillon, le roman d’un architecte retrace les principaux moments d’une vie foisonnante d’énergie et de travail. De Marseille à Timimoun en passant par Aix, Alger et Paris, le fi lm raconte le destin de ce génie de l’architecture.

À l’aide des témoignages de ses principaux collaborateurs et d’extraits de ses livres "Les mémoires d’un architecte" et "Les pierres sauvages", c’est toute la singularité de Fernand Pouillon que ce film permet de découvrir.

Femmes sans enfant, femmes suspectes réalisé par Colombe Schneck



Ni seules ni démunies, elles ont décidé de ne pas avoir d'enfants. À travers trois portraits de femmes, la journaliste et écrivain Colombe Schneck interroge avec acuité l'un des derniers tabous.

De par son histoire personnelle, Colombe Schneck, dont les grands-tantes, déportées, ont perdu leurs enfants à Auschwitz, et ont choisi d'en avoir d'autres très vite après la guerre, a ressenti la maternité comme une évidence "liée à la vie même". "Mère heureuse de deux enfants", elle est néanmoins intriguée par celles qui ont fait le choix inverse. La journaliste et écrivain s'interroge aussi sur le jugement sévère que la société porte sur ces femmes sans enfant, facilement taxées d'égoïsme, de narcissisme, de névroses diverses.. Pour en savoir plus, elle a rencontré Marie-Laure, 50 ans, une esthéticienne vivant à Paris, Eva, une Allemande de 80 ans, et Orna, 37 ans, une Israélienne, auteure d'une thèse sur les mères qui regrettent d'avoir eu des enfants.

"Panique"
Ces femmes ont en commun une jeunesse heureuse et un grand besoin d'indépendance. Passionnée par son métier, Eva a, par exemple, privilégié sa carrière, dans un pays, l'Allemagne, qui propose peu de modes de garde et oblige les femmes à choisir. Cela ne l'empêche pas de s'investir auprès d'enfants en tant que bénévole. Marie-Laure, elle, s'occupe tous les mercredis de sa filleule. Mais les deux femmes insistent : il ne s'agit pas d'une compensation mais d'une envie. Qu'elles soient militantes ou non, ces trois anticonformistes doivent assumer leur statut et les réactions négatives qu'il suscite, qu'Orna attribue à un sentiment de "panique face à toute déviation de la norme". Le film les montre aussi dans leur vie quotidienne, confrontées à des proches aimants mais pas forcément approbateurs. Ces derniers poussent les trois femmes dans leurs retranchements et les incitent à justifier leur choix par de solides arguments. Trois beaux portraits qui montrent la complexité qui caractérise le désir d'enfant.

Faut pas rêver - Mississippi, les légendes du fleuve réalisé par France 3



Philippe Gougler nous emmène sur les rives du Mississippi, dans le Sud des Etats-Unis. Un fleuve légendaire, et un territoire fascinant, avec ses bayous mystérieux et sa culture métissée. On y entretient le souvenir mythique des bateaux à aube et des riches plantations. C’est aussi le berceau des musiques populaires américaines ; le jazz, la country et le blues... Ici la musique est un mode de vie. Aujourd’hui les charmes du Mississippi attirent les producteurs de cinéma et de télévision ; La Nouvelle-Orléans surpasse désormais Hollywood en nombre de tournages !

Tout au long du voyage, Philippe Gougler va à la rencontre d’une population variée et fière de ses traditions. Au coeur du bayou, Adam le Cajun, qui parle un curieux français, transforme la nature en art. Dans l’une des 46 églises de la petite ville de Lake Providence, les fidèles ne manqueraient pour rien au monde leur messe gospel dominicale. A la Nouvelle-Orléans, les adeptes du Vaudou pratiquent des rites ancestraux à la mode américaine. Et sur l’un des nombreux affluents du Mississippi, des pêcheurs se mettent à trois pour attraper de gigantesques poissons chats... à la main.

La nouvelle Hollywood
Sur la route des plantations
Mississippi bluesV 24 heures dans le bayou
Dolly Parton, icône du Tennessee

Faut pas rêver - Thaïlande, la route des rois réalisé par France 3



Réputée pour ses plages paradisiaques, la Thaïlande offre plein d’autres surprises. Philippe Gougler nous emmène hors des sentiers battus découvrir un pays à la nature extravagante, à la rencontre d’habitants fiers de leur culture et de leur patrimoine fortement influencés par les dynasties royales successives.

Au cours de ses rencontres, Philippe Gougler nous fait découvrir Bangkok, capitale gigantesque, moderne et traditionnelle à la fois. Puis dans le nord du pays, c’est avec une famille de l’ethnie Karen qu’il nous entraîne dans une chasse insolite : la capture de grillons qui termineront en fricassée, spécialité gastronomique locale ! Dans un temple non loin de là, moines et fidèles nous initient à une cérémonie insolite : le « nettoyage de karma ».

Les reportages mettent l’accent sur la beauté des paysages et l’engagement des habitants. Une passionnée d’oiseaux sillonne le pays et ses nombreuses îles, à la recherche d’espèces rares. Les habitants du Parc national de Khao Sok dévoilent fièrement ce trésor naturel, un des lieux les plus extraordinaires et sauvages de Thaïlande. Dans les khlongs, canaux paisibles au cœur de Bangkok, la vie se déroule au fil de l’eau, à l’abri de la frénésie de la capitale. Dans ce pays où l’éléphant est l’emblème de la royauté, une femme très engagée se bat pour améliorer les conditions de vie des pachydermes. Enfin à Chiang Mai, nous assistons à un spectacle éblouissant : le plus grand lâcher de lanternes de toute l’Asie.

reportages :
la dame aux oiseaux de Corinne Glowacki/Laurent Desvaux 24 heures dans les khlongs de Corinne Glowacki/Laurent Desvaux les Robinson de Khao Sok de Bertrand Edel /Nicolas Vrignon la maman des éléphants de Bertrand Edel/Nicolas Vrignon la fête des lanternes de Bertrand Edel/Nicolas Vrignon

Farangs... oui, mais Français ! réalisé par Mathieu Frison



Les rapports entretenus par les Occidentaux et les Thaïlandais.

Des Racines et des Ailes - Passion patrimoine - Au fil du Tarn réalisé par France 3



Nous débutons notre voyage sur les pentes du mont Lozère, au coeur du parc national des Cévennes. Yannick Manche est chargé de la surveillance des cours d'eau dans cette zone préservée. Nous le suivons à la recherche de la source du Tarn. Il nous mène entre les blocs de granit, là où naît la rivière.

Bertrand Lemoine est architecte. Ce passionné de ponts a choisi de descendre le Tarn pour inventorier les ouvrages d'art qui le jalonnent. Du pont médiéval de Queyzac au viaduc de Millau en passant par le vieux pont d'Albi, ces ponts emblématiques racontent l’histoire de la région.

Les gorges du Tarn sont l’un des paysages les plus grandioses traversé par la rivière. Sur 53 kilomètres, ce défilé impressionnant sépare deux grands plateaux : le causse Méjean et le causse de Sauveterre. Les membres de l'association des amis de Saint-Marcellin ont mobilisé toutes leurs forces pour restaurer un hameau perché à flanc de falaise. Les travaux se font avec l’aide d’un hélicoptère pour acheminer le matériel dans ce lieu difficilement accessible.

Pendant ce temps-là, Frédéric Obin et Jean-Noël Crouzat entretiennent les voies d'escalade le long des gorges. Encordés à plus de 50 mètres de hauteur, ils installent de nouveaux pitons et s'assurent de la fiabilité des voies. Ce site aux parois calcaires est l’un des plus réputés au niveau mondial et les grimpeurs aguerris l'empruntent toute l'année.

Didier Aussibal est l'architecte du parc régional des grands causses. Avec Katia Fersing, une ethnologue, il survole le plateau du Larzac. Ensemble, ils décryptent ce territoire façonné par les hommes depuis l'Antiquité. Sous leurs pieds, des villages fortifiés par les Hospitaliers, des fermes caussenardes et des vignes cultivées à flanc de falaise. Didier et Katia vont ensuite à Roquefort où ils étudient les fleurines, un phénomène géologique qui a favorisé le développement du célèbre fromage bleu. Il s'agit de failles dans la falaise qui permettent à l'air de circuler dans les grottes. La maîtrise de ces courants d'air et la régulation des températures par les paysans a permis la fabrication de ce fromage.

A Albi, Marie-Eve Cortes est responsable du patrimoine de la ville. Elle nous fait découvrir un vestige incroyable : l'ancien portail roman de la collégiale Saint-Salvi qui est enchâssé dans le mur du salon d'un appartement voisin de l'église.

Autre édifice : la cathédrale Sainte-Cécile. Pierre-Yves Caillault, l’architecte en chef des monuments historiques nous dévoile ses trésors : le jubé, les décorations en trompe - l'oeil et la vue sur le Tarn depuis le sommet du clocher. Avec Anne-Marie Morgadès restauratrice près de Moissac, qui n’utilise que des produits de la région, nous assistons à la cueillette du raisin de Moissac classé en AOC. Le cultivateur Jean-Emmanuel Rigal nous révèle les secrets de ce fruit si fragile

Wednesday, 25 May 2016

Evolution des espèces - Quand l'homme s'en mèle réalisé par Steve Nicholls & Sarah Whalley



Comment les espèces animales évoluent à cause de l’activité humaine qui transforme l’environnement de la planète à une échelle jamais encore atteinte. Ce documentaire se penche sur l’évolution d’espèces comme le papillon, le chien, la souris, le pinson des Galápagos, l’hirondelle, le rat, le crapaud, le serpent, la grue, le faucon pèlerin, la tortue ou le pigeon.

Pression démographique, pollution, déforestation, urbanisation, changement climatique…: les humains créent des pressions si intenses que l’évolution s’accélère. On connaît bien sûr le cas de bactéries qui ont évolué au point de résister aujourd’hui aux médicaments ou d’insectes rétifs aux pesticides… Ce film se penche sur l’évolution d’espèces comme le papillon, le chien, la souris, le pinson des Galápagos, l’hirondelle, le rat, le crapaud, le serpent, la grue, le faucon pèlerin, la tortue ou le pigeon. Il enquête en Australie, aux États Unis, en Angleterre et en Allemagne, auprès de chercheurs en biologie, en génétique ou en éthologie, et mesure l’impact de l’homme dans la modification accélérée des espèces animales.

Everyday rebellion - La révolution, c'est maintenant réalisé par Arash T. Riahi



EVERYDAY REBELLION est un film documentaire cross-media sur les formes créatif de la résistance non-violente et de désobéissances civiles à travers le monde.

Qu'est-ce que le mouvement Occupy à New York a en commun avec le mouvement des Indignés ou le printemps arabe? Existe-t-il un lien entre le mouvement démocratique iranien et la révolte non-violente en Syrie et quel est le lien entre les activistes ukrainiennes à seins nus de Femen et une culture islamique comme en Égypte? Et pour couronner le tout, qu'est-ce que la Serbie et la Turquie ont à voir avec tout ça?

Tandis que les raisons pour les révoltes de différentes pays reste diverses, les tactiques non-violentes créatives qu’utilisent les personnes en luttes sont fortement reliés entre eux. Ainsi sont les militants qui partagent ces stratégies, nouvelles idées et méthodes établies. EVERYDAY REBELLION est une histoire sur la richesse de la protestation pacifique, manifesté tous les jours par des gens passionnés de l'Espagne, l'Iran, la Syrie, l’Ukraine, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Serbie. Leure méthodes sont inventive, drôle et parfois même agressif. Et les militants qui les utilisent croient que la protestation non violente créative vaincra la protestation violente - et ils ont raison .

La non-violence a été scientifiquement prouvé d’être plus efficace et d’avoir plus de chance de réussite que la protestation violente. Et les gens qui utilisent les tactiques de non-violence sont à craindre, car ils sont en train de changer rapidement le monde et les dictatures difficiles ainsi que les sociétés mondiales. EVERYDAY REBELLION est un hommage à la créativité de la résistance non-violente. Le projet étudie les conséquences d'une société moderne et rapidement changeante où des nouvelles formes de manifestations pour contester le pouvoir des dictatures et parfois même des multinationales sont inventés tous les jours.

EVERYDAY REBELLION veut donner la parole à tous ceux qui décident de ne pas utiliser la violence pour essayer de changer un système violent. Parce que, comme l'a dit Ghandi : - D'abord ils vous ignorent, ensuite, ils se moquent de vous, ensuite ils vous combattent et enfin, vous gagnez....

Et le bal continue réalisé par Gueorgui Balabanov



La chronique édifiante et drôle d'une Bulgarie postcommuniste désabusée face à la démocratie et à l'UE. Un regard documentaire aiguisé et sans concession.

Elena Atsarova, jeune ingénieure bulgare surdiplômée, gagne sa vie depuis six ans en interrogeant ses concitoyens sur toutes sortes de sujets, de leurs conditions économiques à leurs opinions politiques. Mangez-vous à votre faim ? Croyez-vous en la démocratie ? En l'Union européenne ? Regrettez-vous le communisme ? Pensez-vous, comme beaucoup de gens, que votre personnel politique truque les élections ? De l'étudiant en droit au fossoyeur tsigane, tous affichent le même dépit envers leur société. Ils ne croient plus en rien, et surtout pas en un avenir heureux. Florilège : "On a changé les marionnettes mais ce sont toujours les mêmes qui tirent les ficelles." "Ce qui compte ici, ce n'est pas qui vote, mais qui compte les votes." "Je flippe. Y a rien à bouffer. Les enfants n'ont rien à bouffer." "C'est triste d'être bulgare en Bulgarie." "Depuis des années, nous avons découvert notre incapacité à exister en tant que société démocratique."

Résignation
Dans les pas d'Elena, le regard aiguisé du réalisateur Gueorgui Balabanov explore son pays marqué par un fossé croissant entre la pauvreté des uns et la corruption florissante des autres, laissant libre cours à une vox populi à la fois désabusée et pleine de verve. Face à la résignation générale, les tentatives d'un éternel dissident pour réveiller les consciences - à coups de tomates jetées contre les sièges de différents pouvoirs - semblent bien dérisoires. Sans commentaire ni concession, Et le bal continue esquisse le tableau d'un pays qui a perdu ses repères, volontiers homophobe et raciste mais capable d'aduler un travesti tsigane chanteur de pop. Le film fait aussi le portrait haut en couleur de la dolce vita bulgare, à travers une nébuleuse de hauts fonctionnaires, d'anciens apparatchiks et d'élus à la réputation douteuse, tous entourés de jolies filles, de courtisans et d'escrocs en tout genre.

Enfin pris ? réalisé par Pierre Carles



Enfin pris ? est un documentaire français (2002), troisième volet d'une trilogie de Pierre Carles commencée avec Pas vu pas pris puis La sociologie est un sport de combat.

Pierre Carles cherche à illustrer ce que dit Pierre Bourdieu dans son livre Sur la télévision, c'est-à-dire que la télévision ne peut pas critiquer la télévision car les conditions de production des émissions favorisent les habitués de la télévision, de façon pas nécessairement consciente, en dépit d'une volonté de neutralité affichée.

Il prend pour exemple le passage de Pierre Bourdieu à l'émission Arrêt sur images et la polémique qui s'ensuivit entre le sociologue et l'animateur Daniel Schneidermann. L'ambition d'Enfin pris ?, plus que d'épingler un journaliste, est de tenter de présenter une réflexion sur la structure même du débat télévisé ; la présentation du film parle elle-même d'une « réflexion sur la manière dont le pouvoir change les gens, sur les ressorts intimes de l’ambition et de la fidélité ». Dans la dernière scène (chez le psychanalyste) l'auteur va au-delà de ses doutes et de ses certitudes et par là même met en perspective son travail par rapport au champ médiatique tel qu'il est constitué.

L'aspect pamphlétaire de ce film a été critiqué, les règlements de comptes personnels étant au cœur des dénigrements à l'encontre de ce film. Néanmoins, les personnes visées, qui se présentent comme des critiques de la télévision et des médias, ont matière à contradiction.

François Truffaut, une autobiographie réalisé par Anne Andreu



À travers ses vingt-et-un longs métrages, François Truffaut a composé une sorte d’autoportrait. Tout ce qu’il a écrit, filmé, imaginé, passait par le filtre de ses émotions. Dans ce documentaire construit autour des nombreuses traces laissées par le cinéaste (interviews, images de tournages, photos, lettres, scénarios…), il occupe la première place. Et face à lui, nous sommes (à nouveau) conquis, submergés par son charme. Anne Andreu fait avant tout parler Truffaut. On se remémore ainsi les phrases lumineuses d’un homme qui a réfléchi toute sa vie sur la création ("Les films respirent par leurs défauts"…). On entend sa voix, cette voix blanche qui le faisait jouer "à la limite du faux" (dixit Nathalie Baye), ce phrasé rapide, ces mots précis. L’homme qui aimait les femmes aimait aussi les livres : la caméra s’attarde sur son écriture ronde, sur les épreuves des scénarios, les plans de tournage, les courriers…

Portrait à plusieurs voix
Mais le film est aussi un portrait à plusieurs voix, et donne la parole à des gens qu’on entend rarement parler de Truffaut : Woody Allen, Miloš Forman, le scénariste Jérôme Tonnerre. Catherine Deneuve et Fanny Ardant, en voix off, réagissent aux images et rejouent des dialogues. Jeanne Moreau, Claude Berri, Jean-François Stévenin parlent du Truffaut qu’ils ont connu. La nouvelle génération a également la parole à travers le témoignage d’Arnaud Desplechin. "Plus qu’un monument à la gloire du cinéaste, l’objectif de ce film était de prendre la mesure de l’héritage, en révélant la filiation cachée mais combien présente qui relie François Truffaut au public d’aujourd’hui", explique Anne Andreu. À travers ses films, Truffaut exprimait son obsession des sentiments. Jeanne Moreau parle d’un "élan de spiritualité". En 1978, dans La chambre verte, il évoquait le rapport des vivants aux morts. "On peut aimer des morts, on peut se fâcher avec eux", disait-il. La première image du film d’Anne Andreu est celle de l’enterrement du réalisateur, le 24 octobre 1984, au cimetière Montmartre à Paris. La "chambre verte" s’enrichit aujourd’hui d’un objet vivant.

24 heures ou plus réalisé par Gilles Groulx



Pamphlet cinématographique réalisé par Gilles Groulx à un moment de fièvre populaire exceptionnelle au Québec, quelques mois après le front commun des trois syndicats québécois les plus importants (CSN, FTQ, CEQ) face au gouvernement québécois. Œuvre personnelle et militante d'un cinéaste québécois engagé, sa philosophie s’oppose à la « société de consommation » perçue comme la suprême incarnation du mal.

Sunday, 22 May 2016

Drogues et création Une histoire des paradis artificiels - La grande danse sauvage réalisé par Jérôme de Missolz



Au coeur de l’exploration, par le cinéaste, des limites de la perception sous l’influence de drogues : le mouvement psychédélique des années 1960, qui, à l’évidence, fascine Jérôme de Missolz autant que le rock auquel il a déjà consacré un film. Son nouvel opus, Drogues et création, une histoire des paradis artificiels, évoque d’abord les racines et les précurseurs de cette culture, avant d’en étudier les principales formes et ramifications depuis les années 1960.

Le second volet, intitulé La grande danse sauvage, débute dans les années 1930 avec, bien sûr, Antonin Artaud. Il s’attarde plus particulièrement aux diverses explorations psychédéliques dans les différents domaines culturels, depuis les représentants de la Beat Generation jusqu’aux artistes actuels. Le film y fait, naturellement, la part belle aux figures de la contre-culture des années 1960, véritable quintessence de la Drugculture.

Le principal intérêt du film est de mettre habilement en contexte son sujet afin d’en poser les sources, les motivations et les grandes figures, sans jamais tomber dans la fascination béate de la figure du toxicomane en créateur ex nihilo. C’est d’abord la mise en relation que le réalisateur opère, par un montage sensible, juste et intelligent, d’oeuvres de différents domaines (littérature, musique populaire et savante, arts visuels, cinéma expérimental, etc.) qui caractérise ce film touffu, dense et riche. Grâce à des images cinématographiques inspirées et à un rythme dynamique, Jérôme de Missolz parvient à évoquer ces univers envoûtants et poétiques, à les incarner même, de manière non pas à illustrer son propos, mais à le faire ressentir, voire quasiment expérimenter au spectateur. Un documentaire vraiment inspiré.

Drogues et création Une histoire des paradis artificiels - La quête d'un autre monde réalisé par Jérôme de Missolz



Au coeur de l’exploration, par le cinéaste, des limites de la perception sous l’influence de drogues : le mouvement psychédélique des années 1960, qui, à l’évidence, fascine Jérôme de Missolz autant que le rock auquel il a déjà consacré un film. Son nouvel opus, Drogues et création, une histoire des paradis artificiels, évoque d’abord les racines et les précurseurs de cette culture, avant d’en étudier les principales formes et ramifications depuis les années 1960.

Intitulée La quête d'un autre monde, la première partie plonge dans les méandres de la littérature psychotropique du XIXe, en compagnie des Lord Byron, Shelley, Quincey, Nerval, Flaubert, Baudelaire et autres Rimbaud. Du romantisme au surréalisme, le film évoque le goût de ces écrivains pour les paradis artificiels qui présidèrent à la création de nouveaux univers poétiques, en marge de la société bourgeoise et étriquée de l’époque. Ils furent bientôt rejoints par les peintres symbolistes, puis par de nombreux artistes des avant-gardes au tournant du XXe siècle.

Ma ville - Lyon réalisé par Mic Thiemann



À Lyon, l'architecte viennois Jakob Dunkl nous entraîne au musée des Confluences, composé de modules aériens d'acier et de verre. Une luminosité que l'on retrouve dans la verrière de l'opéra de la ville, signée Jean Nouvel. Puis visite du couvent de La Tourette érigé par Le Corbusier.

Saturday, 21 May 2016

Dirth Road to Psychedelia - Austin Texas during the 1960 directed by Scott Conn



Country music legend Buck Owens wows a sold-out crowd with this masterful performance of the rockabilly, honky-tonk sound he helped pioneer in the 1960s. With a long string of consecutive No. 1 hits, Owens reached far beyond the limits of country music, earning a wide audience of devoted fans. Songs in this memorable set include "Act Naturally," "Together Again," "Love's Gonna Live Here," "Cryin' Time," "Tiger by the Tail" and "Johnny B. Goode."

Un espion à Pékin réalisé par Nicolas Jallot



Pour la première fois, Bernard Boursicot raconte comment, par amour pour un chanteur d'opéra, il est devenu espion pour le compte de la Chine. Un récit captivant.

En 1964, le général de Gaulle décide d'établir des relations diplomatiques avec la Chine communiste. La même année, un jeune Breton de condition modeste, recruté par le Quai d'Orsay, débarque à Pékin. Il devient comptable à l'ambassade de France et ne tarde pas à rencontrer Shi Peipu, un chanteur lyrique charismatique et androgyne. Le coup de foudre est immédiat, mais Bernard Boursicot fait machine arrière, n'osant pas s'engager dans une relation homosexuelle. À force de mensonges, Shi Peipu parvient à vaincre ses réticences en lui faisant croire qu'il est une femme. Quelques années plus tard, arrêté(e) par les gardes rouges de la Révolution culturelle, l'artiste échappe à la sanction en promettant d'enseigner à son compagnon les préceptes de l'idéologie maoïste. Pour protéger celle qu'il aime, le petit fonctionnaire sans histoires accepte alors de livrer des documents confidentiels aux autorités chinoises. Une double vie qu'il mènera sans accrocs jusqu'en 1983, avant d'être démasqué par le commissaire Nart et condamné à six ans de prison.

Psychodrame
Comment en arrive-t-on à trahir sa patrie ? À quoi ressemble la vie d'un espion ordinaire ? Comment parvient-on à aveugler son entourage ? Et, dans le cas de Bernard Boursicot, à s'aveugler soi-même ? Terré en Bretagne depuis sa libération, l'ancien agent double sort pour la première fois de son silence. Il a accepté de revenir sur le psychodrame qui a marqué sa vie, entre manipulation, trahison et passion, et de livrer sa vérité, près de vingt ans après la sortie de M. Butterfly de David Cronenberg, qui relatait son incroyable histoire.

Thursday, 19 May 2016

La loi des plus forts réalisé par Ra'anan



La législation en vigueur dans les Territoires palestiniens occupés dévoilée par ceux qui l'ont mise en place. Un exposé d'une grande rigueur, primé au Festival de Sundance 2012.

Lorsqu'en 1967 Israël occupe la bande de Gaza et la Cisjordanie, il y instaure une administration et une législation spécifiques, sous contrôle de l'armée. Plutôt que d'appliquer le droit israélien à ces zones nouvellement conquises, hommes politiques et militaires bâtissent progressivement un système complexe de lois et d'ordonnances, guidés par une préoccupation principale : maintenir l'ordre. Plus de quarante ans après, cette législation est toujours en vigueur. Exemplaire dans sa forme et maintes fois primé, le documentaire interroge ses architectes - de vieux messieurs qui étaient autrefois procureurs ou présidents de cours martiales ou membres de la Haute Cour de justice israélienne. Comment juger les Palestiniens, eux qui sont à la fois des "ennemis" et des résidents de territoires officiellement israéliens ? Quels argumentaires juridiques ont jeté les bases de la colonisation ? Sans jamais occulter la dimension subjective et interprétative de leur travail de documentaristes, Ra'anan Alexandrowicz et Liran Atzmor démontrent avec gravité que le droit n'est pas neutre. Les entretiens, menés dans un décor minimaliste, dévoilent les arcanes d'une législation sur laquelle les citoyens israéliens ne sont que peu consultés et que les Palestiniens ressentent comme arbitraire et opaque. Avec en fil rouge une question cruciale et dérangeante : une occupation militaire est-elle compatible avec l'État de droit ?

Des milliards dans le désert - L'aide européenne en Palestine réalisé par Sabrina Dittus



Malgré de considérables aides financières versées par l'Union européenne, la situation ne cesse d'empirer dans les territoires palestiniens. Un documentaire à charge contre la stratégie des Européens.

Rares sont les régions qui reçoivent autant d'aides financières que la Palestine. Pourtant, la situation ne cesse d'empirer dans les territoires occupés. Plus de vingt ans après les accords d'Oslo (1993), la création d'un État palestinien coexistant avec Israël n'a jamais semblé aussi illusoire - seule une partie de la Cisjordanie est sous le contrôle exclusif des Palestiniens - alors que le bilan humain est catastrophique : la moitié de la population palestinienne vit sous le seuil de pauvreté, le taux de chômage avoisine les 25 % et les ressources en eau sont de plus en plus restreintes. Et ce malgré les milliards versés par l'Union européenne (UE)... Ce documentaire analyse la politique des donateurs, tout en s'interrogeant sur le rôle de l'UE au Moyen-Orient. En préférant donner de l'argent plutôt que d'encourager des accords politiques, les Européens ne se trompent-ils pas de stratégie ?

Wednesday, 18 May 2016

Degas, le corps mis à nu réalisé par Sandra Paugam



Edgar Degas conjugue dans son oeuvre, d'une modernité jamais démentie, de profondes ruptures avec son temps mais aussi son inscription dans les questionnements de son époque. Le nu y occupe, aux côtés des danseuses et des chevaux, une place singulière, au point que Degas y revient en usant de toutes les techniques qu'il pratique, la peinture, la sculpture, le dessin, l'estampe et par dessus tout le pastel.

De Toronto à Vancouver, à bord du Transcanadien réalisé par Claire David-Tartane



Quatre jours en train pour découvrir la région des lacs et des forêts de l'Ontario, le Manitoba et le Saskatchewan, ou encore les Rocheuses de l'Alberta.

David Bowie en cinq actes réalisé par Francis Whately



Hommage à une légende du rock : de son avatar Ziggy Stardust à son tube bien nommé "Fame", en passant par sa période soul américaine ("Young americans"), son virage berlinois électronique ("Heroes") puis vers la musique romantique moderne ("Scary monsters"), ce documentaire nous raconte David Bowie à travers cinq années clés de sa carrière, comprises entre 1971 et 1982.

"Dans les années 1960, on me disait trop avant-gardiste pour réussir." Cinquante ans plus tard, celui qui ne voulait pas être une rock star a conquis les scènes de la planète entière, compte vingt-cinq albums à son répertoire - dont le dernier, inespéré, en 2013, The next day. Comment David Bowie est-il passé d'expérimentateur underground à idole mainstream ? C'est cette étonnante mutation que Francis Whately fait le pari de raconter à travers cinq années clés de sa carrière, comprises entre 1971 et 1982. De son avatar Ziggy Stardust à son tube bien nommé "Fame", en passant par sa période soul américaine (Young Americans), son virage berlinois électronique (Heroes) puis vers la musique romantique moderne (Scary monsters), le film nous amène au plus près des différentes métamorphoses artistiques et personnelles du chanteur.

Dans l'intimité de sa création
Une proximité inédite rendue possible d'abord par les témoignages de ses collaborateurs les plus proches. Parmi eux, les guitaristes Mick Ronson - avec qui il partagea la scène de 1970 à 1974 - et Robert Fripp - auteur du riff inoubliable de "Heroes" -, le musicien électronique Brian Eno, le producteur Tony Visconti, mais aussi des musiciens et choristes, des journalistes et le réalisateur du clip de "Ashes to ashes", David Mallet. Chacun nous fait notamment revivre la genèse des morceaux, nous permettant ainsi d'entrer dans l'intimité du chanteur quand il crée. Une intimité renforcée par quelques témoignages audiovisuels ou sonores, toujours bienvenus, de la star elle-même, et surtout des séquences rares, voire inédites, habilement montées, de concerts, de répétitions ou de tournages de clips. À l'image de cette scène inouïe où l'on découvre David Bowie maniaque dans un studio de Harlem répétant avec ses choristes soul, phrase par phrase, jusqu'à obtenir l'assemblage parfait de "Young Americans".

Dans les coulisses du muséum réalisé par Stéphane Bégoin



Splendide vitrine de la diversité de la nature, la Grande Galerie de l'évolution du Muséum d'Histoire naturelle de Paris abrite une impressionnante zoothèque et une intense activité de recherche.

Les coulisses d'une collection bien vivante.
En 2014, le Muséum national d'Histoire naturelle fête les vingt ans de la Grande Galerie de l'évolution. Ce lieu historique et scientifique est encore trop souvent perçu comme un musée dont les collections semblent figées dans le temps. Pourtant, entre les rayonnages de la zoothèque - un bunker enterré sur trois étages - et les laboratoires de recherche, règne une intense activité. Le Muséum possède l'une des trois plus riches collections au monde. Des chercheurs étrangers viennent y étudier des spécimens rares, identifier des espèces encore inconnues parmi les caisses d'échantillons rapportées des expéditions lointaines. Quant aux laboratoires, ils déploient les techniques les plus modernes...

Missions de terrain
En compagnie de Jacques Cuisin, responsable de la zoothèque, le film explore les coulisses du Muséum, pousse les portes des laboratoires et embarque avec les scientifiques pour des missions de terrain tout autour de la planète. Ces chercheurs explique en quoi cette accumulation de savoir et cette collection commencée il y a plusieurs siècles enrichissent la science d'aujourd'hui et de demain.

Gros Dégueulasse éalisé par Bruno Zincone



Un homme gros et dégueulasse est rejeté par la société… Une adaptation au vitriol de la célèbre BD de Reiser.

Grégoire Moulin contre l'humanité réalis par Artus de Penguern



Né un vendredi 13 à la clinique Franz Kafka, orphelin quelques heures après sa naissance suite à une regrettable dispute avec ses parents, boxé à l'âge de dix ans par une fillette dont il était éperdument amoureux, élevé par une grand-mère acariâtre et un oncle alcoolique, Grégoire Moulin a pris un mauvais départ. A plus de 35 ans, il mène une sinistre existence en province : il vit toujours chez sa grand-mère, est célibataire de longue date et remplit les modestes fonctions d'employé dans une compagnie d'assurances. Par un dimanche de mai, il décide de monter à Paris. Et le cauchemar commence.

L'affaire Dollard réalisé par André R. Lavoie



Le culte québécois de Dollard des Ormeaux aurait-il des origines ontariennes? Ce long métrage documentaire dévoile une enquête historique sur l' « affaire Dollard », née d'une découverte archéologique qui, en 1951, situe en Ontario le célèbre fort du héros canadien-français. Archéologues, historiens ou citoyens, fervents nationalistes ou fonctionnaires mêlés aux intrigues de l'époque revisitent ici un pan de notre histoire collective au rythme d'un suspense captivant.

La loi des plus forts réalisé par Ra'anan Alexandrowicz



La législation en vigueur dans les Territoires palestiniens occupés dévoilée par ceux qui l'ont mise en place. Un exposé d'une grande rigueur, primé au Festival de Sundance 2012.

Lorsqu'en 1967 Israël occupe la bande de Gaza et la Cisjordanie, il y instaure une administration et une législation spécifiques, sous contrôle de l'armée. Plutôt que d'appliquer le droit israélien à ces zones nouvellement conquises, hommes politiques et militaires bâtissent progressivement un système complexe de lois et d'ordonnances, guidés par une préoccupation principale : maintenir l'ordre. Plus de quarante ans après, cette législation est toujours en vigueur. Exemplaire dans sa forme et maintes fois primé, le documentaire interroge ses architectes - de vieux messieurs qui étaient autrefois procureurs ou présidents de cours martiales ou membres de la Haute Cour de justice israélienne. Comment juger les Palestiniens, eux qui sont à la fois des "ennemis" et des résidents de territoires officiellement israéliens ? Quels argumentaires juridiques ont jeté les bases de la colonisation ? Sans jamais occulter la dimension subjective et interprétative de leur travail de documentaristes, Ra'anan Alexandrowicz et Liran Atzmor démontrent avec gravité que le droit n'est pas neutre. Les entretiens, menés dans un décor minimaliste, dévoilent les arcanes d'une législation sur laquelle les citoyens israéliens ne sont que peu consultés et que les Palestiniens ressentent comme arbitraire et opaque. Avec en fil rouge une question cruciale et dérangeante : une occupation militaire est-elle compatible avec l'État de droit ?

Tuesday, 17 May 2016

François Ier réalisé par Christian-Jaque



Honorin est régisseur du théâtre Cascaroni qui affiche le spectacle François Ier à son programme. Chargé de remplacer un comédien défaillant, mais mort de trac, il s'endort chez son ami Cagliostro (qui l'a hypnotisé pour lui enlever son trac), mage des foires, et se réveille quelques siècles en arrière, à la cour du roi de France François Ier, son Petit Larousse à la main. Ce merveilleux atout littéraire lui permet de prédire l'avenir au grand désarroi de certains intrigants de la cour. Les questions que le roi et ses courtisans lui posent sont parfois saugrenues: ainsi il doit donner les ingrédients entrant dans la recette de la Mortadelle, spécialité à laquelle les François 1° a pris goût lors des Guerres d'Italie, et que les cuisiniers français sont incapables de préparer. Ce livre capable de prévoir le destin (il donne la date de la mort des personnages en vue de l'époque) lui vaut une accusation de sorcellerie montée par une cabale de courtisans jaloux. Supplicié (une chèvre vient lui lécher les pieds en déclenchant un inextinguible fou-rire qui menace de l'asphyxier), il va bientôt se réveiller dans son siècle pour constater que la vie était bien plus belle en 1520. Pour cela, il retourne voir son ami Cagliostro.

Le ton du film est franchement burlesque, et tire une grande partie de son succès des pitreries de Fernandel , notamment lors de l'interprétation de la chanson "Ta bouche Gourmande" en duo avec Mona Goya où l'effet comique est produit par un à-peu-près digne de l'Almanach Vermot : Confie toi /confit d'Oie à ton seigneur.

Fortunat réalisé par Alex Joffé



Le 20 mai 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation de la France, le destin réunit le braconnier Noël Fortunat, brave bougre quelque peu porté sur la boisson, et Juliette Valécourt, femme élégante accompagnée de ses deux enfants : Pierre et Maurice. Mademoiselle Massillon, une institutrice secourable, tente d'aider Juliette qui est recherchée par les nazis depuis que son mari, un chef de la Résistance, a été arrêté. Juliette et ses enfants doivent gagner la zone libre pour se réfugier à Toulouse. Pour cela, il leur faut franchir la ligne de démarcation. C'est Fortunat qui est chargé de conduire en lieu sûr les deux enfants et leur mère. Pour la circonstance, Fortunat se fait passer pour le mari de Juliette. Alors qu'il devait retourner au village après avoir installé Juliette et ses enfants à Toulouse, Fortunat, qui s'est attaché à ses protégés, reste avec eux et subvient à tous les besoins de la famille. Au fil des mois, Fortunat et Juliette tissent des liens de plus en plus étroits. Au moment de la Libération, Juliette retrouve son mari. Fortunat repart alors vers son destin d'homme solitaire.

Fais gaffe à la gaffe ! réalisé par Paul Boujenah



G. vient d'être renvoyé du grand magasin où il travaillait, à cause de ses nombreuses gaffes, lorsqu'un accident de voiture avec le grand éditeur Dumoulin lui permet d’intégrer sa maison d'édition afin de rembourser les dégâts causés.

Yves Montand, l'ombre au tableau réalisé par Karl Zéro & Daisy d'Errata



Vingt-cinq ans après sa mort, Karl Zéro et Daisy d'Errata offrent un portrait fouillé et touchant d'Yves Montand, interrogeant les multiples facettes, glorieuses ou pathétiques, et les fêlures de la star.

Le timbre profond des "Feuilles mortes", l'air d'enfant vieilli de César et Rosalie, le cabotin sublime du Milliardaire... : dans la chanson comme au cinéma, Yves Montand a été immensément populaire, dépassant son statut de saltimbanque pour devenir, au côté de sa femme Simone Signoret, l'icône de toute une génération. Pourtant, rien n'aura été facile pour l'acteur, né Ivo Livi, disparu il y a un peu moins de 25 ans, le 9 novembre 1991, à l'âge de 70 ans. Celui qui a débuté au cabaret, repéré puis épaulé par Édith Piaf, aura passé sa vie à frôler le scandale amoureux tout en fonçant tête baissée dans tous les combats de son temps, quitte à se fourvoyer, du communisme encore stalinien au libéralisme bon teint.

Lignes de fuite
Pour ce deuxième opus de leur collection après Charles Trenet, l'ombre au tableau, Karl Zéro et Daisy d'Errata interrogent les multiples facettes, glorieuses ou pathétiques, et les fêlures de la star Yves Montand. Le couple de réalisateurs met en évidence les grandes lignes de fuite d'une existence et d'une personnalité complexes, que la célébrité a longtemps dérobées aux regards, à travers de nombreuses archives, pour certaines inédites ou oubliées, mais aussi des entretiens approfondis avec ses proches : Jean-Louis Livi, son neveu, le cinéaste Costa-Gavras, qui lui a donné ses rôles politiques les plus marquants, de L'aveu à Z, Bernard Kouchner, qui fut à la fois un compagnon politique et un ami, et l'animateur Benjamin Castaldi, fils de Catherine Allégret. Il évoque les attouchements dont cette dernière, fille de Simone Signoret, a dit avoir été victime, toute petite, de la part de son beau-père. Entre ombres et lumière, un portrait sans concession et pourtant émouvant

Monday, 16 May 2016

Culte ! Art : l'or du pop réalisé par Daniel Ablin



En 1962, après la mort de Marilyn Monroe, Andy Warhol se met à peindre des dizaines de portraits de l'actrice à partir d'une même photographie en noir et blanc. Il l'a reproduit en de nombreux exemplaires grâce à la sérigraphie. Par ce geste, l'artiste casse les frontières entre recherches d'avant-garde, imagerie populaire et, surtout, publicitaire. Il met ainsi fin au mythe de l'oeuvre comme objet unique. En affirmant que le pop art est destiné à tous, il élargit les territoires de l'art, au point de diffuser celui-ci dans la rue, ou sur des objets de la vie quotidienne. De Jean-Michel Basquiat à Keith Haring, il a inspiré de nombreux talents.

Ava Gardner, la vie est plus belle que le cinéma réalisé par Jean-Frédéric Thibault



Portrait d'une actrice mythique, Ava Gardner, connue pour ses rôles dans «La Comtesse aux pieds nus» de Joseph L Mankiewicz ou «Sept jours en mai» de John Frankenheimer.

La voiture électrique, pas si écolo ! réalisé par Martin Mischi



Depuis quelques années, de nombreux constructeurs automobiles ont développé des modèles de véhicules électriques aboutis et les ventes commencent à décoller. Les fabricants et les pouvoirs publics misent sur cette alternative, non polluante et silencieuse. Pourtant, certains consommateurs se montrent mécontents à l'usage de ces voitures vertes. En matière d'autonomie, de prix et de facilité de recharge, il semblerait qu'elles aient encore beaucoup de route à faire. La communication des industriels est bien rodée, mais quel impact cette solution a-t-elle réellement sur l'environnement, au-delà des arguments commerciaux ? Renault, leader hexagonal dans ce secteur, ouvre ses portes.

La mémoire volée des francs-maçons réalisé par Jean-Pierre Devillers



Juin 1940, les nazis occupent Paris. Des commandos pillent les archives des loges maçonniques. Le scénario se répète dans toute la zone occupée. En quelques semaines, des centaines de milliers de pièces prennent le chemin de l'Allemagne. Les nazis veulent en effet percer les secrets des francs-maçons, qu'ils tiennent pour responsables des révolutions européennes ou de la Première Guerre mondiale. En 1945, les Russes les récupèrent pour les envoyer à Moscou. Les archives sont étudiées à des fins politiques car Staline s'inquiète de la résurgence de la franc-maçonnerie dans les cercles dirigeants européens. Après des négociations diplomatiques, elles reprennent le chemin de la France en 2000. Toute la mémoire de la franc-maçonnerie réapparaît, éclairant deux siècles d'histoire de la France et de l'Europe. Mais ont-elles été toutes restituées ?

Du poison dans nos jardins réalisé par Marisa Cattini



Chaque printemps, 17 millions de Français se précipitent dans les magasins spécialisés pour acheter de quoi semer, planter, fleurir. Les ennemis de ces jardiniers en herbe ? Les insectes, maladies et mauvaises herbes. Leur arme ? Les produits phytosanitaires. Et le jardinier amateur français est d'ailleurs le champion d'Europe de leur utilisation, avec 6000 tonnes épandues en 2014. Malheureusement, ces substances chimiques seraient toxiques pour la santé et l'environnement. Un produit est plus particulièrement au coeur de la polémique : le Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde. A base de glyphosate, il est l'enjeu d'une bataille mondiale entre scientifiques. D'ici quelques mois, une nouvelle réglementation va rendre plus difficile d'acheter ces produits de synthèse. Leur retrait total des rayons est en effet programmé pour le 1er janvier 2019.

Trop noire pour être Française ? réalisé par Isabelle Boni-Claverie



Mêlant approche intimiste et analyses de spécialistes, la réalisatrice franco-ivoirienne Isabelle Boni-Claverie montre combien le passé colonial conditionne le regard de la France sur ses citoyens noirs.

Approximativement, car les statistiques dites "ethniques" sont proscrites, les Français à la peau noire seraient 3,3 millions. Lointains descendants des esclaves des Antilles ou des "indigènes" de l'empire colonial français d'Afrique, ils constituent une minorité souvent discriminée. Métisse élevée dans les beaux quartiers parisiens, fille d'une femme politique ivoirienne et petite-fille d'Alphonse Boni, un Noir devenu magistrat de la République française dans les années 1930, Isabelle Boni-Claverie se penche sur ce qui bloque l'ascension sociale des Français à la peau noire et la reconnaissance à part entière de leur citoyenneté.

Clichés
Partant de ses souvenirs personnels, la réalisatrice fouille dans son histoire familiale. Elle fait parler ses cousins blancs sur la manière dont sa famille maternelle, originaire du Tarn, a vécu le mariage de sa grand-mère avec un Ivoirien. Pour voir ce qui a pu évoluer depuis qu'elle en a été diplômée, elle pousse à nouveau la porte de la Fémis, prestigieuse école de cinéma où elle se souvient avoir été la seule élève noire. Plaçant des jeunes hommes et femmes face caméra, elle les interroge sur leur ressenti. Enrichi par les éclairages qu'apportent sociologues et historiens, son film exhume aussi, de pubs en sketchs comiques, d'extraits de JT en polémiques racistes, des clichés qui renvoient l'image d'une France au passé colonial toujours vivace. Et, malgré de généreux discours, pas davantage qu'hier ouverte à la diversité des origines, des cultures et des trajectoires individuelles.

Sunday, 15 May 2016

Cuba, paradis caché réalisé par Doug Schultz



Les biologistes et les passionnés luttent pour la protection de la faune et de la flore de l'île de Cuba, jusque-là préservées du fait de l'embargo.

Cuba, Batista et la mafia réalisé par Bernhard Pfletschinger & Hans-Peter Weymar



Soutenu par la CIA, le général Fulgencio Batista prit le pouvoir en mars 1952 et instaura à Cuba une dictature militaire dans laquelle fleurirent activités et trafics illicites, tous aux mains de la mafia. Une situation dramatique qui finira par faire triompher Castro et ses camarades. Retour sur cette page sombre de l'histoire cubaine.

Le général Fulgencio Batista arrive au pouvoir en mars 1952 par le biais d'un putsch militaire, avec le soutien de la CIA. Cuba devient alors l'une des nombreuses dictatures militaires contrôlées par Washington, mais aussi un État-mafia. Les boss de la Cosa nostra comme Lucky Luciano et Santo Trafficante, ainsi que le chef de la Kosher nostra judéo-américaine Meyer Lansky, s'installent alors au coeur de l'appareil étatique cubain et font de La Havane le "bordel des États-Unis", selon le politologue Karl E. Meyer. Ils régissent les casinos, les cabarets, les cinémas porno, la prostitution, le blanchiment d'argent, les ventes de drogues, d'armes et, bien sûr, la corruption. Des sommes considérables atterrissent dans les réseaux mafieux tandis que la population rurale est au bord de la famine. L'opposition au régime est fermement réprimée. Pourtant, en 1959, le peuple réussira à porter les castristes au pouvoir.

Croisière au fil du Rhône réalisé par Alain Dayan & Christophe Boy



Commencée dans le delta du Rhône à bord du Van Gogh, la croisière fait escale aux Saintes-Maries-de-la-Mer, à Arles, Avignon et Vienne, pour s'achever à Lyon.

Crise Grecque - Une faillite europenne réalisé par Olivier Toscer



Fin 2009, la Grèce sombre dans une crise financière sans précédent, contraignant l'ensemble des pays européens à restreindre leurs dépenses et à multiplier les plans de rigueur pour éviter de sombrer. Quels sont les mécanismes qui ont conduit à la plus spectaculaire débâcle économique de ce début de siècle ? Pourquoi les partenaires européens ont-ils laissé dériver la Grèce durant tant d'années ? Et comment tout un pays a-t-il ainsi pu se retrouver au bord de la faillite ? Olivier Toscer dévoile les causes probables de cette crise, qui met en péril l'édifice construit par les pères fondateurs de l'Europe.

L'histoire du monde - L'âge de la démesure réalisé par Guy Smith



Le XXe siècle est marqué par les contradictions. Pendant que fascisme et communisme s'affrontent de façon meurtrière, d'autres courants idéologiques se profilent. En Inde, la lutte non-violente menée par Gandhi contre l'Empire britannique, aboutit à l'indépendance du sous-continent. L'Homme s'enthousiasme des avancées technologiques tout en prenant conscience de leurs effets dévastateurs. Grâce aux nombreux progrès, on vit mieux et plus longtemps, mais de nouveaux défis restent à relever : le partage des richesses, la protection de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique, notamment.

L'histoire du monde - Le Temps des Machines réalisé par Robin Dashwood



Au XIXe siècle, la révolution industrielle est en marche. Désertant de plus en plus les campagnes, les hommes s'installent en ville pour travailler dans les usines. De la Chine à l'Amérique, de la Russie au Japon, les systèmes féodaux s'effondrent avec plus ou moins de fracas. La modernité, partout, prend le pas sur la tradition. En Europe, les empires industriels s'affrontent pour la possession des matières premières d'Afrique. Après la déflagration de la Première Guerre mondiale, l'ordre du monde, contesté par les grandes nations européennes en pleine phase d'expansion, est soigneusement recomposé.

L'histoire du monde - Les révolutions réalisé par Robin Dashwood



Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les hommes, en Europe et dans le Nouveau Monde, s'insurgent de plus en plus contre l'absolutisme monarchique et le poids écrasant de la religion. En Italie, Galilée réfute la thèse de l'Eglise selon laquelle la Terre serait le centre de l'univers. En Amérique, le peuple réclame son indépendance. En France, Louis XVI est guillotiné. Les principes de liberté, d'égalité et de fraternité, proclamés par la Révolution française, gagnent les colonies. Mais, alors que des peuples goûtent à la liberté, d'autres, comme les Aborigènes d'Australie, connaissent l'oppression.

L'histoire du monde - Les grandes explorations réalisé par Renny Bartlett



A partir du XVe siècle, les Européens partent à la conquête du monde. Alors que Christophe Colomb découvre les Amériques, Martin Luther défriche lui aussi de nouveaux horizons en défiant l'Eglise catholique. Bientôt, les guerres de religion vont diviser l'Europe. Les conquistadors, de leur côté, détruisent des civilisations millénaires et pillent méthodiquement les richesses du Nouveau Monde. En Russie, Ivan le Terrible étend son empire vers l'est. Le contrôle des grandes routes maritimes devient un enjeu majeur pour les grandes puissances, qui n'hésitent pas à faire la guerre pour les défendre ou les créer.

L'histoire du monde - La sagesse et le chaos réalisé par Mark Radice & Renny Bartlett



A partir du IXe siècle, les Vikings, habiles marchands et guerriers redoutés, déferlent sur le nord et l'ouest de l'Europe. Ils fondent par ailleurs les villes de Novgorod et Kiev et atteignent à la fois Byzance et les rives de la mer d'Aral. Au même moment, la civilisation arabe est à son apogée. A Bagdad, les savants transmettent l'héritage des civilisations grecque, perse et indienne. Gengis Khan et Marco Polo marchent vers la Chine. En 1453, l'Empire ottoman s'empare de Constantinople. L'Europe sort peu à peu de l'âge sombre dans lequel elle était plongée. Bientôt, grâce aux artistes de la Renaissance, elle éclaire à nouveau le monde.

L'histoire du monde - Les premiers empires réalisé par Renny Bartlett



De 300 avant JC à l'an 700 après JC, le monde est secoué par des révolutions spirituelles. En Chine, le tyran Ying Zheng recherche la vie éternelle. En Inde, le prince Ashoka se tourne vers le bouddhisme. Alors que Cléopâtre et César s'unissent pour continuer de régner, l'Empire romain se transforme sous l'influence de la religion chrétienne. Au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Espagne, l'islam devient la religion dominante. Pendant ce temps, en Amérique du Sud, les Nazca vénèrent les divinités animales. Ainsi, partout à travers la planète, la foi s'impose aux hommes, quelle que soit la forme que prennent les divinités.

L'histoire du monde - Les premiers empires réalisé par Neil Rawles



De la péninsule arabique à la Chine, la Terre est devenue un vaste champ de bataille. Alexandre le Grand, les empires de Perse et d'Assyrie s'affrontent dans de violents combats pour dominer le monde et étendre leur civilisation. Pourtant, en ces temps chaotiques, certains hommes continuent de croire au progrès et accomplissent de grandes avancées. Au Moyen-Orient, les Phéniciens inventent l'alphabet. En Inde, le bouddhisme apparaît. Des hommes prônent un monde sans violence où règnent la paix et l'égalité. En Grèce et en Chine, Socrate et Confucius réfléchissent sur la nature humaine et sur le monde qui les entoure. L'idée d'une démocratie émerge dans les esprits. Mais la soif de pouvoir reste plus forte et domine les consciences.

L'histoire du monde - Nos origines réalisé par Neil Rawles



Comment les grandes civilisations ont-elles été façonnées par une campagne militaire, une histoire d'amour, un assassinat, une avancée médicale ou une catastrophe naturelle ? Comment ont-elles rayonné à travers les siècles et comment ont-elles disparu ? Quelles découvertes décisives, quels hommes ou femmes ont changé le cours de l'histoire ? Incarnée dans chacun des huit volets par sept personnages, cette fresque invite à un voyage dans le temps, de l'Egypte des pyramides à la vallée du fleuve Jaune, du Taj Mahal au Colisée romain. Les premiers Homo sapiens, l'invention de l'écriture, l'apparition du monothéisme, l'émergence de l'humanisme, la découverte de la poudre ou la mise au point de la pénicilline, l'arrivée des colons européens en Amérique ou l'exploration de la Lune : autant de temps forts retracés dans ce docu-fiction.

L'histoire de l'électricité (3/3) L'âge des révolutions réalisé par Alex Freeman



Comment l'électricité a connecté le monde via la radiodiffusion et les réseaux informatiques, et retour sur les débuts de l'exploitation de l'électricité nucléaire. Dernier épisode de cette passionnante histoire de l'électricité racontée par Jim Al-Khalili, professeur de physique nucléaire et présentateur vedette de la BBC.

Ce dernier épisode raconte comment l'électricité a connecté le monde via la radiodiffusion et les réseaux informatiques, et revient sur les débuts de l'exploitation de l'électricité nucléaire. Jim Al-Khalili retrace la découverte des ondes radio, de la machine électrostatique de Wimshurst, des matériaux supraconducteurs, de l'électron, des micropuces, ainsi que l'émergence de la Silicon Valley.

L'histoire de l'électricité (2/3) L'âge des inventions réalisé par Jon Eastman



Comment, en domestiquant la relation entre magnétisme et électricité, les scientifiques ont transformé le monde. Deuxième épisode de cette passionnante histoire de l'électricité racontée par Jim Al-Khalili, professeur de physique nucléaire et présentateur vedette de la BBC.

Il y a tout juste deux cents ans, les scientifiques faisaient une découverte essentielle : l'électricité est liée à une autre grande force naturelle, le magnétisme. Dans cet épisode, qui démarre au début du XIXe siècle, Jim Al-Khalili explique comment l'exploitation du lien entre ces deux forces a permis de produire une quantité illimitée d'électricité. Celle-ci a alors pu être utilisée pour faire fonctionner les machines, communiquer d'un continent à l'autre et éclairer les habitations, au cours d'un siècle rythmé par les inventions comme le télégraphe, le premier câble transatlantique, la lampe à incandescence, le courant alternatif...

L'histoire de l'électricité (1/3) l'étincelle réalisé par Tim Usborne



Comment des pionniers ont percé les secrets de l'électricité et conçu des instruments permettant de la produire et de la stocker. Premier épisode de cette passionnante histoire racontée par Jim Al-Khalili, professeur de physique nucléaire et présentateur vedette de la BBC.

Voyageant au XVIIIe siècle et au début du XIXe, en Angleterre puis en Pays-Bas, aux États-Unis, en France et en Italie, Jim Al-Khalili raconte les découvertes de physiciens comme Isaac Newton, Francis Hawkesbury, Pieta Van Musschenbroek, Benjamin Franklin, George Louis Leclerc, Thomas-Francois Dalibard, Henry Cavendish, Luigi Aloisio Galvani, Alessandro Volta... Il retrace l'invention du générateur d'électricité statique, du paratonnerre, de la pile voltaïque, et revient sur la découverte de la possibilité d'utiliser commercialement l'électricité avec la première lampe à arc de Humphry Davy...