Sunday, 31 March 2013

Experience Jimi Hendrix réalisé par Stefan Morawietz



Quarante ans après sa mort, Jimi Hendrix continue d'inspirer les musiciens et suscite une immense ferveur en raison de sa créativité et de ses expérimentations sonores.

Originaire de Seattle, le guitariste connaît le succès dans les années 60 avec sa version de «Hey Joe». Il quitte l'Amérique divisée par la ségrégation pour l'Angleterre, qui laisse sa chance au rock avant-gardiste.

Son style, son charisme sur scène, sa virtuosité et son assurance fascinent et effraient. Le rythme effréné des tournées qui s'enchaînent pendant trois ans et demi lui coûtera la vie. Le 18 septembre 1970, un cocktail d'alcool et de médicaments est fatal à Jimi Hendrix, interrompant une carrière éclair.

Architectures: La maison de Jean Prouvé réalisé par Stan Neumann



Loger sa famille, la mettre à l’abri dans une maison individuelle. C’est ce vieux rêve de tous les Français que Jean Prouvé réalise en 1954, pour sa femme et ses enfants.

Construite avec des éléments préfabriqués, la maison de Jean Prouvé à Nancy ouvre l'ère des maisons individuelles à bas prix.Ingénieur autodidacte, architecte sans diplôme, Jean Prouvé est né en 1901. Dans une France où le béton est roi, Prouvé est l'homme du métal, de la tôle pliée puis de l'aluminium. Dès les années 30, il conçoit plusieurs modèles de maisons individuelles à bas prix, en kit et à monter soi-même, prêtes pour la fabrication en série. Mais aucun de ces prototypes ne débouche sur de véritables commandes. La France de la pierre et du béton trouve trop modernes, trop simples ce qu'on appelle alors dédaigneusement des machines à habiter. En 1953, Prouvé perd le contrôle de son usine, l'œuvre de sa vie. Il se lance alors dans la construction de sa propre maison, sur un terrain situé sur les hauteurs de Nancy, réputé inconstructible à cause de sa très forte pente.

Architectures: La maison Sugimoto réalisé par Richard Copans



La maison Sugimoto est une grande maison de ville - plus de 15 pièces - avec un programme complexe, lié à l’activité familiale.

C'est une belle maison traditionnelle dans le centre-ville de Kyoto. Elle a été construite en 1743. Elle a été détruite dans le grand incendie de 1870. Heureusement, dans une petite cache en excavation, sous le plancher, les propriétaires avaient eu le temps de déposer l'autel des ancêtres et de plonger dans l’eau du puits le livre des Nen-Chu-Gyoji, livre dans lequel sont consignées les obligations de la maison. Ce livre a permis de reconstruire la maison à l'identique.Nous sommes à Kyoto, dans le quartier sud-ouest qui expose les chars majestueux de la fête de Gion, un des rares quartiers préservés de Kyoto : un quadrillage de la ville en îlots, selon des axes Nord/ Sud et Est/ Ouest, un quadrillage emprunté au VIIIème siècle à la capitale chinoise Chang’An.C'est la maison de la famille Sugimoto qui a construit sa fortune sur le commerce des tissus pour kimono. Aujourd'hui encore c'est un Sugimoto qui y demeure, un professeur d'université.

La maison France 5: Destination Tel Aviv réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

Décoratrice d'intérieur vivant à Tel Aviv, Rebecca Seror propose la visite de Neve Tzedek, le quartier branché de la ville.

Au sommaire:
Inspirer: Le mobilier malin - Modulables, escamotables, ou meubles deux en un: Les designers fourmillent d'idées pour adapter le mobilier à la vie moderne.
Choisir: Les dallages extérieurs - Gros plan sur les matériaux que l'on peut utiliser pour habiller le sol de sa terrasse: Il y a l'embarras du choix.
Rêver: Une longère aux accents acidulés - Deux décoratrices d'intérieur ont totalement rénové ce bâtiment situé en région parisienne.
Changer: Créer un lit mezzanine dans une chambre.

La maison France 5: Destination Tanger réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

La laine
Une maison des années 20
L’isolation
Un hôtel en Camargue, le Mas de la Fouque
Redistribuer des pièces pour créer une chambre

Thursday, 28 March 2013

Un billet de train pour... Saint-Petersbourg réalisé par Grit Merten



Saint-Pétersbourg ne compte pas moins de cinq gares centrales, dont celle par laquelle Lénine arriva d'Allemagne dans un wagon toujours visible sur le quai n°5.

Un billet de train pour... la Slovénie réalisé par Alexander Schweitzer



Un parcours qui emprunte le Transalpina, un des tronçons de l'axe Trieste-Vienne, qui part du port de l'Adriatique pour rejoindre Nova Gorica.

Wednesday, 27 March 2013

Les temples oubliés de l'Himalaya réalisé par Liesl Clarke



Mustang, royaume caché au coeur de l'Himalaya, longtemps fermé au reste du monde. En mars 2007, une équipe internationale d'alpinistes, explorateurs et archéologues fait une découverte de taille.

À 4300 mètres à flanc de montagnes, ils découvrent un système complexes de grottes reliées entre elles.

L'expédition est formée de Peter Athens, alpiniste chevroné, ainsi que le fils de Sir Edmond Hilary.

Tuesday, 26 March 2013

Sculpture Australia 69 directed by Tim Burstall



As Sculpture By The Sea celebrates another successful year of seaside sculpture on Sydney shores we offer this look back in time to the Australian sculpture scene in 1969. Sculpture Australia 69 shows Australian sculptors discussing their attitudes towards modern sculpture. Artists shown at work include Norma Redpath (creating the fountain for the Commonwealth Treasury), George Baldessin, Steven Walker, Lyndon Dadswell, Matchim Skipper, David Tolley, Margel Hinder, Colin Lanceley, Ron Robertson-Swan, Michael Kitching, Ken Reinhard, Tim Berryman, Asher Bilu, Robert Klippel, Clement Meadmore and Vincent Jomantis. They show that Australian sculpture is appreciated internationally as well as in Australia. Made by The Commonwealth Film Unit 1969. Directed by Tim Burstall. It also features music by Australian Jazz composer and musician Don Burrows.

Les escapades de Petitrenaud: Lyon (Olivier Belval) réalisé par Pascal Gonzalez



Jean-Luc Petitrenaud nous emmène à Lyon pour rencontrer le chef Olivier Belval. Installé dans le quartier des Brotteaux, il a ouvert Mon bistrot à moi en 2009. Depuis, il régale ses clients de blanquette de veau, fricassée et gâteau de foie de volailles... A notre arrivée, les ris de veau et les rognons nous mettent les papilles en éveil. Sur le coin du fourneau, d’autres plats mijotent tout doucement. Ici, le cuisinier perpétue la belle histoire de la gastronomie lyonnaise.

Ses produits, c’est sous les Halles de Lyon qu’il les trouve. Les charcuteries viennent bien entendu de chez Colette Sibilia, adresse incontournable. Saucisses, saucissons, andouillettes se retrouvent sur les plus grandes tables de France et de Navarre. Chez l’éleveur Pierre Bastin, les volailles de Bresse sont d’une rare beauté. Olivier Belval achète des suprêmes qui, accompagnés de quelques écrevisses, feront le bonheur de sa clientèle. Quant à la cervelle de canut, le cabécou et le saint-marcellin, c’est chez Alain Martinet que notre chef a ses habitudes. Alors que Jean-Luc Petitrenaud profite d’une petite halte chez Antonin pour déguster quelques huîtres, notre hôte nous propose de continuer notre escapade dans Lyon.

La cuisine lyonnaise, c’est aussi la tradition des mères lyonnaises, Olivier Belval nous invite à une balade gourmande et nous présente des cuisinières amies. Il y a Florence Périer, Café du peintre, qui régale ses clients d’andouillette briochée sauce moutarde, de compotée de joues de bœuf aux petits légumes ou quenelle de brochet. On choisit une terrine de volaille à l’estragon et tomates confites accompagnée d’un verre de beaujolais blanc. C’est Max Périer, le fils de Florence, qui est en salle et conseille sur les vins. Olivier Belval nous fait visiter le garde-manger du restaurant, tous les produits sont cuisinés en saison : bocaux de tomates et aulx confits, de coulis de tomate, confitures, griottes d’Ardèche... on comprend pourquoi la maison ne désemplit pas.

Nous continuons notre échappée chez Grignette, Au coude à coude. Ici, l’ardoise égrène les spécialités. La chef aiguise notre appétit avec un sabaudet à la sauce vigneronne, de la tête de veau sauce gribiche, du petit salé aux lentilles, et autres gourmandises. Nous optons pour une assiette d’oreille de cochon servie avec un petit paquet de couenne, du cervelas et quelques cornichons. Côté comptoir, c’est le domaine de Guy. Le choix des vins est très important, il y a une belle sélection pour accompagner les plats.

Notre escapade se termine, merci monsieur Olivier Belval pour cette balade Lyonnaise.

Sunday, 24 March 2013

Les escapades de Petitrenaud: Dans les Pyrénées réalisé par Pascal Gonzalez



Jean-Luc Petitrenaud a rendez-vous avec le chef cuisinier Jean-Pierre Saint-Martin, à Saint-Savin, dans les Pyrénées. Ils s'arrêtent au café de la Poste, l'un des plus vieux cafés de France, fondé en 1441. La balade se poursuit à la chapelle de Notre-Dame de Piétat qui offre un panorama sur la chaîne (...)

Saturday, 23 March 2013

Nathaël et la chasse aux phoques réalisé par André Chapdelaine & Yvon Larochelle



Ce court métrage d'animation dépeint, dans un style poétique, les différentes activités entourant la chasse au phoque et le mode de vie propre aux gens des Îles-de-la-Madeleine. Il nous fait ainsi mieux comprendre l'importance économique, sociale et culturelle que revêt la pratique de la chasse au phoque pour cette population insulaire, habituée depuis toujours à vivre des ressources de son milieu.

Voodoo réalisé par André-Guy Landry



Dans ce court métrage d’animation, un sorcier vaudou se lance à la poursuite d'un petit singe curieux qui s'est emparé d'une poupée ensorcelée. La poursuite pour récupérer la poupée n'est pas de tout repos et entraîne notre sorcier dans une série d'aventures rocambolesques... Une lutte à finir entre un singe espiègle et un sorcier à bout de nerfs. Films sans paroles.

Friday, 22 March 2013

Renaissance Revolution: Hieronymus Bosch - The Garden of Earthly Delights directed by Randall Wright



In the second programme of his new series on Renaissance painting, artist and writer Matthew Collings steps into the mysterious invented world of The Garden of Earthly Delights by Hieronymus Bosch, painted c.1505.

This imposing work, full of strange and fantastical details, contains one of the most famous images in all of art: a man with a tree for a body, who gazes out at us from the section of the painting representing hell. The tree-man's face is generally thought to be the artist's self-portrait but, like almost everything else about Hieronymus Bosch - including the meaning of this, his most famous painting - no one knows for sure.

Using the latest high-resolution digital technology, Matthew Collings is able to explore this extraordinary painting in minute detail and unravel some of the arcane messages that Bosch has woven into it through his use of symbols and unsettling inversions of scale - giant birds drop fruit into the mouths of nude humans, slithering creatures invade paradise, a devil-bird devours a man whole.

Just as the images in Bosch's painting were unusual for the Renaissance, his technique was also unconventional for the time. Bosch worked quickly with gloopy blobs of thick paint to conjure up the fine details of a fish's eye or the spines on the back of a porcupine from a few brushstrokes. The liveliness of Bosch's technique is one of the qualities that makes his painting seem strangely modern.

The Garden of Earthly Delights reflects the new way of thinking about the world that the Renaissance ushered in - ideas about free will and morality that challenged the old religious order and which posed a question: perhaps heaven and hell are not places your soul might end up in, but states of being that are always inside you?

Renaissance Revolution: Raphael - The Madonna of the Meadow directed by Randall Wright



The new series on Renaissance painting, written and presented by Matthew Collings, begins with an artistic investigation into one of the most radiant and beautiful images in all of art history, The Madonna of the Meadow, painted in 1505 by Raphael.

Renaissance art has become part of the 21st-century heritage industry but when Raphael was alive, it was a startling new form of visual expression, and Raphael's vibrant 'realism' was striking and fresh. It became the model for western art for the next 400 years, right up until the birth of Modernism.

As much as it was a cultural 'rebirth', the Renaissance was also a revolution in ideas about reality. Matthew Collings sets out to remind us of how radical Renaissance paintings were when they were made, as well as opening our eyes to what is still truly great about them. In this programme he deconstructs The Madonna of the Meadow with the help of the very latest high-resolution digital technology, which allows him to explore the inner secrets of Raphael's painterly effects with a clarity and at a level of detail never before seen on television.

As Matthew says, it is a journey 'to the other side of an illusion', revealing how Raphael created the alluring images that were so appealing to his wealthy Renaissance clients - including the Pope - and which entranced artists for centuries after his death. Matthew explains the secret to Raphael's vibrant colour harmonies, which the artist grasped intuitively, long before the advent of colour 'theory'; and Raphael also knew how to exploit colour effects to create the impression of extraordinary depth in his paintings.

The Medici Makers of Modern Art directed by John Mullen



Documentary in which Andrew Graham-Dixon reveals how the Medici family transformed Florence through sculpture, painting and architecture and created a world where masterpieces fetch millions today.

Without the money and patronage of the Medici we might never have heard of artists such as Donatello, Michelangelo or Botticelli. Graham-Dixon examines how a family of shadowy, corrupt businessmen, driven by greed and ambition, became the financial engine behind the Italian Renaissance.

Histoires de Chateaux: Château de Blancafort, Cher, région Centre réalisé par Michael Kazan & Yannis Chebbi



Demeures somptueuses, les châteaux racontent une partie de l'histoire de France. Loin de Versailles et autres grands palais, cette série permet de découvrir des châteaux familiaux, en compagnie de leurs propriétaires.

Cream - Disraeli Gears



1.1 Strange Brew (2:46)
1.2 Sunshine of Your Love (4:10)
1.3 World of Pain (3:03)
1.4 Dance the Night Away (3:34)
1.5 Blue Condition (3:29)
2.1 Tales of Brave Ulysses (2:46)
2.2 SWLABR (2:32)
2.3 We're Going Wrong (3:26)
2.4 Outside Woman Blues (2:24)
2.5 Take It Back (3:05)
2.6 Mother's Lament (1:47)

Wednesday, 20 March 2013

Le monde merveilleux de la publicité réalisé par Michèle Cohen



À peine a-t-on prononcé le mot que la dualité est là, car la publicité nous paraît souvent d'autant plus condamnable qu'elle est séduisante à nos yeux. À Paris, Hambourg ou Londres, on explore cette contradiction intrinsèque en interrogeant dans de grandes agences publicitaires les "créatifs" renommés, ceux qui savent éveiller chez autrui la petite étincelle mystérieuse appelée désir. Ils disent, chacun à leur façon, leur amour de leur métier, composant à plusieurs voix un éloge de la "bonne" publicité, exemples réjouissants à l'appui.

Loin de la diabolisation et des caricatures, les intervenants de ce documentaire, seuls ou en équipe, tantôt attablés dans une brasserie, tantôt calés dans le décor très design d'une agence, s'expriment librement, dans une ambiance plutôt joviale, sur les ressorts schizophréniques de leur profession. Les réponses, franches, parlent d'art et de commerce, de vérité et de mensonge, d'argent et de talent, de responsabilité sociale et de frivolité, de mémoire et d'oubli. Tour à tour, les interlocuteurs de Michèle Cohen évoquent un métier où l'idée est reine et reviennent sur l'élaboration de publicités restées célèbres, comme le spot signé Michel Gondry pour Air France ou celui réalisé par l'un des papes de la pub contemporaine, John Hegarty, pour Levis. Les héros de ce documentaire, truffé de petits bijoux, films ou affiches dédiés à Évian, Pepsi, Eram, Carlton Draught, Perrier ou Schweppes, parviennent ainsi à nous convaincre, suprême art publicitaire, de l'essence merveilleuse de leur monde, tout en dévoilant sans fards leurs secrets de fabrication.

Tuesday, 19 March 2013

Œdipe réalisé par Thierry Bleton, Frédéric Caro, Renaud Madeline & Jonathan Perez



De retour de chez l’Oracle, Oedipe se retrouve confronté à choisir entre l’Amour et son Destin.

Oktapodi réalisé par Julien Bocabeille, François Xavier Chanioux, Olivier Delabarre, Thierry Marchand, Quentin Marmier & Emud Mokhberi



Deux poulpes s'aimaient d'amour tendre, leurs tentacules roses et oranges enlacés dans un aquarium, lorsqu'une main gantée s'empare de l'un d'eux et le jette dans une glacière, direction les cuisines d'un restaurant.

S'engage alors, pour échapper à ce cruel destin, une folle course-poursuite bourrée d'irrésistibles gags.
---
Two octopuses help each other in their comical escape from the grasps of a stubborn restaurant cook. However, even after overcoming insurmontable odds to reunite, their fight to stay together is not over.

This Side Up directed by Liron Topaz



A naïve music lover’s patience is tested on his quest to download music online as he completely changes his perspective on technology.

Granny O'Grimms Sleeping Beauty directed by Nicky Phelan



(WIKI) Granny O'Grimm's Sleeping Beauty is a six-minute-long CG/flash animated socially satirical black comedy short film, directed by Nicky Phelan and produced by Darragh O'Connell of Brown Bag Films in 2008. It was written by Kathleen O'Rourke. The plot centres on Granny O'Grimm, a seemingly sweet old lady, who loses the plotline as she tells her own version of Sleeping Beauty to her terrified granddaughter.

Granny O'Grimm started life as a character in a sketch in Kathleen O'Rourke's comedy show. Director Nicky Phelan saw Granny O’Grimm’s potential as an animated character and, with Brown Bag Films, production began in 2008. Kathleen O'Rourke reprised her role to voice the character in the short film. The film received funding from the Irish Film Board, RTÉ and the Arts Council through the ‘Frameworks’ scheme. It has received 11 national and international awards including the Newport Beach Film Festival (Outstanding Achievement in Short Films), Cinegael Montreal (Audience Award, Best Short) and the Heart of Gold Film Festival, Australia (Best Comedy).

Oxygen directed by Christopher Hendryx



Oxygen tells the adventures (and frustrations) of little Oxygen trying to make friends at Elementary school. It’s a lovely piece of storytelling, taking a dry and otherwise uninteresting subject and turning it into a funny and engaging narrative.

Heavenly Appeals directed by David Lisbe



After many millennia of being tortured in Hell, Raymond K. Hessle has finally earned a chance to appeal his sentence of Eternal Damnation. Upon arriving at the "appeals" gate of Heaven he is greeted by the angel who will preside over his case. As Raymond waits at the edge of paradise, he will finally have a chance to prove just how worthy he is.

Theme Planet: Bunny Animation directed by Michael Sormann



Little bunny will not stay and watch the mad scientist washing his brain. While running away, he’ll find some help in a pig and an elephant.

Theme Planet is the story of a little Pig and his big fat fellow Elephant working in a planet sized theme park. Bunny Situation is the first short movie set in this world.

J'irai dormir chez vous: Albanie réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Albanie:
L'Albanie est à deux heures d'avion de Paris, et pourtant le pays reste méconnu. En effet, il est resté isolé du monde jusqu'à la chute de la dictature communiste en 1991.

Première étape, Tirana, la capitale. Passant près d'un restaurant, Antoine fait la rencontre d'un chef d'entreprise et de son cousin, un mélomane, fan de Joe Dassin... et Mireille Mathieu!

Ensuite, Antoine se dirige vers Vlora, station balnéaire bien déserte en ce début d'été. Antoine parcourt les rues à la recherche d'un peu d'animation.

Dernière étape de son périple: Shkodra, dans le nord du pays, tout près du Monténégro. Antoine veut aller dans les montagnes mais les routes sont particulièrement mauvaises...

GetOut réalisé par Charlotte Boisson, Julien Fourvel, Pascal Han-Kwan, Tristan Reinarz & Fanny Roche (fr. st eng.)



(WIKI) Get Out est un court-métrage de fin d'études réalisé par Charlotte Boisson, Julien Fourvel, Pascal Han-Kwan, Tristan Reinarz et Fanny Roche, élèves de l'École supérieure des métiers artistiques (ESMA).

Un docteur en psychologie vient voir son patient, Gary, qui refuse de passer le seuil de la porte de sa chambre. Mais pourquoi vouloir sortir? Il a tout ce qu'il veut dans sa chambre capitonnée.
---
Gary, a mad man, is locked into a padded cell. He has the phobia of doors. A psychiatrist tries in vain to make him go out.

Monday, 18 March 2013

Pigeon Impossible directed by Lucas Martell



"Pigeon: Impossible" is the tale of Walter, a rookie secret agent faced with a problem seldom covered in basic training: what to do when a curious pigeon gets trapped inside your multi-million dollar, government-issued nuclear briefcase.

J'irai dormir chez vous: Ghana réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Ghana:
Antoine débarque au Ghana, un pays anglophone d'Afrique de l'ouest, qui fait peu parler de lui.

Il commence son périple en bord de la mer, à Cape Coast, sur le port de pêche. Il rencontre rapidement Fynn, un jeune passionné de cinéma qui enseigne le théâtre. Ce dernier invite spontanément Antoine chez lui, où il va faire la connaissance de sa nombreuse famille.

Puis, il se dirige sur Accra, la capitale. Les choses se compliquent : ici, les gens n'aiment ni être filmés, ni même qu'on filme dans les rues. Antoine se fait chasser du centre-ville et du marché.

Il migre vers les quartiers moins populaires où il rencontre Robert, un professeur qui l'accueille chez lui. La soirée se passera autour des albums photos de son mariage.

Antoine termine son voyage à Tamale, dans le nord du pays. Pour explorer les environs, le globe-squatteur cherche une moto. La chance va lui sourire...

Holy Monks directed by Luis Arizaga Rico



A Shaolin master has the task of turning two antagonistic disciples into good monks.

Sunday, 17 March 2013

Akryls réalisé par Yann Couderc, Xavier Henry & Bruno Hajnal



Akryls va vous plonger dans un univers numérique digne des meilleures ambiances de science fiction. Sorti en 2002, il a été réalisé par Yann Couderc, Xavier Henry et Bruno Hajnal, trois étudiants de SupInfoCom à Valenciennes et a été projeté sur les écrans géants du Futuroscope de Poitiers.

L'introduction démarre sur une vision au microscope d'une cellule pour aboutir dans un univers futuriste.
---
It's a Fanstastic Voyage from Ceel to Future.

J'irai dormir chez vous: Mexique réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Mexique:
À nouveau sur les routes, Antoine débarque au Mexique, pour un voyage haut en couleurs! À Cuernavaca, il commence fort en demandant aux pompiers amusés d'aller à la caserne avec eux. Pas de chance, il faut une autorisation. Sur une place, il aperçoit un rassemblement de musiciens en costumes. Ici le client passe et sélectionne ceux dont il a besoin pour animer sa soirée. Comme un self-service! Un peu plus loin, Antoine s'introduit dans un centre culturel. Il fait la connaissance d'une troupe de jeunes danseurs qui l'invitent à leur spectacle le lendemain. Après le show, il les suit à une soirée d'anniversaire très luxueuse: au Mexique, les 15 ans d'une jeune fille sont un événement important. Ambiance bal de promo garantie! Puis Antoine va à Piste, une petite ville du Yucatan. Il tombe sur la célébration bruyante de la vierge de Guadalupe: retraite aux flambeaux, chants et feux d'artifices... explosifs! En traversant un petit village hors du temps, il rencontre un groupe de forgerons qui fabriquent des outils en métaux de récupération. Ils partagent un verre mais ne l'invitent pas chez eux. Le globe-squatteur passe la nuit dans la salle municipale du village. Antoine termine son périple à Oaxaca, une petite ville touristique où Noël bat son plein. Antoine va réussir ici, ce qu'il a raté en Finlande: il va dormir chez le Père Noël! La famille l'accueille chaleureusement, intriguée par cet olibrius bardé de caméras. Il terminera son voyage par une joyeuse fête familiale.

Copi A directed by Gervasio Rodríguez Traverso & Pablo Alberto Díaz



The adventures and misfortunes of Demodoco, a projectionist, who discovers by chance a one-of-a-kind way to get pleasure. However, abusing it leads to risky consequences.

J'irai dormir chez vous: Grèce réalisé par Antoine de Maximy



J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Grèce:
Aventurier jusqu'au bout, Antoine arrive à Roissy sans billet. Il choisit une destination avec les hôtesses et se retrouve quatre heures plus tard en Grèce sous le ciel brûlant d'Athènes! Dès le début, alors qu'on le lui a déconseillé, Antoine se promène dans un quartier dit "chaud". Il se fait chasser par les vendeurs à la sauvette.

Heureusement la bonne humeur revient vite quand il accoste Dimitri et Athéna. Il passe la soirée avec eux, c'est l'anniversaire de Dimitri! Puis le globe-squatteur décide de découvrir la Grèce oubliée des touristes.

Il débarque au hasard dans un village près de la frontière bulgare. Ici, personne ne parle anglais et la partie s'annonce difficile. Heureusement, il rencontre Mikaël qui connaît cinq langues, à 15 ans seulement! La grande famille de Mikaël l'accueille sans hésiter.

Antoine continue son voyage à Astypalea, une île magnifique aux maisons bleues et blanches extrêmement calme hors saison. En l'absence des touristes, Antoine découvre l'atmosphère de l'île. Ici aussi, peu de gens pratiquent l'anglais.

Pas découragé pour autant, il part en scooter pour le coin le plus reculé de cette île isolée. Il atterrit dans la ferme d'un couple d'éleveurs de chèvres. Impossible d'échanger un mot, mais la complicité s'installe tout de suite. Le couple accepte de l'héberger. Tous trois communiquent par gestes, mimes ou dessins. Les échanges sont pourtant riches et profonds.

C'est ainsi qu'Antoine apprendra le drame qui a frappé la petite famille quelques années auparavant. Une rencontre forte, parmi les plus belles de la série.

Fishing with Sam directed by Atle Solberg Blakseth



Catching fish on the North Pole can be challenging. Some have more luck than others. The unfortunate ones may totally need a different fishing approach.

J'irai dormir chez vous: Iran réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Iran:
L'actualité nous donne de l'Iran l'image d'un pays austère et plutôt fermé. Il en faudrait pourtant plus pour décourager Antoine de Maximy. Armé de la curiosité et du culot qui le caractérisent, il tente de percer le mystère qui entoure cette république islamique pour découvrir ses habitants dans leur quotidien.

C'est en plein ramadan qu'Antoine de Maximy débarque à Téhéran. Premier contact mitigé dans la capitale: s'étant approché d'un groupe de personnes massées devant une officine, très vite il doit montrer patte blanche. «J'ai été prévenu que je ne devais pas filmer les attroupements», admet-il. Mais sa détermination est telle qu'il parvient à entrer rapidement en relation avec de nombreux citadins. «Les Iraniens sont vachement sympas, mais les autorités beaucoup moins», note, amusé, notre intrépide routard. S'il croise régulièrement des policiers sur son chemin, aucune entrave sérieuse ne gênera toutefois l'accomplissement de son périple.

Accueil chaleureux, intimité à préserver:
De Téhéran à la ville religieuse de Qom, puis à Yazd, dormir chez l'habitant se révèle une mission quasi impossible. «Les gens ne sont pas à l'aise pour vous recevoir», lui explique-t-on à plusieurs reprises. Antoine noue malgré cela des liens extrêmement chaleureux avec des êtres la plupart du temps ouverts, affables et souriants. À Qom, Saeed le reçoit chez ses parents. Puis Waheed l'emmène dans l'institut où il étudie l'anglais et, ne pouvant le recevoir chez son oncle pour le fameux dîner du ramadan — l'iftar —, lui présente ses amis. Ceux-ci, Mohammad et plusieurs jeunes filles, le convient alors à partager leur soirée au restaurant. Son étonnement surprend Mohammad : «On n'est pas en Afghanistan ni au Pakistan ou en Irak», rit-il. A Yazd, il prend le thé chez la tante de Massoul, un Afghan résidant en Belgique et venu visiter sa famille. Et c'est sur le chemin du retour qu'il rencontre Masoud, étudiant en droit international avec qui il partage, à Téhéran, le khoresht bademjân — ragoût de poulet aux aubergines — et chez qui il passe sa première nuit chez l'habitant en Iran.

Oceansize directed by Martin Jouandeau, Adrien Chartie, Gilles Mazières & Fabien Thareau (deut. st eng.)



In a station in the middle of the ocean, an expedition in the depth will reveal a giant creature.

J'irai dormir chez vous: Indonésie réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Indonésie:
Antoine débarque à Bali en Indonésie. Il délaisse vite la ville grouillante de scooters pour le centre de l'île! Avec son curieux attirail, le globe-squatteur fait une entrée remarquée dans le marché de Baturiti. L'ambiance est excellente, au point qu'un groupe de marchandes l'invite spontanément à prendre un café chez elles! Puis, il se fait surprendre par la pluie. Antoine demande l'hospitalité pour la nuit. Il découvre un adorable ensemble de foyers, un mini temple, des jardins verdoyants... et une grande famille dévorée de curiosité. Leur référence culturelle occidentale: Mr. Bean! Antoine se dirige ensuite sur Surabaya, la deuxième ville du pays après Jakarta. Il rencontre Stefan, un jeune businessman aux dents longues qui l'entraîne dans ses multiples rendez-vous avant de l'accueillir chez lui. Ensuite Antoine se rend en Papouasie Occidentale, à Wamena, dans le but de rencontrer des Papous. Certains se promènent en ville presque nus avec leur étui pénien. Il constate que les commerces sont tenus par les Indonésiens alors que les Papous vivent dans des conditions bien plus précaires. Au bord de la route, il aperçoit des femmes lavant des légumes dans la rivière. Elles se moquent gaiement de lui. Il les suit dans leur hameau. Formidable rencontre. Antoine découvre leur vie, leur chants et la coutume des doigts coupés. Il ressent aussi leurs contradictions. Celles d'hommes tiraillés entre leurs traditions et la modernité.

Masques réalisé par Jérôme Boulbès



Deux masques se font face. Ils flottent en l’air et sont entourés d’un nuage de bâtons. Ils se jaugent, se provoquent. L’un avance, l’autre recule. Ils se rapprochent, s’éloignent, se tournent autour... Hésitation. Défi! Un combat rituel commence dans lequel chacun prend à son tour l’avantage puis le perd. Un combat primitif, brutal, et ritualisé. Pour finir: la mise à mort et le partage de la dépouille. Un film dans la veine d'Éclosion, intrigant, peuplé de créatures imaginaires. Une aventure de plus dans le monde de Jérôme qui à chaque nouveau film nous montre une facette de son talent de tailleur de pierres numériques, ici en l'occurrence, c’est du bois.La réalisation du film fait appel a une technique de capture des mouvements d’un danseur, Nicolas Vladyslav, et fait du film une recherche sur le mouvement et sa création.
---
Two masks face each other, gazed at by a multitude of strange stares A signal is given, starts a dance, a ritual fight.

J'irai dormir chez vous: Nouvelle-Zélande réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Nouvelle-Zélande:
C’est sur la terre des Maoris, peuple polynésien autochtone de Nouvelle-Zélande, qu’Antoine entame son périple. Son but? Rencontrer ceux qui représentent une part importante de la culture et de l’histoire du pays. Première étape: Auckland. Antoine n’hésite pas à interpeller les gens dans la rue et à entamer des discussions en anglais. Rapidement, il constate que la prise de contact est compliquée dans les endroits d’affluence. «Souvent, c’est mieux d’aller là où ils habitent», remarque-t-il. Les passants s’étonnent de l’équipement de l’olibrius: «Que filmez-vous et pourquoi êtes-vous ici?» Ce dernier répond, amusé: «Vous.» Au détour des balades, il croise des ouvriers assis sur un banc, un personnage étrange au look improbable, puis un couple intrigué qui accepte de l’inviter dans son petit appartement. Ces deux fans de tatouages et d’animaux apprennent à Antoine qu’en Nouvelle-Zélande beaucoup d’hommes et de femmes ont des tatouages, appelés «moko», dans la pure tradition maorie.

Le lendemain, notre globe-trotteur se rend en voiture sur l’île du Sud. Le temps se détériore et il arrive en fin d’après-midi dans une petite ville où il ne trouve du monde que dans les bars! Naïvement, il engage une conversation en affirmant que la Nouvelle-Zélande est un des rares lieux sûrs de la planète. On lui rappelle gentiment qu’il y a eu le Rainbow Warrior, seul attentat perpétré par l’Etat français en Nouvelle-Zélande! Conscient de sa bourde et de son omission, Antoine plaisante: «Je n’étais pas impliqué dans cet événement!» Autres escales: Gisborne sur la côte Pacifique, où il croise beaucoup d’Occidentaux, puis Tatapouri, quasi désert.

L’inlassable voyageur finit son périple à Tolaga Bay, où il fait la connaissance de l’animateur de la radio locale Uawa FM. Grâce à lui, Antoine va enfin partager son temps avec des Maoris et découvrir certains de leurs loisirs et de leurs folklores.

Tolerantia directed by Yvan Ramadan



(WIKI) Tolerantia is 6 minute short animated film. It is the first 3D animated short film produced in Bosnia and Herzegovina. It was directed and produced by Ivan Ramadan independently. The film is about intolerance between people.

The film has been awarded with "Heart of Sarajevo" award for the best short film at 14th Sarajevo Film Festival. It has won the Prix UIP award which automatically nominated the film for 2008 European Film Academy Awards. The film has been screened as part of official selection of about 30 festivals around the world so far.

The hero of the story awakes after a long sleep, at the end of the last ice age. His reasoning is not something you should be envious of, but he is capable of starting something big...

Big Catch directed by Moles Merlo



Un requin tente de dévorer un pêcheur. Mais tel est pris qui croyait prendre...
---
In this cute little short film by Parisian director Moles Merlo, a fisherman trundles up to the end of a pier and tries to catch some fish. Unbeknown to him, a predator is looking to make a meal of him. Hilarity ensues. There’s even a nod to James Cameron’s Titanic at the end.

J'irai dormir chez vous: Finlande réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Finlande:
Antoine se rend en Finlande, en plein hiver. Première étape: Rovaniemi, ville située au coeur de la Laponie, sous le Cercle Arctique.

Dans l'imaginaire collectif, cette région mystérieuse du nord de l'Europe est le théâtre des aurores boréales et du soleil de minuit. C'est surtout ici que se trouve le village du Père Noël. Mais ce dernier ne semble pas enchanté à l'idée d'accueillir un voyageur bardé de caméras.

Le soir de Noël, Antoine erre dans les rues désertes, quelques cadeaux sous le bras. Il croise une jeune fille, Henna, et lui demande s'il peut rencontrer ses parents. La situation est délicate mais l'accueil sera surprenant.

Deuxième étape: Veskoniem, un hameau situé tout au Nord de la Finlande. Il n'y a qu'un lampadaire et à trois heures de l'après-midi, il fait déjà nuit noire.

Sa petite lampe à la main, Antoine déambule dans l'obscurité à la recherche d'une maison accueillante. Il repère une petite maison de bois où quelques personnes continuent de fêter Noël...

Dernière étape: Helsinki, capitale de la Finlande. C'est le réveillon de la Saint Sylvestre. La soirée commence mal pour Antoine. Il fait froid, il pleut et le voyageur n'a même pas une bouteille de champagne...

Tarboy directed by James Lee



Arising from the tar pit where millions of robot slaves were banished to death, the Tarboy seeks out revenge on the realm’s corporate rulers.

J'irai dormir chez vous: Portugal réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Portugal:
Antoine débute son périple par Lisbonne, plus précisément la vieille ville, desservie par le fameux tramway. Il y fait la connaissance de Maria, qu'il accompagne à son cours d'ébénisterie. Elle l'invite ensuite à manger chez elle et sa famille.

Dans la région montagneuse qui borde l'Espagne, la petite ville d'Idanha-a-Nova semble calme et Antoine ne croise personne. C'est dans un café qu'il rencontre Diogo, personnage haut en couleurs qui "déroge au Vendredi Saint". Ils partagent un repas bien arrosé.

Diogo l'héberge pour la nuit et... la journée du lendemain commence à l'eau de vie! Aux Açores, sur l'île de Pico, Antoine retrouve, dans un hameau, une famille croisée dans l'avion. Sebastao et sa femme, propriétaires d'un café, acceptent de l'héberger pour la nuit...

VIiola: The Travelling Rooms of a Little Giant directed by Shih-Ting Hung



Seven-year-old Viola packs a suitcase and climbs a floating staircase into the sky. She soon discovers that her journey will unite her past, present, and future into a fanciful adventure, part life and part dream.

J'irai dormir chez vous: Polynésie française réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Polynésie française:
Antoine commence son périple à Bora Bora, l'île la plus touristique de la région. Entre les plages somptueuses et les hôtels de luxes, Antoine fait la rencontre d'une famille qui vit dans des baraques. La belle vue qu'ils avaient sur le lagon a disparu. Un hôtel sur pilotis a été construit juste devant chez eux. A la nuit tombante, Antoine part à la pêche sur le bateau du gendre de la famille. Le pêcheur aura la main heureuse. A Papeete, la série est passée à la télévision et semble avoir été bien suivie. Beaucoup de gens reconnaissent le globe-squatteur et l'invitent spontanément chez eux. Difficile dans ces conditions d'avoir des contacts authentiques ! Antoine s'envole alors pour l'île de Nuku Hiva, aux Marquises. Il décide de s'éloigner du village afin de rencontrer des gens plus isolés. Le petit scooter qu'il trouve est en mauvais état. Le voyage se termine au bord d'une piste perdue tout au nord de l'île. Heureusement, comme tous les Polynésiens, les Marquisiens sont très hospitaliers. Antoine termine son voyage dans une famille drôle mais surtout très attachante...

Going Green directed by Thiago S. Aranha



In una caotica città dove non esistono più esseri umani ma macchine che scorrono rumorosamente ad un incrocio, un semaforo un giorno si scontra con un albero e il suo destino cambierà.
---
In a chaotic city where there are no longer human beings but machinery running noisily at an intersection, a traffic light one day collides with a tree and his destiny will change.

J'irai dormir chez vous: Israël réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Israël:
Sac au dos, Antoine de Maximy sillonne les terres israéliennes en quête de nouvelles rencontres. L’objectif du voyage reste inchangé pour l’insatiable globe-trotteur harnaché de ses caméras à l’épaule et déportée : passer la nuit chez les autochtones et partager leur quotidien.

Attentats suicides, conflits armés, incertitudes politiques… le climat israélien n’est pas des plus calmes. En marge des représentations médiatiques, Antoine de Maximy préfère prendre lui-même la température.

La spontanéité du bourlingueur déroute les habitants à maintes reprises, mais sa technique d’approche est infaillible : « Le temps que je passerai ici dépendra de vous. Si vous m’invitez, je resterai. » Mais qui, de Sarah, Moshé, Benyamin, Gil, Shirley ou Amos, lui offrira l’hospitalité?

Fidèle à son habitude, le globe-trotteur amorce son périple par la visite d’un lieu touristique. Au coeur de la ville sainte de Jérusalem, il part à la rencontre de juifs orthodoxes. Un défi d’autant plus périlleux qu’il les aborde un vendredi, jour de shabbat. La bonne humeur nonchalante d’Antoine n’y change rien : la communauté religieuse reste hostile à l’égard de ce curieux voyageur.

Cette austérité contraste avec l’insouciance des Telaviviens. La capitale affiche la plus grande concentration de jeunes du pays. Dans cette métropole en effervescence, les rencontres se multiplient et les langues se délient.

Au village musulman de Tamra, près de la vallée du Jourdain, le promeneur est confronté à la barrière du langage. Face à l’impossible communication, il quitte cet endroit reculé pour se rendre dans un kibboutz, communauté agricole israélienne fondée sur le principe de la propriété collective.

Après un court passage dans un site trop touristique à son goût, Antoine s’aventure dans une ferme isolée, à la limite des territoires autonomes palestiniens.

Mais la vie en communauté traditionnelle a disparu. Le globe-squatteur se console chez Amos, qui se trouve être… juif orthodoxe. De l’hostilité à l’hospitalité, la frontière est parfois mince.

Infection réalisé par Vincent Dobbel, Mathieu Morel & Jérôme Ponzevera (fr. st eng.)



Gérant d’une station service isolée, Walter isolated participe à un concours d’autodéfense, attiré par le premier prix. Ce concours consiste à se défendre contre les assauts des agents qui évaluent les réflexes à coups de paint-ball. Walter échoue sans cesse. Démoralisé, il accepte l’aide proposée par son jeune employé...
---
Manager of an isolated service station, Walter attracted by the first prize, participate to a self-defense contest. This contest is to defend against the agents that assess reflex paintball shots. Walter always fails. Demoralized, he accepts the help offered by his young employee...

Saturday, 16 March 2013

J'irai dormir chez vous: Bolivie / Pérou réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Bolivie / Pérou:
Antoine commence son voyage en Bolivie un samedi soir à La Florida, quartier branché de La Paz: la fête est dans la rue, aux sons des autoradios ou même d’un concert de rock évangélique. Puis, Antoine est victime d’une tentative de vol par une femme prétendant être de la police: Antoine connaît l’arnaque et résiste, avant que n’arrivent de vrais policiers; il se retrouve alors dans une position inconfortable au commissariat, celle du délateur. Et finalement, le filmeur devient filmé ! Pas moins de six chaînes de télévision surgissent pour l’interviewer.

Le lendemain, cap sur Rurrenabaque, bourgade dans la jungle amazonienne. A cause des interviews télévisées, il est reconnu dans la rue, mais ses habitants sont extrêmement accueillants. De retour à La Paz, Antoine apprend que des individus, liés à la fausse policière, le recherchent.

Il décide alors par précaution de se rendre au Pérou, sur l’île de Taquile, en plein lac Titicaca. S’il y est difficile de se faire inviter chez des gens sachant qu’ils vivent tous du tourisme, il parviendra cependant à dormir chez l’habitant. Il va se rendre compte que la modernité s’impose de plus en plus, y compris dans les logis les plus sommaires.

Qub réalisé par Guillaume Arvieu, William Boucher, Alexandre Colchen & Hugo Debat-Burkarth



Dans un futur proche, un vieil homme entend bien faire "tourner le monde plus rond" en créant une toute nouvelle forme de vie. Une illustration des espoirs et déviances que peut engendrer la science...

J'irai dormir chez vous: Madagascar réalisé par Antoine de Maximy



J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Madagascar:
Le périple d'Antoine commence par le marché d'Ambositra, au centre du pays.

Située dans la partie la plus occidentale de l'Océan Indien, Madagascar est la plus grande île d'Afrique de l'est. Le périple d'Antoine commence par le marché d'Ambositra, au centre du pays. Puis, il se rend sur la petite île de Nosy Be, où il rencontre Coretta, qui le reconnaît dans la rue grâce à la diffusion de l'émission sur une chaîne locale ! Enfin, Antoine emprunte, à Fianarantsoa, la dernière ligne de train en activité de l'île. Avant de rejoindre la mer, il décide de s'arrêter dans une région de forêts et de cultures dépourvue de pistes. Mais il se retrouve face à des gens qui ne le comprennent pas...

Red Rabbit directed by Egmont Meyer



A man lives alone in a small apartment. The little contact he had with other people has dropped to zero since the rabbit appeared. Every attempt to get the rabbit out of his apartment has failed and since he is not sure whether or not pets are allowed in the building, he does not let anybody enter his apartment.

Friday, 15 March 2013

Banana Split directed by Kelly Saxberg & Ron Harpelle



The banana is the cheapest fruit you can buy in Canada at any time of the year and Canadians eat approximately 3 billion bananas a year. In Canadian supermarkets bananas account for over 10% of total sales in the produce section and 1% of total sales. All this despite the fact that the nearest plantation is 5000 kilometres away and the banana is the most perishable fruit on our store shelves. Banana Split takes the viewer on a journey that begins with the hustle and bustle of a fruit market in Thunder Bay, Ontario and ends up with an examination of the daily challenges of life in Honduras. In addition to being a popular fruit in Canada, bananas are used as a staple food in more than 100 tropical and sub-tropical countries.

In the developing world, bananas rank behind rice, wheat and corn as the most important staple food crops. Filmed in Canada, the United States, Honduras and France, Banana Split explores the North/South split between Canadian consumers and the people whose lives revolve around the "curvaceous fruit from the herbaceous plant."
---
Banana Split is the 2005 award winner for the "Best Feature Length Documentary" at the Latin America Environmental Media Festival in New Orleans, and it is also the 2004 winner of the Canadian International Development Agency's Deborah Fletcher Award of Excellence in Filmmaking on International Development. In addition, Banana Split was honoured by being included in the 2003 Ökomedia – International Environmental Film Festival travelling tour of Germany and by being selected for the Travelling World Community Film Festival. Banana Split is also a core element in the Global Education Network's teaching module on bananas. Teachers can follow the links below to find a Global Education curriculum developed for the Ontario grade 12 Canadian and World Issues course. For the English version of this module see "Bananas Unpeeled" and for the French version see Les Bananes Toutes Crues. These modules and Banana Stories/Histoires de Bananes can also be used by anyone interested in using the banana as point of discussion for globalization and related topics.

J'irai dormir chez vous: Royaume-Uni réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Royaume-Uni:
Il est parfois plus facile de s’inviter à dormir chez des gens du bout du monde que chez ses propres voisins…

Après avoir parcouru les endroits les plus improbables de la planète, Antoine de Maximy se rend au Royaume-Uni. Direction : Londres.

Le contact est difficile: il fait froid, il pleut et les Londoniens se montrent méfiants vis-à-vis de ce drôle de touriste. Mais Antoine ne se décourage pas et parvient à se faire inviter chez un vigile, pour un thé au lait so british.

Autre environnement mais ambiance toujours aussi glaciale et pluvieuse au pays de Galles. Là-bas, dans un bar, Antoine parvient à engager la conversation le temps d’un jus d’orange.

Il se rend ensuite à Liverpool. Pas de chance, l’équipe de football des Reds a battu Manchester United en début d’après-midi et la population a déjà largement commencé à arroser cette victoire. Difficile d’établir un contact dans ces conditions!

La rencontre tant attendue aura finalement lieu dans le Grand Nord écossais. Antoine frappe à la porte d’une famille de hippies new age, tendance gothique. Ils seront les seuls à accepter qu’il reste dormir chez eux…

Katedra (The Cathedral) directed by Tomasz Bagiński



(WIKI) Katedra - krótkometrażowy film animowany z 2002 roku, stworzony przez Tomasza Bagińskiego w 3ds max, oparty na opowiadaniu Jacka Dukaja pod tym samym tytułem.
---
The Cathedral (Polish: Katedra) is the title of a science fiction short story by Jacek Dukaj, winner of the Janusz A. Zajdel Award in 2000; and of a 2002 short animated movie by Tomasz Bagiński, based on the story, made in 3ds max . The film was nominated in 2002 for the Academy Award for Animated Short Film for the 75th Academy Awards. The movie won the title of Best Animated Short at Siggraph 2002 in San Antonio as well as several other awards.

The film focuses on a man who visits a mystical, organic building that looks like a medieval cathedral. As he walks through the immense structure, the light from his torch falls upon the pillars, revealing human faces. The viewer later realizes that the faces are still alive, as several smile and open their eyes as the man walks past them. The building's nature is partially unveiled at sunrise as the blinding light enchants the visitor and causes organic branch-like structures to burst from his chest. These protrusions then become another set of pillars in the building.

J'irai dormir chez vous: Émirats arabes unis réalisé par Antoine de Maximy



J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Émirats arabes unis:
Antoine de Maximy parcourt les Emirats arabes unis. Ce pays, situé à l’extrémité est de la péninsule arabe, s’est ouvert récemment au tourisme et au reste du monde. Les traditions ont gardé toute leur force. Antoine va donc être confronté à de nombreux problèmes culturels. Tout d’abord, il n’est pas courant d’inviter un étranger dans sa maison. De plus, on ne présente jamais sa femme, et rarement ses enfants. Antoine commence son voyage par la station balnéaire Khor Fakkan. Mais pour l’instant, sur les plages, on ne voit que des hommes en tenue traditionnelle et des femmes intégralement voilées.

Blackface: The Sacred Legend directed by Amine El Faqir, Bertrand Carrière, Clément Vitroly & Nicolas Salsedo



When human idiocy is allowed to run its course, the only course it runs is a vicious circle that’s hard to escape from. ‘Black Face The Sacred Legend’, tells the story of a white colonial hunter in pursuit of a sacred monkey in the heart of an Indian jungle. He chances upon a sadhu, a wise man, who warns him of the impending danger on killing the creature. Disregarding caution, the hunter impinges on sacred territory, shoots the monkey and suddenly finds him turning into a monkey running around in Karmic circles.

The seven minute film has been directed by Bertrand Carriere, Mohamed Amine El Faqir, Nicolas Salsedo and Clément Vitroly, students at ESMA School of Arts (Ecole Supérieure des Métiers Artistiques), one of the most reputed art schools in France. It has already won three awards since it started its festival run, bagging Best Graduation Movie at Multivision Festival (Russia), Best Film at Ismailia Festival (Egypt) and Best Animated Short Film (Student) at the Red Stick Animation Festival.

J'irai dormir chez vous: Éthiopie réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Éthiopie:
Première étape: Lalibela, au nord de l’Ethiopie. Appelée également ‘Jérusalem noire’, la ville abrite une dizaine d’églises creusées d’un seul bloc dans la roche. Antoine rencontre un jeune garçon prénommé Andebet qui l’invite chez lui et lui présente ses nombreux frères et soeurs. L’accueil est enthousiaste et chaleureux mais Antoine passe une nuit très inconfortable ! Toute la famille dort dans un abri de branchages.

À Addis-Abeba, il cherche à se faire inviter dans les quartiers riches. Sa démarche amuse mais elle déroute trop pour qu’il se fasse accepter. Plus loin, il rencontre deux jeunes étudiantes qui cherchent à quitter le pays. Elles lui déclarent énergiquement leur flamme et le présentent à leur famille.

Antoine termine son périple dans le sud de l’Ethiopie, tout près du Kenya. Il se dirige d’abord chez les Mursis, célèbres pour leur plateau dans la lèvre inférieure. Pour cette particularité, ils font l’objet de la curiosité de nombreux touristes, ce qui a gâté les rapports humains. Antoine loue une moto et fait route vers le territoire des Hamers, une ethnie moins courue par les touristes. Mais, après une centaine de kilomètres, il tombe en panne dans la savane. Il sera hébergé dans un hameau où l’accueil va s’avérer des plus agréables.

J'irai dormir chez vous: Roumanie réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Roumanie:
Située à deux heures d'avion de Paris, la Roumanie reste un pays peu connu. Armé de son seul instinct et avec ses caméras pour témoins, Antoine de Maximy compte bien tester l'hospitalité des Roumains, intégrés à l'Union européenne dans un mois.

Le château de Dracula! Il y a sans doute plus romantique comme destination pour un premier séjour en terre roumaine. C'est pourtant là qu'Antoine de Maximy a décidé de promener son baluchon.

Mais la ville de Bran est décidément trop touristique pour Antoine qui part en quête d'authenticité dans la campagne transylvanienne. Auprès des paysans, sympathiques et rieurs, les deux caméras se révèlent un moyen efficace pour nouer le contact.

Après s'être fait servir un verre d'alcool local, Antoine s'essaie à sa spécialité: "taper l’incruste". Les fermiers acceptent. Le téléspectateur est alors témoin d'une scène surprenante : hilare au début, l'hôte d'Antoine se fait silencieux, puis se met à sangloter. Palpable, le sentiment de gêne pousse le globe-trotteur à quitter la maison.

Direction Bucarest où les déceptions s'accumulent. Seize ans après la chute du communisme, la capitale semble mélancolique. Les murs sont gris, les gens sont tristes et rendent rarement les "bonjours" d’Antoine. Quant aux miséreux qui font la manche ou dorment sur une bouche d'égout, ils sont légion.

Antoine de Maximy, qui a déjà visité des pays bien plus pauvres, est saisi par l'absence de sourires. Difficile dans ces conditions de s'inviter à dormir chez autrui. Tout juste parvient-il à dîner avec des personnes ravies… de l'éconduire sitôt le repas terminé.

À Rosiori de Vede, une ville du Sud encore plus triste que les précédentes, il joue de malchance. Un jour de marché, il y fait pourtant la connaissance de Cornel, un sympathique agent hospitalier. Comme 25 % de ses compatriotes, Cornel parle français: une aubaine pour Antoine qui n'a pas pris la peine de mémoriser un seul mot de roumain! Mais une fois chez Cornel, sa femme s'enferme dans la cuisine: pour dîner, les deux hommes devront aller au restaurant!

Ce n'est qu'à la fin de son périple, un peu plus loin dans la campagne de Valachie, qu'Antoine réussit à croiser une joyeuse famille, à faire la fête et à enfin dormir chez eux. Ouf!

J'irai dormir chez vous: Chine réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Chine:
La Chine, jusque là difficile d'accès pour les touristes, s'ouvre progressivement. Il est compliqué de se faire accueillir dans cet immense pays quand on ne parle pas la langue...

Antoine commence son voyage par la Grande Muraille, près de Pékin, et se fait de nouveaux amis dans une auberge. Il poursuit la soirée dans un appartement de la capitale où il apprend à faire des raviolis; ses hôtes lui offrent même leur lit.

Antoine se rend ensuite à Shanghai. La ville, d'apparence très moderne, est faite de contrastes: on trouve des ordinateurs dernier cri dans des cahutes en bois! Il y rencontre des jeunes "branchés" qui le prennent en charge. La soirée s'achève par une bataille de crème chantilly dans un restaurant.

Antoine termine son périple en pleine campagne. Une femme rencontrée dans les champs l'accueille, ce qui n'est pas du goût de sa grand-mère qui le chasse. Heureusement, d'autres paysans travaillent à proximité... A force de patience, Antoine réussit à demander l'hospitalité en chinois.

J'irai dormir chez vous: Belgique réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Belgique:
Antoine se rend en Belgique. Il va d’abord à Binche, située en Wallonie, tout près de la frontière française. Cette petite ville, dont il n’avait jamais entendu parler, vit toute l’année pour son carnaval. Mais Antoine doit se contenter d’une fête gothique.

À Anvers, ses caméras ne sont pas bienvenues dans le quartier des diamantaires. Antoine opte alors pour un squat de jeunes qui fabriquent un catamaran pour tenter un record en transatlantique.

Enfin, il va à la campagne, près de Spa, s’émerveillant devant un concours d’épouvantails puis se rassasiant à une fête du village. Ensuite, il s’invite chez d’anciens forains aujourd’hui sédentaires, qui ont conservé des moeurs machistes qui peuvent sembler d’un autre âge…

Thursday, 14 March 2013

J'irai dormir chez vous: Cambodge réalisé par Antoine de Maximy



J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Cambodge:
C’est reparti pour un voyage. Au Cambodge, cette fois-ci. Équipé d’un sac à dos et de ses deux caméras, Antoine de Maximy débarque seul sur les rives du Mékong, en pleine saison des pluies. Avec la ferme intention d’aller au plus près des gens. Loin des touristes et des sentiers battus.

Au gré de ses déplacements improvisés, Antoine de Maximy multiplie les rencontres étonnantes. Après un passage obligé à Siem Reap pour une courte visite des temples d’Angkor, c’est vers le lac Tonlé Sap qu’il se dirige.

Les villages de pêcheurs flottants constituent le décor. Là, une famille est en deuil. Antoine a la surprise d’être invité à la cérémonie des funérailles. Il passe la nuit sur place, au milieu des joueurs de cartes, dans une ambiance joyeuse. Les bouddhistes ne pleurent pas leurs morts.

Le lendemain, direction Battambang, une des plus importantes villes du pays, où il se rapproche d’une équipe de démineurs. Il aura la surprise de partager avec eux un élixir pour le moins surprenant: Un alcool de mygales macérées, fortifiant traditionnel qu’il faudra bien goûter pour honorer ses hôtes. Il trouve ensuite l’hospitalité dans un monastère, auprès de jeunes moines étudiants.

Cambodge Puis cap sur Ban Lung, près des frontières du Laos et du Vietnam. De là, c’est à moto qu’il décide d’atteindre un village reculé. A son arrivée, les villageois observent, curieux, souriants, silencieux et impassibles. c’est un instrument de musique qui détendra l’atmosphère.

Le temps s’arrête. Le périple d’Antoine aussi. Et avec, le récit in situ d’un Cambodge authentique. Une confrontation parfois déroutante. Souvent insolite.

Yes - Tales From Topographic Oceans



1.1 The Revealing Science of God (Dance of the Dawn) (20:25)
1.2 The Remembering (High the Memory) (20:38)
2.1 The Ancient (Giants Under the Sun) (18:35)
2.2 Ritual (Nous Sommes Du Soleil) (21:37)

J'irai dormir chez vous: Sud de la France réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Sud de la France:
Antoine de Maximy a vu du pays, c’est le moins que l’on puisse dire! Inde, Maroc, Chili, Australie, Roumanie… Il a visité les cinq continents à la rencontre des peuples du bout du monde.

Avec ses caméras, il a filmé les hommes et les femmes qu’il a rencontrés sur les bords du Gange, dans la médina de Fès, à Valparaiso ou dans le quartier des affaires de Sydney. Il a, à chaque fois, expérimenté l’hospitalité des autochtones à qui il ne demandait rien de moins que de… dormir chez eux!

Il lui restait pourtant un voyage à faire. Et un voyage absolument essentiel: la France! Charité bien ordonnée commence par soi-même… Comment les Français accueillent-ils leurs prochains ? Ouvrent-ils facilement leur porte à ceux qui les sollicitent?

Pour le savoir, Antoine de Maximy s’est rendu, dans une précédente émission, au Mont-Saint-Michel, en Alsace et dans le Limousin. Aujourd’hui, il s’envole pour le sud de la France. Direction Cannes, tout d’abord. Alors que le Festival international du film bat son plein, il cherche un hôte qui pourrait l’accueillir.

Après avoir tenté sa chance auprès d’un gardien du palais qui finit par l’éconduire, il rencontre un groupe de jeunes noceurs tout à fait disposés à lui faire une petite place dans l’appartement qu’ils louent pour quelques jours.

Lourdes, ensuite, est bien sûr moins festive. «Du monde, il y en a, constate notre baroudeur. Mais des gens disponibles, je n’en suis pas du tout convaincu. Et des gens qui ont envie de rire, je n’en suis pas convaincu non plus!» Il peine à s’inviter chez les Lourdais, et notamment chez le charcutier du marché, qui lui donne une fausse adresse.

Et la Corse? C’est ici finalement qu’Antoine de Maximy est le mieux reçu. Il déjeune chez un certain Jean-Yves, puis passe l’après-midi avec un berger qui, après lui avoir offert à dîner, accepte de le loger pour la nuit.