Saturday, 30 June 2012

Grand Designs - "The Lime Kiln House: Revisited" (from series 8) directed by John Silver



Grand Designs is a British TV series by Channel 4, covering unusual architectural house-building projects. The series is presented by Kevin McCloud and produced by Talkback Thames.

Kevin returns to see how Pru and Richard Irvine fared one-and-a-half years after they began building their bespoke home in the Midlothian countryside.

Friday, 29 June 2012

Grand Designs - "The Water Tower: 2nd Revisited" (from series 1 and series 2) directed by John Silver



Grand Designs is a British TV series by Channel 4, covering unusual architectural house-building projects. The series is presented by Kevin McCloud and produced by Talkback Thames.

Over ten years ago, as one of Grand Design's first projects, Andrew Tate and Deborah Mills found a site with a monstrous, dilapidated, 100 foot tall water tower on it. Unusually, they saw it as the perfect spot to build a contemporary family home and convert the old water tower into a seven-storey bedroom wing. Andrew is a commercial architect and so the modern new build went up in just four months, using fast-track methods alongside unconventional building materials. However, things were not so easy when it came to the three feet thick water tower: a doorway they expected to be made in two days, took two weeks. Kevin went back to see Andrew and Deborah three years after they had moved into their contemporary extension, but they had still made no progress on the water tower, and were living with minimal bedroom space. Now Kevin returns again to see if the water tower conversion has finally happened, and if their dream home has worked out just as they envisaged all that time ago.

Arena - Who Is Poly styrene? directed by Adam Low



1979 film portrait of the late New Wave singer-songwriter, Poly Styrene.

Thursday, 28 June 2012

Grand Designs - "House from Straw: Revisited" (from Grand Designs Abroad) directed by John Silver



Grand Designs is a British TV series by Channel 4, covering unusual architectural house-building projects. The series is presented by Kevin McCloud and produced by Talkback Thames.

Kevin McCloud returns to see the Sampson family in France.

Wednesday, 27 June 2012

Grand Designs - "A 21st Century Answer to the Roman Villa: Revisited" (from series 5) directed by John Silver



Grand Designs is a British TV series by Channel 4, covering unusual architectural house-building projects. The series is presented by Kevin McCloud and produced by Talkback Thames.

Six years after his first visit, Kevin returns to see how the O'Hare's fared with their split-level home cascading down a practically vertical hillside in Belfast.

Tuesday, 26 June 2012

Unzipped directed by Douglas Keeve



Unzipped is a 1995 documentary film, directed by Douglas Keeve. It follows fashion designer Isaac Mizrahi, Keeve's then boyfriend, as he plans and ultimately shows his fall 1994 collection. The film put such a rift in their relationship over Mizrahi's depiction that the two broke up over it.

There are appearances by supermodels Cindy Crawford, Naomi Campbell, Padma Lakshmi, Linda Evangelista and Kate Moss, as well as many other celebrities from the fashion world and beyond.

Les rouages de l'horlogerie suisse réalisé par Udo Vieth



De La Chaux-de-Fonds à Neuchâtel, Udo Vieth a rencontré les plus grands maîtres de l'horlogerie suisse : Ludwig Oechslin, qui a conçu un astrolabe intégré à une montre-bracelet ; les ingénieurs de chez Jaeger-LeCoultre, inventeurs d'un mouvement horloger qui pèse moins d'un gramme (composé de 98 pièces !) ; les chercheurs de l'observatoire de Neuchâtel qui élaborent des horloges astronomiques utilisées pour la navigation...

Grand Designs - "The Glass & Timber House: Revisited" (from series 7) directed by John Silver



Grand Designs is a British TV series by Channel 4, covering unusual architectural house-building projects. The series is presented by Kevin McCloud and produced by Talkback Thames.

Kevin returns to see whether Bill Bradley has completed the work on his two timber houses in south London.

Tuesday, 19 June 2012

Yi Yi réalisé par Edward Yang (中文 st fr.)



(Yi Yi;A One and a Two)是台灣導演楊德昌的代表作之一,是一部即刻劃出家庭親情及生命意義的電影作品。楊德昌也因本片獲得坎城影展最佳導演獎的殊榮。但是,雖然本片獲得無數獎項的肯定,卻因楊德昌對台灣電影的發行生態遭少數人把持的情況深感不滿,擔心會被草草上檔就此被犧牲掉,於是乾脆不上映[1]。至今,除台灣偶爾有部份影展有所放映之外,仍從未正式於電影院上映,亦未有發行過數位光碟[2]。

另外,中文片名直接書寫兩個「一」字則會變成「二」字,形成不同的意思;《一一》的英譯片名也饒富意味地翻譯成『A one and a Two』。
---
Yi Yi (Et un, et deux) (, Yi yi) est un film taïwanais du réalisateur Edward Yang, sorti en 2000. Il a rencontré un grand succès international et a été acclamé par la critique.

L'histoire se déroule à Taipei, Taiwan, et envisage sous 3 perspectives la vie de la famille Jiang: NJ, un homme d'affaires dans la quarantaine, Yang Yang, son fils de 8 ans, et Ting Ting, sa fille. Le film explore ainsi les différentes étapes de la vie de manière touchante et poignante. Les conflits émotionnels, la découverte du monde ou de l'amour sont ainsi mis en scène.

Monday, 18 June 2012

夢, yume (Rêves) réalisé par Akira Kurosawa (日本語 st fr.)



『夢』(ゆめ、英題:Dreams)は、1990年に公開された黒澤明による映画作品である。日本とアメリカの合作。黒澤は当初、合成場面は従来通り、すべて光学合成で行うつもりであったが、フランシス・フォード・コッポラの助言(「”コッポラ”と”天ぷら”食ってる時に」と黒澤本人は駄洒落を交えてうれしそうに語っていた)によりハイビジョン(デジタル)合成を本作で初めて導入している(鴉)。また特殊効果にはデンフィルム・エフェクトの中野稔やジョージ・ルーカスの視覚効果特撮工房ILMも参加協力した(日照り雨、赤冨士)。なお、本作で導入されたハイビジョン(デジタル)合成は『八月の狂詩曲』『まあだだよ』でも使われることになる。

「日照り雨」「桃畑」「雪あらし」「トンネル」「鴉」「赤冨士」「鬼哭」「水車のある村」の8話からなるオムニバス形式。黒澤明自身が見た夢を元にしている。各エピソードの前に、「こんな夢を見た」という文字が表示されるが、これは夏目漱石の『夢十夜』における各挿話の書き出しと同じである。

本作は現在入手可能なDVDでは、オープニングおよびクロージングのクレジットタイトルは英文字表記となっているが、日本の劇場公開時は当然、日本語表記であった。 なお日本語版にはスティーヴン・スピルバーグ提供とクレジットされているが、英語版にはない。

なお、アメリカのワーナー・ブラザーズが配給権を有しているために、現在国内で上映可能なプリントは東京国立近代美術館フィルムセンターに保存されている一本のみである。そのため黒澤映画の中では「デルス・ウザーラ」同様、国内でのフィルム上映の機会に恵まれない作品である。

日照り雨
突然の日照り雨。少年の私は母から「外へ出ていってはいけない。こんな日には狐の嫁入りがある。見たりすると怖いことになる」と言われるが…。

桃畑
姉の雛祭りに遊びに来た友人にお団子を運ぶ。友人は5人来たのに部屋には4人しかいない。姉は間違いだというが戸口に1人の少女が立っている。逃げる少女を追って桃畑に辿りつく…。

雪あらし
雪山で遭難した。3人の山仲間と共に3日間歩き続けたあげく幻覚に襲われる。朦朧とした意識の中で雪女が現れた…。

トンネル
一人の陸軍将校が戦地から戻り、人気のない山道を歩いているとトンネルに差し掛かる。そのトンネルから犬が出てきて威嚇してきた。犬に怯えながらも無事にトンネルを出られたが…。


ゴッホはどこにいるのか。ゴッホの絵画を見ているとその絵の中でゴッホを探していた。彼は「カラスのいる麦畑」にいた…。

この章では、ショパン「雨だれの前奏曲」が使用されている。

赤冨士
大勢の人々が逃げ惑っている。何があったのかわからない。目の前では赤く染まった富士山が大噴火を起こしている。原子力発電所が爆発したという。目の前に迫る色のついた霧は着色された放射性物質であった…。

鬼哭
霧が立ち込める荒野を歩いていると後ろから誰かがついてくる。1本角の鬼である。彼は昔人間だったが核汚染でこの世界は荒野と化し、彼は苦しみに苛まれるという…。

水車のある村

撮影に使われた大王わさび園水車小屋

旅先で、静かな川が流れる水車の村に着く。壊れた水車を直している老人に出会い、この村人たちが近代技術を拒み自然を大切にしていると説かれ、興味を惹かれる。老人の初恋の人であった老婆の葬式が行われた。村人は嘆き悲しむ代わりに、良い人生を最後まで送ったことを喜び祝い行進するのであった。

この章は長野県の大王わさび農場で撮影された。
---
Rêves (Yume) est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa et Ishirô Honda, sorti en 1990.

Réalisé en 1989, ce film est composé de 8 courts-métrages, 8 « rêves-cauchemars » d’Akira Kurosawa lui-même. La structure du film est ainsi celle du film à sketches qui se compose de :

1- Soleil sous la pluie: Toshihiko Nakano ("Moi" à 5 ans), Kiku No Kai Dancers (les renards) 2- Le verger aux pêchers: Mitsunori Isaki ("Moi" jeune garçon") ; Misato Tate (la fée des pêchers) 3- La tempête de neige: Akira Terao ("Moi") ; Mieko Harada (la fée des neiges) 4- Le tunnel: Akira Terao ("Moi") ; Yoshima Zushi (soldat Noguchi) 5- Les corbeaux: Akira Terao ("Moi") ; Martin Scorsese (Van Gogh) 6- Le mont Fuji en rouge: Akira Terao ("Moi") ; Hisashi Igawa (l'ingénieur) 7- Les démons rugissants: Akira Terao ("Moi") ; Chosuke Ikariya (le démon) 8- Le village des moulins à eau: Akira Terao ("Moi") ; Chishu Ryu (le vieillard)

Chaque court-métrage, plus ou moins long, met donc en scène un rêve de Kurosawa, soit quand il était enfant, soit à l'âge adulte: on pénètre ainsi dans l'intimité profonde du maître. Il nous expose ses peurs: la guerre, l'arme atomique, l'industrie du nucléaire, la pollution de la planète; mais aussi ses passions: la peinture de Van Gogh (avec un Martin Scorsese méconnaissable dans le rôle du peintre), la nature (notamment les arbres), les fées et autres personnages fantastiques...

Saturday, 16 June 2012

El Espíritu de la colmena (L'Esprit de la ruche) réalisé par Víctor Erice (esp. st fr.)



El espíritu de la colmena es una película española dirigida por Víctor Erice.

La película está ambientada en tierras castellanas nada más terminada la Guerra Civil. En ese pueblo se proyecta la película: El doctor Frankenstein.
---
L'Esprit de la ruche (El Espíritu de la colmena) est un film espagnol réalisé par Víctor Erice, sorti en 1973. Ce film date des débuts d'Erice, et est considéré comme l'un des chefs d'œuvre du cinéma espagnol1. Il a été réalisé durant les dernières années de la dictature de Francisco Franco. L'action se déroule dans les années 1940, et le film critique subtilement l'Espagne d'après la guerre civile.

Le film tourne autour d'une petite fille nommée Ana, et de sa fascination pour le film d'horreur américain datant de 1931 Frankenstein. Le long-métrage explore également sa vie familiale et scolaire. Le film a été décrit comme « un portrait envoûtant de la vie intérieure d'un enfant tourmenté ».

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Dans les années 1940, la projection du film Frankenstein dans un village perdu du plateau castillan va impressionner deux petites sœurs. Si pour Isabelle l'énigme se résout par un jeu de l'imagination, pour Anna au contraire le monstre existe et elle se met à sa recherche…

Ana, qui est âgée de 6 ans, est une petite fille timide, qui avec ses parents Fernando et Teresa, ainsi que sa grande sœur Isabel, dans un manoir d'un village isolé du plateau castillan. Le film se déroule en 1940, et la guerre vient juste de se terminer avec la victoire des franquistes sur la Seconde République espagnole. Son père vieillissant passe la plupart de son temps à tenter d'écrire à propos de ses abeilles ; sa mère, qui est bien plus jeune, est absorbée par ses rêveries dédiées à un amant éloigné, à qui elle envoie des lettres. On ne voit jamais la famille entière réunie dans un même plan du film. La camarade la plus proche d'Ana est sa grande sœur Isabel, qui l'aime mais ne peut pas s'empêcher de s'amuser de son ingénuité.

Au début du film, un cinéma ambulant amène le film Frankenstein au village, et les deux sœurs vont le voir. Ana trouve le film plus intéressant qu'effrayant, tout particulièrement la scène où le monstre de Frankenstein joue avec une petite fille, avant de la tuer accidentellement. Ana demande à sa sœur « Pourquoi a-t-il tué la fille, et pourquoi est-ce qu'ils le tuent après ça ? ». Isabel dit à sa sœur que le monstre n'a pas tué la petite fille, et qu'il n'est pas vraiment mort. Elle lui dit que tout est faux dans le film. Isabel explique que le monstre est tel un esprit, et qu'Ana pourrait même lui parler en fermant les yeux et en disant « C'est moi, Ana ».

La fascination d'Ana pour cette histoire ne fait qu'augmenter lorsqu'Isabel lui parle d'une bergerie abandonnée, où elle prétend que le monstre de Frankenstein habite. Ana retourne plusieurs fois seule à la bergerie pour le chercher, mais ne trouve rien d'autre qu'une large trace de pas. Un jour, alors qu'elles sont au manoir dans des pièces différentes, Isabel pousse un hurlement depuis l'autre bout de la maison. Ana vient pour voir ce qui se passe, et trouve Isabel parfaitement immobile sur le sol, feignant d'être morte. Ana sort chercher de l'aide, mais ne trouvant personne, elle revient dans la pièce, qui est alors vide. Isabel la surprend alors par derrière, l'effrayant en lui attrapant le visage avec ses mains glissées dans les gants d'apiculteur du père. Cette nuit-là, Ana s'échappe de la maison et regarde le ciel avant de fermer les yeux.

Dans la scène suivante, on voit un soldat républicain fugitif sauter hors d'un train en marche, et se réfugier dans la bergerie abandonnée.

Ana trouve le soldat qui se cache dans la bergerie. Plutôt que de s'enfuir terrifiée, elle lui donne sa pomme, puis revient et lui donne le manteau de son père, ainsi que la montre qui était dans sa poche. Cette amitié étrange et sans parole prend fin très rapidement, lorsque la police franquiste vient durant la nuit, trouve le soldat républicain et lui tire dessus. La police fait rapidement le lien entre le fugitif et le père d'Ana, et supposent alors qu'il lui a volé ces affaires.

Durant un souper, le père ouvre sa montre qui se met à faire une petite musique. Il remarque alors l'expression pétrifiée d'Ana, et comprend que c'est elle qui a aidé le soldat. Lorsqu'Ana retourne lui rendre visite à la bergerie, elle découvre qu'il a disparu, et qu'il y a des taches de sang au sol. Son père arrive alors qu'elle regarde le sang, et elle s'enfuie.

Elle erre seule la nuit dans les bois, et trouve un champignon vénéneux, dont son père lui avait déjà expliqué qu'il tuerait quiconque tenterait de le manger. On la voit le toucher, puis dans une scène suivante, Ana a une vision du monstre de Frankenstein alors qu'elle regarde son reflet dans l'eau. Il la regarde avec une grande tristesse dans le regard, puis, comme dans le film de 1931, il s'agenouille à ses côtés alors qu'elle regarde l'eau. A ce moment, on voit Teresa lire et brûler une lettre, signifiant la fin de son aventure avec son amant.

La famille est très inquiète de la disparition de la petite Ana, et la battue permet finalement de la retrouver le lendemain matin, intacte. Mais elle se replie sur elle-même, refusant de parler à sa famille ou de manger. Le docteur assure à la mère qu'elle oubliera petit à petit le choc émotionnel qu'elle vient de vivre. On voit ensuite Teresa mettre une veste sur les épaules de Fernando alors qu'il s'est endormi à son bureau.

À la fin du film, Ana se souvient de ce qu'Isabel lui a raconté sur la façon d'appeler le monstre, elle se lève du lit, se dirige vers la porte-fenêtre et ferme les yeux.

Wednesday, 13 June 2012

Jalsaghar (Le salon de musique) réalisé par Satyajit Ray (ben. st fr.)



Le Salon de musique (Jalsaghar en bengali) est un film indien. C’est le quatrième long métrage du cinéaste bengali Satyajit Ray. Il a été réalisé en 1958.

Ce film se distingue par d’excellentes séquences de musique classique hindoustanie, vocale et instrumentale, ainsi que par des scènes de danse classique. La bande originale est de Vilayat Khan (bien que le générique de la version de Sony Pictures Classics mentionne par erreur Ravi Shankar comme compositeur). De nombreux artistes éminents apparaissent au cours du film, parmi lesquels on peut citer Begum Akhtar (premier chanteur, parfois annoncé comme Akhtari Bai), Roshan Kumari (danseuse de kathak), Ustad Bismillah Khan et son groupe, Waheed Khan (joueur de surbahar), et Salamat Ali Khan (second chanteur, joueur de khyal, parfois annoncé comme Salamat Khan). Raconté avec un sens du détail et de l’empathie typiques des films de Ray, Jalsaghar a reçu de nombreux éloges dans le monde entier (par exemple celui de Bosley Crowther dans The New York Times ou celui de Derek Malcolm dans The Guardian). Il est analysé dans le second volume de Roger Ebert, Great Movies, comme un film décisif du cinéma mondial.

Inspiré du roman éponyme de Tarashankar Bandopadhyay, le film est une étude détaillée et dramatique des derniers jours d’un zamindar (un propriétaire terrien semi-féodal du Bengale). Ce film raconte le déclin d’un aristocrate de la caste des Zamindars, propriétaire terrien et mécène. Imbu de la noblesse de ses origines, il sacrifiera sa fortune et sa famille pour sa passion pour les arts en donnant des réceptions ruineuses dans son salon de musique.

Андрей Рублёв, Andrey Rublyov (Andreï Roublev) réalisé par Andreï Tarkovski (pyc. st fr.)



«Андрей Рублёв» — историческая кинодрама Андрея Тарковского, снятая в 1966 году на киностудии «Мосфильм». Первоначально картине предполагалось дать название «Страсти по Андрею». Приз ФИПРЕССИ Каннского кинофестиваля (1969).
---
Andreï Roublev (russe : Андрей Рублёв, Andrey Rublyov), est un film russe d'Andreï Tarkovski, tourné en 1966 et sorti en 1969.

Le film retrace en huit tableaux la vie du moine russe et peintre d'icônes Andrei Roublev, entre 1400 et 1423.

Tuesday, 12 June 2012

Chang hup the gi tril nung (Voyageurs et Magiciens) réalisé par Khyentse Norbu (bhut. st fr.)



Voyageurs et Magiciens (Chang hup the gi tril nung) est un film bhoutanais et australien, réalisé par Khyentse Norbu, sorti en 2003.

Pour Dondup, il n'est pas question de passer le reste de sa vie comme fonctionnaire dans un minuscule village des montagnes du Bhoutan. Il rêve de partir faire fortune aux États-Unis. Pour cela, il ne lui manque qu'un visa, qu'il doit aller chercher dans une lointaine grande ville. Contraint de s'y rendre à pied, Dondup chemine avec un vendeur de pommes et un moine qui, jour après jour, lui conte l'histoire de Tashi, un jeune fermier qui lui aussi, voulait coûte que coûte changer sa vie, mais vit ses plans modifiés par une rencontre amoureuse. Lorsqu'un marchand et sa très belle fille se joignent aux marcheurs, la fable du moine prend une dimension aussi étrange que fascinante. Cette histoire de désir, d'ambition et de meurtre trouve soudain chez Dondup un écho qui va changer son destin...

Sunday, 10 June 2012

La carafe en toute transparence réalisé par Christophe Tifaine



Conçue par le designer Pierre Charpin en 2005, la carafe Eau de Paris s’est imposée comme une référence parisienne et un objet de design pour une eau de qualité. Découvrez la conception de cette carafe fabriquée à partir de recyclable et les 3 nouveaux modèles sérigraphiés.

Тени забытых предков (Les Chevaux de feu) directed by Sergueï Paradjanov (pyc. st fr.)



«Те́ни забы́тых пре́дков» — художественный фильм по мотивам одноименной повести Михаила Коцюбинского, «Киностудия им. А. Довженко», 1964. Прокат (1964) — 8,5 млн зрителей

Два гуцульских рода враждуют многие годы. Среди озлобленности и мести зарождается чистая, светлая любовь Ивана и Марички, относящихся к враждующим родам. Иван вынужден был уйти на заработки, в это время Маричка гибнет в речной пучине. Иван пытается забыть любимую, но у него это не получается. Не помогает и женитьба на красивой Палагне. Только в предсмертном бреду Иван вновь обретает своё счастье.
---
Les Chevaux de feu (en ukrainien Тіні забутих предків ou en russe Тени забытых предков ce qui pourrait se traduire par Les ombres des ancêtres disparus) est un film de fiction soviétique de Sergueï Paradjanov, réalisé en 1964.

L'action se situe dans un village houtsoule dans les Carpates ukrainiennes à une époque inconnue.

Après la messe (la religion orthodoxe est présente tout au long du film), le père du jeune Ivan se bat avec un homme qui le tue. Le sang envahit l'écran ainsi que l'ombre de chevaux rouges en plein galop. Ivan se lie avec Maritchka, la fille de l'homme qui a tué son père.

Devenus adultes, les deux amoureux décident de se marier malgré la haine des deux familles. Mais Ivan doit d'abord aller travailler à l'alpage et demande à Maritchka de l'attendre. Mais une nuit, celle-ci n'en peut plus et part rejoindre celui qu'elle aime. Malheureusement, elle tombe dans un ravin et se tue. Ivan devient très solitaire, bourru et malade.

Il décide après une longue période de recommencer sa vie en se mariant avec Palagna. Bonheur de courte durée, car Youra, le sorcier du village, envoûte sa femme. Dans une taverne, les rivaux se rencontrent et se battent, Ivan reçoit un coup de couteau. Il déambule jusque dans la forêt où il finit par mourir à son tour.

Thursday, 7 June 2012

Architectures: la saline d'Arc et Senans directed by Stan Neumann & Richard Copans



Saltworks of Arc-et-Senans built by Claude-Nicolas Ledoux in the 18th century an architectural utopia that was a reference to the greatest architects Modern, with Gropius and Le Corbusier ...

The Saline of Arc built between 1775 and 1779 represents a revolution in architecture, a decade before the Revolution itself. Ledoux wants to reinvent architecture, as Rousseau wants to reinvent the social contract by returning to sources, "natural principles"

Sunday, 3 June 2012

How Buildings Learn - part 6 “Shearing Layers” directed by James Muncie



part 6 “Shearing Layers”

What happens when users take over a building? Which buildings work and which don’t?

In the 1990s Stewart Brand spent six years working on the book How Buildings Learn, looking at what's happened once architects move on and users take over the building.

The subsequent six-part BBC series, presented and co-written by Stewart Brand, directed by James Muncie, with music by Brian Eno, took his call for evolutionary design to our screen.

In part one of the series (watch it below) Brand ranges around the world looking at problems with famous buildings – ranging from leaking roofs on Frank Lloyd Wright buildings, to Bibliothèque nationale de France in Paris, where the trademark glass towers proved too hot for the books inside.

He asserts: "One of the main problems is that architects and their clients often concentrate more on the look of the building than its eventual use or function. Works of architecture tend to have great facades that will look impressive and original in the magazines.

"But the ways in which these buildings might work, develop or grow don't appear in the magazines at all, so they are given low priority".

Saturday, 2 June 2012

How Buildings Learn - part 5 “The Romance of Maintenance” - directed by James Muncie



part 5 “The Romance of Maintenance”

What happens when users take over a building? Which buildings work and which don’t?

In the 1990s Stewart Brand spent six years working on the book How Buildings Learn, looking at what's happened once architects move on and users take over the building.

The subsequent six-part BBC series, presented and co-written by Stewart Brand, directed by James Muncie, with music by Brian Eno, took his call for evolutionary design to our screen.

In part one of the series (watch it below) Brand ranges around the world looking at problems with famous buildings – ranging from leaking roofs on Frank Lloyd Wright buildings, to Bibliothèque nationale de France in Paris, where the trademark glass towers proved too hot for the books inside.

He asserts: "One of the main problems is that architects and their clients often concentrate more on the look of the building than its eventual use or function. Works of architecture tend to have great facades that will look impressive and original in the magazines.

"But the ways in which these buildings might work, develop or grow don't appear in the magazines at all, so they are given low priority".

Friday, 1 June 2012

How Buildings Learn - part 4 “Unreal Estate” - directed by James Muncie



part 4 “Unreal Estate”

What happens when users take over a building? Which buildings work and which don’t?

In the 1990s Stewart Brand spent six years working on the book How Buildings Learn, looking at what's happened once architects move on and users take over the building.

The subsequent six-part BBC series, presented and co-written by Stewart Brand, directed by James Muncie, with music by Brian Eno, took his call for evolutionary design to our screen.

In part one of the series (watch it below) Brand ranges around the world looking at problems with famous buildings – ranging from leaking roofs on Frank Lloyd Wright buildings, to Bibliothèque nationale de France in Paris, where the trademark glass towers proved too hot for the books inside.

He asserts: "One of the main problems is that architects and their clients often concentrate more on the look of the building than its eventual use or function. Works of architecture tend to have great facades that will look impressive and original in the magazines.

"But the ways in which these buildings might work, develop or grow don't appear in the magazines at all, so they are given low priority"